Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The bubble (2007) Eytan Fox

par Neil 19 Juillet 2007, 10:51 En salles

thebubble.jpgFiche technique
Film israélien, français
Date de sortie : 4 juillet 2007
Titre original : Ha-Buah
Genre : chassé-croisé contrarié
Durée : 1h57
Scénario : Eytan Fox et Gal Uchovsky
Musique : Ivri Lider
Photographie : Yaron Schraf
Avec Ohad Knoller (Noam), Alon Friedman (Yali), Youssef Sweid (Ashraf), Daniela Wircer (Lulu), Zion Baruch (Shaul), Shredy Jabarin (Jihad)…

Synopsis : Trois jeunes Israéliens, Noam, disquaire, Yali, gérant de café, et Lulu, vendeuse dans une boutique de produits de beauté, partagent un appartement dans un quartier branché de Tel-Aviv, symbole de cette "bulle", surnom donné à la ville. Leur quotidien va être bouleversé par l'arrivée d'Ashraf, un Palestinien dont Noam tombe amoureux lors d'un incident au Check Point de Naplouse. (Allociné)

Mon avis : Bulle de chagrin, boule d’incertitude

Après une scène d’introduction intense (un incident au check-point de Naplouse) qui pose le contexte, The bubble laisse place à un savant mélange entre Friends, Sex and the city et Queer as folk. C’est normal : le réalisateur Eytan Fox (réalisateur que je ne connaissais pas mais dont je verrais bien le précédent Tu marcheras sur l’eau) a participé à une série israélienne à succès (Florentine) basée sur la vie quotidienne des jeunes de Tel Aviv. Le film reprend cette trame éculée consistant à mêler dans un même appartement une bande de djeun’s qui vivent chacun leurs histoires sentimentales respectives. Sauf qu’ici nous sommes à Tel Aviv, Israël, et que pas loin de là des petits incidents émaillent la vie quotidienne des habitants. Dans le quartier où se passe l’intrigue les jeunes essayent de vivre à l’américaine (ou à l’européenne, ne soyons pas sectaires) peut-être justement pour oublier cette tension permanente qui risque d’éclater à tout moment.

La première moitié de The bubble est d’ailleurs vraiment enthousiasmante. On suit avec intérêt le quotidien de cette bande de potes et leurs petits tracas amoureux. L’idée maîtresse du film, hautement symbolique bien sûr, de faire incarner le couple principal par deux homos, l’un israélien et l’autre palestinien, pourrait sembler indigeste mais passe très bien pour une raison toute bête : l’alchimie entre les deux personnages nous semble aller de soi. Sans doute est-ce dû au talent des comédiens, Ohad Knoller et Youssef Sweid, tout en naturel et décontraction. La charge revendicatrice n’est pas plombante, on aurait presque envie de participer à cette rave en bord de mer contre l’occupation (et puis parce que la guerre c’est pas bien). Soudain vers le milieu du film le discours change de façon quasi-imperceptible et Eytan Fox transforme petit à petit son long-métrage en film à thèse, le discours politique prenant le pas sur les histoires sentimentales. Pourquoi pas me direz-vous, c’est tout à fait légitime et somme toute consensuel (le parti-pris n’est pas flagrant). Seulement le mélange des genres n’est pas entièrement réussit et parfois The bubble ne sait plus trop sur quel pied danser (sans compter sur un final un chouilla trop attendu pour être honnête). Pour le reste on à à faire ici à un film de qualité, divertissant et ancré dans son époque tout en étant aussi finalement plutôt utile.

Ma note : 7,5/10
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Wilyrah 20/07/2007 11:12

Je compte aller le voir très prochainement et ta critique est encourageante :)

Neil 21/07/2007 10:02

Alors j'attends ton avis avec impatience :)

Melolita 19/07/2007 22:28

D'un autre côté, une rave où il y a 20 personnes, ça te plairait tant que ça? :)

Neil 20/07/2007 09:25

Bah, ça dépend des 20 personnes "_" PS : Bonnes vacances prochaines mélo ;-)

Haut de page