Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le lauréat (1967) Mike Nichols

par Neil 22 Août 2014, 05:36 1960's

Fiche technique
Film américain
Titre original : The graduate
Genre : initiation prohibée
Durée : 1h45
Scénario : Calder Willingham et Buck Henry, d’après l’œuvre de Charles Webb
Image : Robert Surtees
Compositeur : Dave Gustin et Paul Simon
Avec Anne Bancroft (Mrs Robinson), Dustin Hoffman (Benjamin Braddock), Katharine Ross (Elaine Robinson), William Daniels (Mr Braddock), Elizabeth Wilson (Mrs Braddock), Murray Hamilton (Mr Robinson)…

Synopsis : Benjamin Braddock, un étudiant fraîchement diplômé, ne sait pas quoi faire de son avenir. Lors d'une soirée mondaine chez ses parents où il vagabonde, il fait la connaissance de Mrs Robinson, l'épouse du patron de son père. La femme, d'âge mûr, entreprend de séduire le garçon et y parvient très rapidement. (allocine)

Mon avis : hello darkness my old friend, I’ve come to talk with you again

Il existe un film qui dénote bien positivement dans l’éclectique carrière de Mike Nichols. Réalisé après le tournage épuisant de Qui a peur de Virginia Woolf, il restera pour beaucoup comme l’un des symboles de toute une génération. Après ce Lauréat, Nichols ne sera plus tout à fait le même réalisateur. Non pas qu’il ne fera que des mauvais films : Working girl est gentillet, Wolf renouvelait pas mal le genre tandis que Closer avait un ton original. Mais toute sa filmographie sera dorénavant scrutée à l’aune du Lauréat. Peut-être était-ce l’originalité du sujet qui collait parfaitement à l’air du temps.

Benjamin vient tout juste de rentrer de l’université, son diplôme en poche. Lors d’une fête organisée en son honneur par ses parents, il revoit une de leurs amis, Mrs Robinson, qui lui demande de la raccompagner chez elle. Elle ne tarde pas à lui faire des avances, qu’il rejette purement et simplement. Seulement, la chair est faible et notre jeune diplômé va bientôt la rappeler : une liaison commence entre tous les deux. Tout se passe de façon idyllique pendant des semaines, jusqu’à ce que la fille de Mrs Robinson ne revienne de Berkeley. Celle-ci va très vite attirer l’œil du jeune homme.

Quel jeune homme n’a-t-il jamais fantasmé sur Mrs Robinson ? Il faut dire que ce n’est pas n’importe qui : Anne Bancroft au top de son sex-appeal, on ne peut pas résister. Une femme de quarante ans, pleinement épanouie et maîtresse femme. Mais je m’égare… car  Le lauréat est avant tout le sommet de sa carrière. Elle y éclipse un Dustin Hoffman pourtant excellent lui aussi, à la fois touchant et blessant comme peuvent l’être les jeunes hommes de son âge. À côté de ces deux là, Katharine Ross se révèle bien pâlichonne dans un rôle pourtant essentiel.

C’est un peu ce qui pêche dans Le lauréat : le film ne parvient pas vraiment à nous convaincre de l’amour naissant entre les deux tourtereaux. Si Mike Nichols réussit une première partie enlevée, la seconde partie du film (exceptée une fin très bien réussie) est un peu bancale : on a le sentiment qu'il rate quelque chose en translatant son récit sur la romance entre les deux jeunes gens. Toutefois, Nichols parvient à construire un film équilibré entre des personnages finement analysés et une ébauche assez bien réussie de l’ambiance de l’époque, ce flower power qui pointe du nez dans les campus face à la société conservatrice ne comprenant pas bien ce qui se passe.

Enfin on ne peut évoquer The graduate sans parler de la sublime bande originale concoctée par Simon and Garfunkel. Le générique de début qui laisse s’échapper les premières notes de The sound of silence nous met immédiatement dans l’ambiance, tandis que Scarborough Fair et bien entendu l’inimitable Mrs Robinson parachèvent une œuvre sonore délicieuse et qui colle parfaitement aux images. A n’en pas douter, et même si sa mise en scène ne restera pas telle quelle dans les annales, Le lauréat n’a pas volé son statut d’œuvre « culte » pour avoir su si bien capter son époque.

Ma note : ****
Le lauréat (1967) Mike Nichols

commentaires

ideyvonne 25/08/2014 15:21

C'est totalement un film de son époque ! Pour les 2 "tourteraux" c'est clair qu'on a un peu de mal à les suivre dans leur histoire MAIS je trouve que le final vaut son pesant d'or car on les voit tour à tour complètement "dépassés" par les événements

neil 27/08/2014 07:47

Oui le film a le mérite d'être honnête avec les sentiments des jeunes gens, qui les étonnent. Mais on a tellement envie que l'autre relation, que l'on sait impossible, marche mieux...

Hartigan 22/07/2007 11:00

J'aime beaucoup ce film également, un des plus grands de le période du NH...

Neil 23/07/2007 09:35

Par NH tu entends "Nouvel Hollywood" ? Je suis assez d'accord avec toi du reste...

Melolita 10/07/2007 21:37

bon ben on croise les doigts et on dit le mot magique alors! c'est encore la saison des zorros? pfff on les arrête jamais...

Neil 14/07/2007 10:49

Hey c'est z'entil ça, espérons que tous ces doigts croisés ont été utiles. (Et oui les oraux sont encore d'actualité pour certains... allez dire après que les fonctionnaires sont tous des fainéants lol)

Melolita 10/07/2007 01:16

(hygiène de vie déplorable)(mais je m'améliore là)(non?)

Neil 10/07/2007 09:10

Nettement, nettement. Un quart d'heure de gagné et ça change la vie. Sinon, pour Londres ce week-end j'aimerais beaucoup mais je passe un oral vendredi o_O

Chrislynch 07/07/2007 08:08

Oui, film en phase avec son époque saucé d'un casting magique dominé par l'immmmmmmmmmmmmmmense Anne Bancroft !

Neil 07/07/2007 09:40

En effet quelle actrice ! Et c'est dommage d'ailleurs qu'elle ait été finalement si peu employée à sa juste valeur.PS : t'as bien fait de choisir la piscine des Braddock pour les vacances, elle a l'air bien confortable... "_"

Bastien 06/07/2007 15:01

Souvenir trop lointain pour vraiment apprécier ; de plus, je débutais ma "vraie cinéphilie", il va donc alloir que je le revoie au plus viter pour pleinement l'apprécier ;-)

Neil 07/07/2007 09:35

En plus il passe assez souvent à la télé, donc normalement tu devrais pas trop tarder à pouvoir le voir :)

Melolita 05/07/2007 01:33

The sound of silence, ça fait toujours son petit effet non? dans bobby récemment par exemple.Sinon, Neil, parle nous encore un peu des femmes de 40 ans, un sujet tellement intéressant.

Neil 05/07/2007 09:53

The sound of silence, c'est la classe intégrale tu veux dire !  Bah qu'est-ce que tu veux, quand j'ai vu le film j'ai pas pu m'empêcher d'envier la situation de Ben.  PS : Qu'est-ce que tu fais réveillée à 1h30 alors que tu travailles le lendemain matin ? C'est pas sérieux ça... :p

Beno�t 04/07/2007 22:31

Malheureusement, pas vu...

J'ai encore pas mal de retard à rattraper :)

Neil 05/07/2007 09:50

T'as donc plein d'émotions cinématographiques à emmagasiner... le pied ! "_"PS : Tu m'as découvert : je poste la plupart de mes articles ici et sur Cinécritiques (en fait je viens de là-bas, ce blog a été à la base créé pour pallier une panne de serveur).

eeguab 04/07/2007 20:03

Le lauréat est pourmoi très particulier. J'avais 18 ans et j'étais admirateur(je le suis toujours) de Simon et Garfunkel.Alors je garde beaucoup de tendresse pour ce film même si 39 ans ont passé.

Neil 05/07/2007 09:45

18 ans en 1968... le rêve :)Je te comprends tout à fait pour Simon and Garfunkel (et cet album en particulier est fabuleux !)

Haut de page