Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La main au collet (1955) Alfred Hitchcock

par Neil 25 Juillet 2014, 05:41 1950's

Fiche technique
Film américain
Titre original : To catch a thief
Genre : romance azuréenne
Durée : 1h50
Scénario : John Michael Hayes, d’après l’œuvre de David Dodge
Image : Robert Burks
Musique : Lyn Murray
Avec Cary Grant (John Robbie), Grace Kelly (Frances Stevens), Jessie Royce Landis (Jessie Stevens), John Williams (H.H. Hughson), Charles Vanel (Bertani), Brigitte Auber (Danielle Froussard)…

Synopsis : John Robbie, cambrioleur assagi, goûte une retraite dorée sur la côte d'Azur. Le paysage s'assombrit lorsqu'un voleur, utilisant ses méthodes, le désigne tout naturellement comme le suspect n° 1. (allocine)

Mon avis : Sir Alfred joue au chat et à la souris

Juste après le tournage de Fenêtre sur cour, Alfred Hitchcock profite de l’adaptation d’un roman de David Dodge pour tourner un petit divertissement sur la côte d’azur. Il confie cette adaptation à son scénariste John Michael Hayes et s’adjoint les services de deux de ses acteurs fétiches, Cary Grant et Grace Kelly pour former un couple qui deviendra une fois de plus mythique. Le résultat en décevra quelques uns, en déroutera d’autres. En effet La main au collet n’a pas l’intensité d’un thriller comme Psychose ni d’un film d’espionnage comme Les enchaînés. Reste qu’un film d’Hitchcock, fût-il mineur, reste d’une qualité remarquable.

Un vol est commis à Cannes ; très vite, les soupçon vont se porter sur John Robbie, surnommé « Le Chat » pour son habileté à avoir trompé la police durant des années en commettant des cambriolages qui l’ont rendu fameux. Seulement voilà, Robbie vit désormais luxueusement sur la Riviera et, bien que tous les indices laissés sur le lieu du crime le désignent, il dément farouchement être coupable du vol. Bientôt d’autres cambriolages se succèdent et Robbie va devoir mener l’enquête seul, demandant à un agent d’assurance de lui fournir la liste des plus riches personnalités locales afin de devancer les plans du faussaire. C’est là qu’il rencontre Mrs Stevens et sa charmante fille.

Effectivement, le scénario de La main au collet ne casse pas des briques : l’intrigue évolue peu et ne recèle finalement que très peu de suspense. Mais est-ce ici le principal pour Hitchcock, on est en droit de se poser la question. Son but premier était de tourner dans des lieux qu’il aimait (et la Riviera est ici particulièrement à son avantage) une « comédie romantique » qui se rapproche plus de la Screwball comédy des années 40. Les dialogues sont aux petits oignons (on peut goûter un ping-pong verbal extrêmement savoureux entre les deux personnages principaux lors de la scène du feu d’artifice), la mise en scène est d’un raffinement sans pareil et le charme des deux acteurs opère immédiatement.

Il faut dire qu’on a dans La main au collet deux formidables interprètes, Cary Grant en gentleman charmeur, jouant comme jamais de son humour délicieusement décalé, et Grace Kelly en blonde platine plus hitchcockienne que jamais, distillant le chaud et le froid à merveille. L’alchimie de ces deux personnages qui jouent le jeu de la séduction se répercute sur tout le film qui prend plus l’allure d’une romance que d’un thriller, il faut bien le dire. Le dénouement, quelque peu prévisible, passe un peu à la trappe et s’il n’y avait cette belle séquence finale lors du bal costumé on s’en passerait presque.

La photo de Robert Burks, collaborateur attitré d’Alfred Hitchcock depuis Le crime était presque parfait, est joliment mise en valeur par un Vistavision et sera d’ailleurs récompensée aux Oscars. Quant à la réalisation, outre son traditionnel clin d’œil (ici dans un autobus) Alfred Hitchcock nous réserve quelques petites surprises comme les images subliminales d’un chat pour présenter le personnage de Cary Grant ou deux poursuites (dont l’une est malheureusement prémonitoire) en bateau et en voiture. La main au collet est donc un film élégant, parfaitement maîtrisé de bout en bout et qui serait sans doute considéré comme un film majeur s’il n’était pas réalisé par le maître en personne.

Ma note : ****
La main au collet (1955) Alfred Hitchcock
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Princécranoir 13/08/2014 15:46

Moyennement enthousiaste devant cet Hitchcock là, malgré une photo très décorative et un très joli feu d'artifice aux chandelles au début.

neil 14/08/2014 08:49

Ce n'est sans doute pas le meilleur du père Hitch mais je lui trouve tout de même beaucoup de charme.

ideyvonne 28/07/2014 15:35

Destin très étrange (ou prémonitoire comme tu le dis) pour Grace Kelly...
Pour en revenir au film, c'est un classique à voir ou revoir avec un duo d'acteurs comme il en n'existe plus.
Et en parlant de duo qui ont aussi contribué à la beauté du film, je citerai Hal Pereira (directeur artistique tellement de fois nominé) et Edith Head (dont on ne compte même plus les Oscars remportés)

neil 31/07/2014 07:20

Oui, le film est sans doute le symbole de cet âge d'or hollywoodien dont on nous parle si souvent...

karamzin 13/09/2007 19:45

Eeguab a mille fois raison de dire que la Main au collet vaut son pesant cacahuètes mais dans le même temps Hartigan n'a pas vraiment tort lorsqu'il juge ce film mineur, parce qu'il l'est quand même un peu.

Neil 14/09/2007 23:03

D'accord avec toi. On ne se lasse quand même pas de le revoir :)

Hartigan 12/09/2007 22:54

Assez lmineur disons...

Changement de blog (blogspot now) ;)

Neil 12/09/2007 23:31

Ok, c'est noté...et changé dans mes liens ;-)

eeguab 12/09/2007 08:37

Moi j'aime beaucoup La main au collet et me soucie peu des films majeurs ou mineurs de l'oncle Alfred.Il y a tellement d'élégance la dedans,à commencer par le charme inégalable de Cary Grant.Et la Corniche des années cinquante,sans camping-cars...Bravo pour tes notes toujours passionnantes.

Neil 12/09/2007 23:30

Merci eeguab. Moi aussi j'aime beaucoup ce film, même s'il y a d'autres Hitchcock que je préfère il reste vraiment très bon

Haut de page