Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De l’autre côté (2007) Fatih Akin

par Neil 25 Novembre 2007, 00:22 En salles

delautrecote.jpgFiche technique
Film allemand, turc
Date de sortie : 14 novembre 2005
Titre original : Auf der anderen Seite
Genre : chassé-croisé germano-turc
Durée : 2h02
Scénario : Fatih Akin
Photographie : Rainer Klausman
Avec Baki Davrak (Nejat Aksu), Patrycia Ziolkowska (Lotte Straub), Tuncel Kurtiz (Ali Aksu), Hanna Schygulla (Susanne Straub), Nurgul Yesilcay (Ayten Östürk), Nursel Koese (Yeter)…

Synopsis
: Malgré les réticences de son fils Nejat, Ali, veuf, décide de vivre avec Yeter, une prostituée d'origine turque comme lui. Mais Nejat, se prend d'affection pour Yeter lorsqu'il comprend qu'elle envoie son argent à sa fille Ayten en Turquie, pour lui payer des études. A Hambourg, Ayten sympathise avec Lotte, une étudiante allemande aussitôt séduite par le charme et l'engagement politique de la jeune Turque. (Allociné)

Mon avis
: Six personnages en quête de hauteur

Cinéaste allemand d’origine turc, Fatih Akin évoque souvent ses racines et sa culture métissée. Dans Head On l’amour était le fil rouge du long-métrage primé à Berlin. Trois an plus tard, revoilà Akin en compétition, à Cannes cette fois, et en passe de décrocher le sésame palmifide ; las, il n’aura « que » le prix du scénario (et celui de l’office catholique, maigre consolation) avec son magnifique De l’autre côté. Porté par un scénario effectivement mitonné aux petits oignons et des acteurs tous formidables (en particulier Hanna Schygulla… mais j’y reviendrai), ce film débordant d’humanité met les points sur les « i » en matière d’actualité, de sensibilité et surtout de cinéma (puisque c’est bien de cela qu’on parle). Donc l’histoire : d’abord il y a l’aîné, Ali, vieux turc résidant en Allemagne, qui rencontre Yeter, prostituée turque, à qu il décide d’offrir le gîte et le couvert. Son fils Nejat n’est pas bien content, et la suite lui donnera ironiquement raison. Ensuite il y a Charlotte, qui rencontre et tombe amoureuse d’Ayten, réfugiée turque, sous l’œil méfiant de sa mère Susanne. On apprendra bientôt à mieux connaître ces six personnages.

Un certain réalisateur, Alfred Hitchcock pour ne pas le nommer, avait coutume de dire que pour faire un bon film il faut trois choses : une bonne histoire, une bonne histoire et… une bonne histoire. Celle de De l’autre côté est d’une simplicité confondante ; en même temps elle est limpide et percutante. C’est un mélange d’histoires d’hommes et de femmes d’aujourd’hui qui se battent (ou qui se sont battus), qui luttent pour exister, survivre, voire même – qui sait – vivre, tout simplement. Après il y a la façon de la raconter, cette histoire ; c’est là qu’intervient Fatih Akin en démiurge subtil dans son scénario et dans sa mise en scène. Le réalisateur fait s’entrecroiser ces personnages qui se cherchent les uns les autres entre Allemagne et Turquie, et il en faut de peu pour que la frustration du spectateur n’explose devant tant d’actes manqués qui finiront par perdre l’un ou l’autre des protagonistes. Des personnages incarnés par des acteurs et des actrices en verve, Hanna Schygulla en tête. J’ai déjà pu dans ces colonnes dire tout le bien de cette actrice d’origine polonaise, magnifiquement belle à 35 ans dans les films de Fassbinder, bouleversante et tellement juste à maintenant 65 ans dans les quelques scènes où elle intervient dans De l’autre côté qu’elle en éclipse d’un simple regard le reste du casting. La tristesse que l’on peut y lire, la lueur d’humanité que l’on y décèle, sont bien plus éloquents que mille autres discours. Le film de Fatih Akin brasse ainsi de nombreux sujets qui lui sont chers et qui font polémique actuellement, mais il le fait par l’entremise astucieuse de ces vies plus ou moins gâchées par les aléas de la vie moderne. Sans sermon aucun, De l’autre côté dresse dans avec un souffle romanesque certain un portrait juste et émouvant des sociétés occidentale et orientale d’aujourd’hui .

Ma note : 8,5/10

commentaires

Elyette 09/06/2008 13:14

Là aussi, entièrement d'accord. Je suis sortie de la salle bouleversée. C'était très fort.

Neil 10/06/2008 21:26


Très émouvant. Je continue de penser que c'est un des plus beaux films de 2007.


jade 11/01/2008 21:49

J'aime beaucoup ce réalisateur qui sait si bien utiliser sa double culture pour faire des films originaux et remplis d'humanité.J'avais trouvé Head on bouleversant, De l'autre côté l'est aussi avec ses histoires et ses vies qui se croisent et s'entrecroisent et ses riches personnages.J'ai un faible pour Néjat le fils, qui est une belle personne.

Neil 12/01/2008 11:39

Tu me donnes aussi envie de voir Head on. J'essaierai de le choper un de ces 4 !

Wilyrah 28/11/2007 14:43

Avais-tu vu le précédent film de son auteur, HEAD ON ?
J'avais beaucoup aimé, j'aimerais donc bien tenter le coup pour celui-ci si j'en ai le temps et l'argent.

Melody 27/11/2007 00:35

c'est un film très réconciliant finalement!

Neil 27/11/2007 17:45

Très réconciliant, oui, tout à fait. Je n'ai pour l'instant pas entendu une critique négative à son encontre. :)

mohamed 26/11/2007 18:22

Ce film de Fatih Akin ne mérite que des éloges. Deux films m’ont autant émerveillé ces dernières semaines. Il s’agit de Still Life de Jia Zhangke et La Vie des autres"("Das Leben der Anderen") de Florian Henckel.

Neil 27/11/2007 17:44

Je suis d'accord avec toi pour La vie des autres. Par contre, Still life m'a profondément ennuyé...

dasola 25/11/2007 17:06

Rien d'autre à dire. Un très bon film à voir. Cela fait plaisir de voir que le cinéma allemand renait de ses cendes.

Neil 27/11/2007 17:44

Oui, et de belle manière :)

Haut de page