Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

We the animals (2018) Jeremiah Zagar

par Neil 29 Décembre 2018, 06:23 2010's

Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 13 mars 2019
Genre : passage à l’adolescence
Durée : 1h34
Scénario : Daniel Kitrosser, d'après l'œuvre de Justin Torres
Image : Zak Mulligan
Musique : Nick Zammuto
Avec Evan Rosado (Jonah), Sheila Vand (Ma), Raul Castillo (Paps), Isaiah Kristian (Manny), Josiah Gabriel (Joel)...

Synopsis : Jonah est le cadet d’une fratrie de trois jeunes garçons impétueux et épris de liberté. De milieu modeste, ils vivent à l’écart de la ville avec leurs parents qui s'aiment d’un amour passionnel, violent et imprévisible. Souvent livrés à eux-mêmes, les deux frères de Jonah grandissent en reproduisant le comportement de leur père alors que Jonah se découvre progressivement une identité différente… (allocine)

Mon avis : Mon enfance éclata, ce fut l'adolescence

Avant d’être un long-métrage, We the animals est un roman d’apprentissage semi-autobiographique de Justin Torres, publié en 2011. Et non content d’être joli garçon (il a été sélectionné parmi les plus beaux hommes de l’année par un site Internet américain), l’auteur y raconte son enfance et son passage à l’adolescence dans un milieu défavorisé. Salué par plusieurs critiques, le roman retient l’attention de Jeremiah Zagar, qui décide de l’adapter pour le cinéma. Pour ce jeune réalisateur, dont le premier documentaire avait été présélectionné pour les Oscars en 2008, c’est l’occasion de s’essayer à la fiction. En compétition au Festival du film de Sundance et au Festival du cinéma américain de Deauville en 2018, le jeune interprète du film y reçoit le prix de la Fondation Louis Roederer de la révélation.

Avec ses deux frères, Manny et Joel, le jeune Jonah fait les 400 coups. Ils jouent souvent tous les trois et s’inventent un monde à leur hauteur. D’ordinaire agités et bruyants, ils savent se montrer sages et silencieux quand leurs parents ont besoin de se reposer. Ces derniers travaillent souvent tous les deux de nuit, et le père est parfois amené à emmener ses enfants dormir sur son lieu de travail. Il sait se montrer complice avec ses trois fils, tout en étant la plupart du temps autoritaire. Un jour qu’ils sont en famille au bord d’un lac, il tente d’initier Jonah et sa mère à la natation, les soutenant en entrant dans l’eau. Arrivé au milieu, il les lâche tout d’un coup et l’enfant manque de se noyer. Pour expliquer son attitude, le père expliquera plus tard que c’est la meilleure façon d’apprendre à nager.

Une force poétique certaine se dégage de We the animals : le film aborde le passage de l’enfance à l’adolescence d’une manière très douce. Pourtant le jeune personnage principal n’a pas une vie facile : benjamin d’une famille dysfonctionnel, il doit se construire dans un milieu particulièrement hétéronormatif. Le père de famille est violent et il transmet à ses fils une éducation binaire sur la masculinité. Les seuls moments où Jonah parvient à développer sa sensibilité, lorsqu’il dessine seul, sont d’ailleurs assez joliment montrés dans des séquences oniriques. Observateur, il se démarque petit à petit de ses frères, qui finissent par le considérer un peu spécial, et plus le temps passe plus Jonah est mis à part lors des jeux avec ses grands frères.

C’est là où We the animals se démarque des autres histoires d’apprentissage, quand Jonah rencontre un jour un choupinou plus âgé que lui, dont il va tomber amoureux. Même si on s’en doute dès la première rencontre, le film prend le temps de construire leur relation, ne soulignant rien de façon explicite. On sent toutefois que c’est un des enjeux principaux du récit, qui converge vers ce moment si particulier qui va décider, on le sent, de l’avenir du jeune garçon. Délicate, la réalisation de Jeremiah Zagar survole les événements du quotidien, tout en pointant du doigt les moments forts et déterminants. Côté distribution, on peut légitimement attribuer une mention spéciale à Evan Rosado, un jeune acteur qui pourrait être amené à une belle carrière.
 
Ma note : ***

We the animals (2018) Jeremiah Zagar
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page