Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Greta (2019) Neil Jordan

par Neil 12 Juin 2019, 02:25 2010's

Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 12 juin 2019
Durée : 1h38
Genre : piège maternel
Scénario : Ray Wright
Image : Seamus McGarvey
Musique : Javier Navarrete
Avec Isabelle Huppert (Greta Hideg), Chloë Grace Moretz (Frances McCullen), Maika Monroe (Erica Penn), Stephen Rea (Brian Cody), Colm Feore (Chris McCullen), Zawe Ashton (Alexa Hammond)...

Résumé : Quand Frances trouve un sac à main égaré dans le métro de New York, elle trouve naturel de le rapporter à sa propriétaire. C’est ainsi qu’elle rencontre Greta, veuve esseulée aussi excentrique que mystérieuse. L’une ne demandant qu’à se faire une amie et l’autre fragilisée par la mort récente de sa mère, les deux femmes vont vite se lier d’amitié comblant ainsi les manques de leurs existences.


Mon avis : Le jeu des pleurs

En France, on n'avait pas vu sur les grands écrans un long-métrage de Neil Jordan depuis près de 10 ans. C'était Ondine et on peut dire qu'il n'était pas complètement satisfaisant. Après il s'est attelé aux Borgias, son grand projet, mûri depuis des années pour le cinéma et finalement décliné avec succès en série télévisée. Entre deux saisons, il a réalisé Byzantium, uniquement sorti en DVD en France, et qui revenait en quelque sorte à la thématique de son plus grand succès, Entretien avec un vampire. Autant dire que Greta peut être considéré comme son grand retour dans l’Hexagone. Et pour ce faire, il choisit comme actrice principale l'iconique Isabelle Huppert, en duo avec la jeune  Chloë Grace Moretz. À noter qu'il engage souvent des actrices et des acteurs potentiellement en devenir, de Saoirse Ronan à Kirsten Dunst en passant par Alicja Bachleda-Curus ou bien Jay Davidson.

En rentrant du restaurant où elle est serveuse, Frances découvre dans le métro un sac en cuir chic abandonné. Voyant que personne ne s'y intéresse, elle décide de le récupérer et découvre à l'intérieur la carte de visite d'une certaine Greta Hideg. Ne trouvant personne au guichet des objets trouvés, elle rentre chez elle et sa colocataire Erica ne manque pas de remarquer ledit sac à main, lui reprochant de ne pas avoir appelé l'équipe de déminage. Curieuse, elle l'ouvre tout de même et trouve des billets dans un porte-monnaie. Elle propose alors à Frances d'utiliser cet argent pour s'offrir un lavage du colon, idée qui révulse la jeune femme. Puis les deux jeunes femmes vont au cinéma voir un film commercial en 3D, et Frances ne tarde pas à pleurer, avant même le début : c'était une tradition qu'elle avait initiée avec sa mère, morte récemment. En rentrant, elles plaisantent sur le fait qu'Erica pourrait lui « prêter » sa mère de temps en temps.

La première chose qui frappe en regardant Greta, c'est son rythme, excellent. Toutes les quelques minutes, une nouvelle péripéties, parfois mineure, parfois majeure, vient pimenter l'intrigue. Comme tout bon thriller qui se respecte, le film s'applique à ne pas lâcher le spectateur et lui fournit régulièrement de nouvelles informations. Et pourtant l'histoire est très simple, elle se concentre sur deux personnages féminins et s'attache à petit à petit complexifier leur relation. C'est un travail d'orfèvre auquel s'adonnent Neil Jordan et son coscénariste Ray Wright, qui jusqu'ici n'avait pas brillé outre mesure, et qui apporte pour ce film l'idée originale. On sent que Neil Jordan a su tirer parti de son travail sur The Borgias, où la mécanique du scénario impose de tenir en haleine les spectateurs tout du long. Mais l'on sent aussi que le réalisateur irlandais avait aussi ici envie de revenir aux sources du genre.

Car en regardant Greta, on se souvient des thrillers des années 1990, minutés et diablement efficaces. La thématique générale du film rappelle vaguement La main sur le berceau, on pense à The game pour sa construction géométrique et ses multiples rebondissements, ou bien à JF partagerait appartement pour son atmosphère de claustrophobie oppressante, voire même  Misery pour le personnage principal de psychopathe malgré elle. Ce qui est intéressant, c'est que finalement Neil Jordan n'a durant cette décennie pas vraiment réalisé de thriller, mis à par Prémonitions, qui se démarquait par son caractère hautement onirique. Reste à savoir si ce genre très marqué peut plaire au public actuel, ce qui ne semble pas gagné au vu des premiers retours. Le film a été présente au Festial de Toronto puis est sorti aux États-Unis, où il a eu un gentil petit succès au box-office.

Il faut dire que le casting de Greta n'aide pas énormément à son succès américain : la carrière d'Isabelle Huppert est principalement européenne, et bien qu'elle ait eu quelques récompenses ou nominations pour des films anglo-saxons (Elle par exemple), on ne peut pas dire que le public américain se rue pour aller voir ses apparitions. Quant à Chloë Grace Moretz, même si elle a une petite quinzaine d'années de carrière, elle n'est pas non plus bankable. Elles délivrent pourtant toutes les deux une partition très honorable, en particulier Isabelle Huppert qui s'éclate visiblement dans un rôle qu'elle s'amuse à pousser à son paroxysme. La mise en scène joue avec le spectateur, laissant apparaître des jeux de miroir et des éléments bord cadre, sans compter la musique qui intensifie le suspense. On a donc affaire à un film très ludique, décomplexé, et qui n'hésite pas à apporter des petites références aux films gores ou aux séries B : voilà qui est assez jouissif.

Ma note : ***

Greta (2019) Neil Jordan
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

dasola 14/06/2019 23:41

Bonsoir Neil, je trouve que l'intrigue est très bien menée. Je n'ai pas boudé mon plaisir. Je ne sais pas si tu te rappelles "La main sur le berceau" avec Rebecca de Mornay dans le rôle de la méchante. C'est le même genre de film. Bonne soirée.

Neil 15/06/2019 10:37

Bonjour Dasola, j'ai exactement pensé à ce même film, que j'avais aimé quand je l'avais vu. On passe un bon moment, je suis assez d'accord avec toi. Bonne journée

Haut de page