Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une affaire de famille (2018) Hirokazu Kore-Eda

par Neil 10 Décembre 2018, 05:36 2010's

Fiche technique
Film japonais
Date de sortie : 12 décembre 2018
Genre : famille de cœur
Durée : 2h01
Scénario : Hirokazu Kore-Eda
Image : Ryuto Kondo
Musique : Haruomi Hosono
Avec Lily Franky (Osamu Shibata), Sakura Ando (Nobuyo Shibata), Mayu Matsuoka (Aki Shibata), Kirin Kiki (Hatsue Shibata), Kairi Jyo (Shota Shibata), Miyu Sasaki (Juri Hojo)…

Synopsis : Au retour d’une nouvelle expédition de vol à l’étalage, Osamu et son fils recueillent dans la rue une petite fille qui semble livrée à elle-même. D’abord réticente à l’idée d’abriter l’enfant pour la nuit, la femme d’Osamu accepte de s’occuper d’elle lorsqu’elle comprend que ses parents la maltraitent.

Mon avis : les liens tissés qui nous unissent

Motivé par l’actualité, les différents éléments qui ponctuent Une affaire de famille sont issus d’autant de réflexions qui ont germé dans l’esprit d’Hirokazu Kore-Eda depuis des année, même si son film lui a été entre autres inspiré par divers chronique judiciaires japonaises récentes. Ainsi, le réalisateur ne cherche pas à coller à un fait divers bien précis : ce qu’il a envie de raconter, depuis ses débuts de réalisateur au milieu des années 1990, ce sont des trajectoires personnelles, et surtout familiales. De Nobody knows à Tel père, tel fils, la figure de la famille possède une place prépondérante dans sa filmographie.  Ce travail minutieux d’explorateur de la société porte ses fruits : après un prix d’interprétation masculine et un prix du Jury, le Festival de Cannes l’honore en 2018 d’une Palme d’Or.

Le jeune Shota entre dans un supermarché, bientôt suivi par son père Osamu. Ils parcourent les rayons à la recherche de différents produits, qu’ils cachent dans leurs manteaux, se couvrant l’un l’autre pour ne pas se faire prendre. En rentrant chez eux, ils passent devant une maison où ils trouvent une petite fille toute seule. Quand ils lui demandent si ses parents sont là, elle ne répond pas mais accepte volontiers une croquette que lui tend Osamu. Se rendant compte qu’elle est abandonnée, Osamu décident de l’héberger pour la nuit, au grand dam de son épouse Nobuyo, qui craint que la police ne débarque. Il faut dire que dans un modeste espace cohabitent difficilement Shoto, Osamu, Nobuyo, mais aussi sa demi-sœur Aki, ainsi que la grand-mère Hatsue.

La simplicité d’Une affaire de famille est frappante. Ce qu’Hirokazu Kore-Eda nous raconte, c’est le quotidien d’une famille pauvre, qui survit au jour le jour grâce à de modestes rapines. Et le scénario écrit par le réalisateur est absolument brillant : il parvient à nous raconter, petit à petit, la vie de chacun des protagonistes, chaque scène apportant une information supplémentaire, sans que cela ne produise de trop-plein. Au contraire, le récit se déroule doucement, chaque personnage prend sa place et on se prend d’affection pour ce petit groupe qui cohabite bon an mal an. Au détour de certains dialogues, on glane des informations contradictoires, quand le film bascule, suite à un incident, et là le rythme change, et l’émotion est décuplée.

Pourtant Une affaire de famille n’a rien d’un tire-larme, ni d’un film qui ne repose que sur un cliffhanger. À la manière de Yasujirō Ozu, ce qui intéresse Hirokazu Kore-Eda c’est avant tout de décrire la société japonaise, et surtout les structures familiales. Qu’est-ce qui lie des individus vivant quotidiennement ensemble ? À quel moment apprend-on, si tant est qu’on l’apprenne un jour, à devenir père ? Et quelle place accorder aux aînés dans la société contemporaine ? Pour ce faire, le réalisateur s’appuie sur un groupe d’actrices et d’acteurs remarquables, en particulier la magnifique et regrettée Kirin Kiki, que l’on a pu retrouver dans plusieurs films de Kore-Eda. Par sa modestie et sa simplicité, le film réussit à nous toucher et constitue un témoignage vibrant du Japon d’aujourd’hui.

Ma note : ****

Une affaire de famille (2018) Hirokazu Kore-Eda
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

dasola 25/01/2019 17:37

Bonsoir Neil, j'avoue que ce n'est pas mon film préféré de Kore-Eda mais il se laisse voir. Je me suis un peu ennuyée. Bonne soirée.

Neil 27/01/2019 13:35

Bonjour Dasola, je l'ai beaucoup aimé, et ne me suis pas du tout ennuyé. Mais c'est le seul film que j'ai vu de ce réalisateur. Bonne journée

Haut de page