Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Boxes (2006) Jane Birkin

par Neil 17 Juin 2007, 09:55 2000's

Fiche technique
Film français
Date de sortie : 06 juin 2007
Genre : autobiographie en cartons
Durée : 1h35
Scénario : Jane Birkin
Musique : Frank Eulry
Photographie : François Catonné
Avec Jane Birkin (Anna), Michel Piccoli (Papa), Géraldine Chaplin (Maman), Lou Doillon (Camile), Natacha Régnier (Fanny), Adèle Exarchopoulos (Lilly)...

Synopsis : Un bord de mer en Bretagne : Anna, cinquante ans, anglaise, emménage dans sa nouvelle maison. Les pièces sont envahies de « boxes », les cartons de déménagement qui renferment mille objets... Mille souvenirs. Anna a vécu beaucoup de vies et son passé surgit des boites. Lorsqu'elle les ouvre, apparaissent ceux qui ont compté dans sa vie. (allociné)

Mon avis : To the faithful departed

J’ai une passion immodérée pour Jane Birkin et ses proches. Serge Gainsbourg le premier, et puis leur fille Charlotte, bien sûr. La vie de Jane, j’ai l’impression de la connaître par cœur : son départ précipité de chez ses parents pour épouser John Barry, avec qui elle aura une fille, Kate, aujourd’hui photographe. Sa rencontre avec Serge sur le plateau de Slogan, leur amour de treize ans, leur rupture. Et puis son idylle de sept ans avec Jacques Doillon, avec qui elle tournera La pirate et aura une fille, Lou. C’est en partie ce qu’elle nous raconte dans Boxes, entre autres choses.

Elle eut l’idée du scénario il y a une dizaine d’années, à la mort de son père ; quelques années auparavant Serge était parti et Jane avait besoin, à cinquante ans, de faire le point. Elle prend pour point de départ une anglaise qui déménage en Bretagne, emportant avec elle ses cartons. En les déballant s’échappent des pans entiers de son passé et ses proches se réaniment autour d’elle pour demander des comptes.
   
À dire la vérité, on se sent quelquefois un peu voyeur devant Boxes : ça tient sans doute au fait que Jane Birkin ne se ménage pas. La violence et le naturel avec lesquels elle fait dire ses quatre vérités à ses filles, ses ex, ses parents, peut paraître troublant. Évidemment le personnage principal s’appelle Anna et ainsi de suite ; mais le spectateur n’est pas dupe, et d’ailleurs Jane Birkin ne s’en cache pas lors des interviews : les parallèles avec sa vie sont évidents. Mais justement, à force de vivre « avec » elle depuis bientôt quarante ans, on se sent proche de Birkin, on a même quasiment l’impression de faire partie de cette petite famille bien sympathique. Du coup, ces règlements de compte ne m’ont pas paru indécents : au contraire, j’ai trouvé cette liberté de parole et cette façon de parler d’elle sans se ménager assez touchantes.

Très émouvantes sont surtout les séquences avec Maurice Bénichou, qui campe Max, alias Serge Gainsbourg avec une grâce et une douce gravité qui sied parfaitement au personnage. L’idée de donner à Lou Doillon le personnage de Camille / Charlotte Gainsbourg (cette dernière n’ayant pas voulu interpréter un personnage aussi proche d’elle, et on peut la comprendre) est lumineuse, l’actrice y révélant une part de mystère et de douceur qu’on ne lui connaissait que peu. Le résultat est donc un petit film fragile et théâtral, très touchant et drôle, à l'image de sa réalisatrice qui s'en sort plutôt bien pour un premier film. Alors forcément ceux qui n’aiment pas le personnage de Jane B. vont trouver le film inutile et impudique ; les autres considèreront peut-être que Boxes, c’est la pudeur des sentiments maquillés outrageusement rouge sang.

Ma note : ***
Boxes (2006) Jane Birkin
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

L 02/07/2007 17:02

voyeur, on le serait à moins...
(en déconnexion ces derniers temps)
à + Neil!

Neil 03/07/2007 09:47

@ peluche Lunar et merci d'être passé "_"

Sylkarion 19/06/2007 12:22

Même chose que Wilyrah, l'idée du film me plait bien, mais la famille m'insupporte trop pour que le film quand je le verrais m'inspire autre chose qu'un dédain et un ennui mortel. Je peux me tromper bien sûr, mais de toute façon je risque de pas tenter l'aventure avant un très long moment... Dans un tout autre registre, c'est comme un Breillat, le film part perdant d'entrée de jeu.

Neil 20/06/2007 16:43

Haaan pauvre Jane lol(désolé José si tu me lis, je sais j'ai des a priori sur Breillat)

Wilyrah 17/06/2007 15:31

L'idée du film me plait beaucoup. Seulement la famille de Birkin m'insupporte bien trop pour que je puisse prendre sur moi et le regarde de façon neutre. Dommage, je ferai ptèt l'effort un jour.

Neil 18/06/2007 09:38

Tu risques de ne pas aimer alors. De toutes façons avec Birkin y a rarement de la demi-mesure : soit on adore le personnage soit on le déteste.

Haut de page