Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Praia do futuro (2014) Karim Aïnouz

par Neil 1 Décembre 2014, 06:01 Avant-Première

Fiche technique
Film brésilien
Date de sortie : 3 décembre 2014
Durée : 1h47
Genre : nouvelle vie
Scénario : Felipe Bragança
Image : Ali Olcay Gözcaya
Musique : Hauschka
Avec Wagner Moura (Donato), Clemens Schick (Konrad), Jesuita Barbosa (Ayrton à 18 ans), Savio Ygor Ramos (Ayrton à 10 ans)...

Résumé : Donato, maître-nageur sur la plage de Praia do futuro au Brésil, sauve de la noyade un touriste allemand, Konrad. Amoureux, il décide de tout quitter pour le suivre en Allemagne. Sans nouvelles depuis des années, Ayrton, son frère devenu adulte, le retrouve à Berlin. Ensemble, ils tentent de renouer le lien perdu.

Mon avis : la possibilité d'une plage

Le titre de Praia do futuro n’est pas fortuit : il se trouve que son réalisateur, Karim Aïnouz, est né dans la ville brésilienne de Fortaleza, où se situe cette fameuse plage prisée des touristes. C’est l’un des deux lieux où se déroulent l’action du film, avec Berlin, ville d’élection du réalisateur. Il n’en est pas à sa première réalisation : après des études d’architecture puis de cinéma il a notamment assisté Todd Haynes et Walter Salles. En 2002 sort son premier long-métrage, Madame Satã, sélectionné à Un certain regard, tandis que deux de ses films suivants seront sélectionnés dans une section parallèle du Festival de Venise. Praia do futuro a quant à lui été présenté à la Berlinale 2014, puis a fait le tour d’autres festivals, dont le Festival international du film de Saint-Sébastien où il décroche le Sebastiane Latino award, et le Festival Chéries-Chéris.

Deux touristes allemands se baignent à Praia do futuro. La mer est déchaînée et bientôt les vagues les entraînent au large. Malgré l'intervention des sauveteurs, l'un des deux amis se noie. À l'hôpital où il se remet de ses émotions, Konrad l'apprend de la bouche d'un des maître-nageurs, Donato. Celui-ci lui propose de le raccompagner en voiture. C'est là que les deux hommes font l'amour sauvagement. Le lendemain, Konrad décide de suivre en mer l'avancée des recherche pour retrouver son ami mais ça ne donne rien. Puis il va retrouver Donato qui le présente alors à son petit frère, Ayrton. Le garçon le considère comme un dieu vivant : lui qui a peur de l’eau admire la profession de son grand frère. Petit à petit, Donato et Konrad vont développer une relation proche, tandis que l’allemand se rend compte qu’il n’aura plus de chances de retrouver son ami.

Le Brésil qui nous est montré dans Praia do futuro n’est pas celui que l’on imagine de prime abord. Certes la première séquence nous fait voir une plage de rêve où l’on a immédiatement envie de se transporter. Mais ce sentiment s’estompe tout de suite après, lorsque l’on voit en immersion les corps des deux baigneurs se débattre dans les vagues féroces. L’approche du réalisateur concernant l’existence que mènent les protagonistes du film est assez réaliste, et il nous montre un Brésil du quotidien, loin des cartes postales mais également des clichés, qui possèdent on le sait également une part de vérité, de la prostitution ou des transsexuels. Cette approche naturaliste se retrouve dans la peinture de la romance entre les protagonistes ; celle-ci est ordinaire, le fait qu’elle concerne deux hommes ne semble pas nécessiter un traitement différent que pour un amour hétérosexuel.

Mais le caractère banal de l’histoire de Praia do futuro est aussi un de ses défauts, tant la narration semble dépourvue de coup d’éclat. L'action se déroule sans que le spectateur n'arrive vraiment à comprendre quelle est l'intention du réalisateur, si ce n'est celle de dépeindre un destin a priori ordinaire. Les scènes s'allongent et l'on s’ennuierait presque, quitte à se demander si le film ne pourrait pas au final être raccourci d'une bonne demi-heure. Seulement voilà, le metteur en scène arrive tout de même à créer quelques ruptures de ton dans sa narration en omettant volontairement de dater les différentes parties qui composent son film. Le temps s’égraine ainsi doucement quand soudain survient une ellipse qui nous laisse entrevoir des failles dans lesquelles des années ont passé, et avec elles des événements banals dont nous avons été privés, et qui raisonnent d'autant plus dans les actions actuelles des protagonistes. Une pirouette habile qui ne sauve pas tout mais rend le film digne de notre intérêt.

Ma note : **

Praia do futuro (2014) Karim Aïnouz

commentaires

mymp 09/12/2014 13:17

Bah alors, pas emballé plus que ça ? Je trouve au contraire la narration assez réussie, mais l'histoire est effectivement pas très originale, elle manque en tout cas de quelque chose (après tout Wek-end ne racontait absolument rien d'original lui aussi). J'adore le titre de ton article, La possibilité d'une plage... Michel t'habite !

neil 10/12/2014 07:41

Non pas plus emballé que ça. Oui les ellipses fulgurantes sont belles mais bon j'ai l'impression d'avoir vu ça dix fois. C'est pas mauvais m'enfin... Et merci pour le titre :)

Haut de page