Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En attendant Godard (2014) Zoe Bruneau

par Neil 6 Avril 2015, 05:06 Bouquins

Fiche technique
Roman français
Date de parution : 20 mai 2014
Genre : tournage mouvementé
143 pages
Édité chez les Éditions Maurice Nadeau – Lettres nouvelles

4e de couverture : Godard, c'est des lunettes fumées et un cigare. C'est une voix, un chuintement. Je ne suis ni fan absolue ni familière de son cinéma, mais dans mon esprit, Godard c'est la quintessence de l'art. Godard, c'est l'homme qui aime les femmes. C'est aussi un nom, il ne faut pas se mentir, qui veut dire cinéma.


Mon avis : on a une relation comme ça. Jean-Luc Godard et moi.

C'est la veille de la présentation officielle d'Adieu au langage que sort en librairies En attendant Godard, de la jeune Zoe Bruneau. À un peu plus de trente ans, la fille de Claire Nadeau et de Philippe Bruneau, qui ont tous deux participé à l'inénarrable Collaro Show, a surtout fait du théâtre. On l'a surtout vu dans des pièces de café-thâtre, pour être plus précis, où elle a joué aux côtés de Roland Giraud ou de Clémentine Célarié. Son premier rôle au cinéma, elle le décroche avec Jean-Paul Godard, dans le film qui marque le retour du réalisateur dans la compétition cannoise, treize ans après Éloge de l'amour. Le jour de la projection, Jean-Luc Godard ne sera pas présent sur la Croisette mais ses acteurs et ses actrices monteront les marches. Le film décrochera le prix du Jury de cette 67e édition, ex æquo avec Mommy.


À 20 ans, Zoe passe ses premières vacances d'amoureuse avec son petit ami, à Grasse.Des amis les rejoignent, ils passent du bon temps. Un jour son agent l'appelle, lui demandant si elle peut venir le lendemain sur Paris pour rencontrer Jean-Luc Godard. Aussitôt l'actrice achète des billets de train et arrive chez elle tard pour se réveiller tôt le lendemain. Forcément, elle ne se réveille pas à temps et se prépare en quatrième vitesse, courant vers le métro en direction de la maison de production. Puis elle débarque dans la pièce où se trouve le réalisateur, et le voit, dos à la fenêtre, avec son cigare, ne s'apercevant même pas qu'elle est en retard. Son cœur bat la chamade mais elle se concentre sur l'entretien à bâtons rompus qui va suivre, et qui déterminera peut-être une collaboration avec ce cinéaste qui lui laisserait sa carrière.

L'expérience que relate Zoe Bruneau dans En attendant Godard est à la fois peu banale et, on l'imagine, assez classique dans le monde du cinéma. L'actrice a certes attendu huit années avant de pouvoir tourner avec l'icône de la Nouvelle Vague, mais d'une part on a envie de dire qu'elle l'a fait, quand de nombreuses actrices ne sont jamais choisies lors de leurs multiples castings, et puis on a envie de dire que le désir et l'attente sont le sel du métier d'actrice. Facile à dire, moins à vivre, peut-être. Reste que ce carnet de bord de ces mois dans l'attente d'un coup de téléphone, d'un message, et ces journées passées à s'ennuyer sur le tournage quand finalement il arrive apparaissent parfois comme un caprice de jeune fille gâtée par la vie. Au final, Zoé Bruneau parvient à vivre de son art, elle aime ce qu'elle fait et ce n'est pas si fréquent.


Passé cet a priori un peu agaçant, En attendant Godard se révèle intéressant, non pas dans ce qu'il montre de la personnalité de son auteure, mais dans la description d'un tournage peu commun. Car on le sait, tourner avec Jean-Luc Godard n'est pas chose aisée. Plusieurs anecdotes y font référence dans le livre, entre l'évocation des déboires de Nathalie Baye quand elle faisait Détective et la retranscription d'une conversation où le réalisateur suisse parle non sans ironie de sa réputation et des conditions houleuses dans lesquelles se sont apparemment déroulées le tournage de La vie d'Adèle. En lisant les mots de Zoé Bruneau, on découvre un homme certes exigeant mais plein de tendresse et d'affection quand il le veut. Et l'on savoure toutes ces petites coulisses d'une expérience qui a dû être riche et passionnante. Semblables à tant d'autres films, ces moments se révèlent pourtant uniques pour leurs protagonistes.

Ma note : **

En attendant Godard (2014) Zoe Bruneau

commentaires

Haut de page