Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Métamorphoses (2014) Christophe Honoré

par Neil 17 Février 2015, 06:18 2010's

Film français
Durée : 1h39
Genre : naissance de la nature
Scénario : Christophe Honoré, d'après l’œuvre d'Ovide
Image : André Chémétoff
Avec Amira Akili (Europe), Sébastien Hirel (Jupiter), Mélodie Richard (Junon), Damien Chapelle (Bacchus), Coralie Rouet (Io), George Babluani (Orphée)...

Résumé : devant son lycée, une fille se fait aborder par un garçon très beau mais étrange. Elle se laisse séduire par ses histoires. Des histoires sensuelles et merveilleuses où les dieux tombent amoureux de jeunes mortels. Le garçon propose à la fille de le suivre.

Mon avis : des mortels et des dieux

Pour ces Métamorphoses, Christophe Honoré a cherché l'inspiration non moins que chez Ovide. Le réalisateur a l'habitude d'adapter les auteurs plus ou moins classiques, de Madame de La Fayette à Geneviève Brisac en passant par Georges Bataille ou bientôt la Comtesse de Ségur. Il choisit pour son casting un groupe de jeunes acteurs inconnus, dont Damien Chapelle que l'on retrouvera dans Bande de filles, et les fait tourner dans des décors naturels et urbains, soulignant le contraste avec les thématiques de l’œuvre tout autant qu'avec la langue, ancienne, dont il reprend quelques extraits. Sélectionné dans la section Giornate degli Autori du festival de Venise en 2014, la film y côtoie ceux de Kim Ki Duk ou de Larry Clark. Tandis que Laurent Cantet y est sacré pour son Retour à Ithaque.


Dans un sous-bois, le chasseur Actéon surprend Artémis prenant son bain, celle-ci lui dévoilant ses seins et son pénis. Furieuse, la déesse choisit comme châtiment de le transformer en cerf. Puis un camion se dirige en trombe vers des jeunes qui discutent à la sortie du lycée. L'une d'entre eux, Europe, se sent soudain attirée par le véhicule et se dirige vers le terrain vague où il s'est garé. La porte s'ouvre et en entrant elle y rencontre un beau jeune homme qui dit s'appeler Jupiter. Il la prévient du danger qu'elle encourt en allant vers lui, en lui racontant la mésaventure d'Io. La jeune fille était tombée sous le charme de Jupiter mais, pour la soustraire à la colère de Junon, celui-ci la métamorphose en génisse. La déesse décide alors de la donner à Argus, un géant aux cent yeux. Pour protéger l'animal, Jupiter la confia à Mercure en lui faisant promettre de tuer Argus.

Ce qui ressort des Métamorphoses est une profonde liberté. Rien que par le geste artistique qu'il représente, le film est culotté : il fallait bien une personnalité telle que Christophe Honoré pour convaincre des producteurs d'un projet aussi atypique. Dans sa forme, l’œuvre fait également preuve d'une belle licence poétique, se permettant divers digressions sous la forme de récits imbriqués où l'on se perd avec délectation. L'atmosphère du film s'avère de plus délicieusement désinvolte, on y croise une palanquée de jeunes hommes et de jeunes femmes qui se promènent allègrement nus et s'adonnent de façon jouissive aux jeux de la chair. La menace divine est cependant présente, mais celle-ci, conformément au texte de l'auteur latin, donne naissances aux arbres et aux fleurs dans une joyeuse célébration du printemps.

Ainsi les Métamorphoses proposées par Christophe Honoré s'avèrent tout à fait fidèles à son matériau originel. Le DVD du film, édité par Blaq out et Le pacte, font d'ailleurs figurer en guise de passionnant bonus, un entretien avec la philosophe Catherine Clément contextualisant l'histoire et saluant à la fois la rigueur du cinéaste et l'originalité dont il fait preuve dans son adaptation. Car l'on reconnaît bien la patte du réalisateur, non seulement dans la thématique de la jeunesse en quête d'amour que dans la volonté de moderniser des œuvres du répertoire classique. Après, on peut aussi considérer que ce geste artistique est vain et quelque peu futile. Mais le souffle qui s'en dégage et la légèreté de ton qui l'anime suffisent à rendre le film unique en son genre et franchement plaisant.


Ma note : ***

Métamorphoses (2014) Christophe Honoré

commentaires

Haut de page