Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Prêt-à-porter (1994) Robert Altman

par Neil 15 Janvier 2015, 06:29 1990's

Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 1
er mars 1995
Durée : 2h12
Genre : farce à la mode
Scénario : Barbara Shulgasser
Image : Pierre Mignot et Jean Lépine
Musique : Michel Legrand
Avec Anouk Aimée (Simone Lowenthal), Marcello Mastroïanni (Sergio), Kim Basinger (Kitty Potter), Tim Robbins (Joe Flynn), Julia Roberts (Anne Eisenhower), Stephen Rea (Milo O'Brannigan)...


Résumé : Paris, mars 1994. Chronique de la semaine du prêt-à-porter et du grand et petit monde qui gravite autour, le tout ponctué par un étrange décès.

Mon avis : toutes celles qui portent la frange à la Kate Moss...

À sa sortie, Prêt-à-porter a été l'un des films les moins bien défendus de Robert Altman, y compris parmi ses plus grands fans. Il faut dire que le réalisateur américain sort d'une période faste, enchaînant coup sur coup deux pièces majeures de sa filmographie, à savoir The player et Short cuts. Précédait pourtant une décennie peu glorieuse dans les années 1980, tandis que les années à venir lui seront plus souriantes, avec des films tels que Cookie's fortune ou bien Gosford park. Reste qu'il jette ici son dévolu sur le milieu de la mode au moment même où la marque Yves Saint-Laurent va bientôt être rachetée par Gucci et où des anciens petits jeunes comme Jean-Paul Gaultier sont maintenant installés bien haut dans l'échiquier de la haute couture.

À Moscou, Sergio achète deux cravates Dior identiques. Quelques jours plus tard à Paris, Olivier de la Fontaine, président de la chambre syndicale de la haute-couture, reçoit l'une d'entre elles par courrier. C'est la pleine période de la fashion week et la journaliste américaine Kitty Potter fait découvrir à son public les coulisses des créateurs. L'épouse d'Olivier de la Fontaine fait participer son chien à un concours de beauté tandis que la styliste Simone Lowenthal effectue les derniers préparatifs de son futur défilé. Radieuse et enceinte, la mannequin star Albertine lui rend visite, et lui explique qu'elle ne pourra pas travailler cette année. Olivier arrive alors et annonce à Simone qu'il doit aller récupérer quelqu'un à l'aéroport. C'est le jour où la plupart des journalistes et des couturiers étrangers doivent arriver, et Kitty Potter est bien sûr là pour les accueillir.

On peut dire que Prêt-à-porter est daté, dans le bon sens et dans le mauvais sens du terme. Le film cristallise une époque bien déterminée, les années 1990 qui furent pour le petit monde de la mode une période charnière, celle de l'apogée des modèles stars, de la médiatisation à outrance et de l'arrivée massive des investisseurs. Toutes ces facettes sont particulièrement bien représentées, chacune au travers d'un personnage emblématique, qui gravite autour des autres à la manière des films chorals que savait si bien mettre en scène Robert Altman. Avec le recul des années, les images qui défilent sont cela dit dépassées par tout ce qui est arrivé depuis : il faut avoir vécu ces moments, en tant qu'acteur ou en tant que spectateur, pour ressentir de la façon la plus précise possible toute l'ironie que le réalisateur tente d'insuffler dans son long-métrage.

Car Prêt-à-porter peut, et il l'a été grandement à sa sortie, être critiqué à de nombreux égard. Par le cliché parisien des sempiternels monuments et des crottes de chien, par la caricature d'un univers de la mode où tout le monde couche avec tout le monde, par la désinvolture avec laquelle Altman traite sa pseudo-intrigue, cousue de fil de blanc et artificielle. Mais ce n'est pas le but du réalisateur, qui ne veut que croquer de manière acide ce petit microcosme fermé, qui ne se rend parfois pas compte de son propre ridicule. Le défilé des stars est cependant impressionnant, de Sophia Loren à Lauren Bacall en passant par Marcello Mastroïanni ou même Jean Rochefort. La bande originale est également très bien choisie, à l'image de cette magnifique scène de défilé final où trône le Pretty des Cranberries.

Ma note : ***

Prêt-à-porter (1994) Robert Altman

commentaires

Haut de page