Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Harry Potter et l’ordre du Phœnix (2007) David Yates

par Neil 11 Décembre 2007, 22:43 2000's

Fiche technique
Film britannique, américain
Date de sortie : 11 juillet 2007
Titre original : Harry Potter and the order of the Phœnix
Genre : lutte de pouvoirs magiques
Durée : 2h18
Scénario : Michael Goldenberg, d’après l’œuvre de J.K. Rowling
Photographie : Slawomir Idziak
Musique :Nicholas Hooper et John Williams
Avec Daniel Radcliffe (Harry Potter), Imelda Staunton (Dolorès Ombrage), Rupert Grint (Ron Weasley), Emma Watson (Hermione Grangier), Ralph Fiennes (Lord Voldemort), Gary Oldman (Sirius Black)…

Synopsis : Alors qu'il entame sa cinquième année d'études à Poudlard, Harry Potter découvre que la communauté des sorciers ne semble pas croire au retour de Voldemort, convaincue par une campagne de désinformation orchestrée par le Ministre de la Magie Cornelius Fudge. Afin de le maintenir sous surveillance, Fudge impose à Poudlard un nouveau professeur de Défense contre les Forces du Mal, Dolorès Ombrage, chargée de maintenir l'ordre à l'école et de surveiller les faits et gestes de Dumbledore. (Allociné)

Mon avis : Le diable s’habille en fuchsia

Pour ce dernier épisode en date de la saga Harry Potter, le quatrième réalisateur à s’y coller s’appelle David Yates. Un bref CV ne nous apprend pas grand chose de lui ; réalisateur britannique de pure souche, il s’est longtemps appliqué à réaliser des téléfilms et des séries télévisuelles. Donc, après un réalisateur habituel des soupes pour grand public, un Alfonso Cuaron inspiré et un Mike Newell visiblement fatigué, place à la nouveauté. Lourde tâche pour Harry Potter et l’ordre du Phœnix, énorme pavé plein de rebondissements et d’intrigues parallèles.

Comment renouveler le genre sans trahir l’auteur du best-seller en respectant les desiderata des grands studios tout en ménageant le public enfantin et en ne décevant pas les lecteurs assidus ? C’est sans doute ce qu’a dû penser David Yates avant de s’y mettre. Bon courage. D’autant que ce qui attend Harry dans ce cinquième volume n’est pas piqué des hannetons : une nouvelle directrice à Poudlard, un lien de plus en plus étroit avec Voldemort, une lutte sans merci qui se prépare contre les Mangemorts... sans compter ses premiers émois amoureux.

La frustration est peut-être le sentiment qui domine devant Harry Potter et l’ordre du Phœnix. Frustration du héros tout d’abord, abandonné par Dumbledore, maltraité par Rogue, méprisé par ses condisciples, tourneboulé par ses sentiments envers Cho. C’était flagrant dans le livre, ça l’est déjà un peu moins dans le film, qui parvient difficilement à réellement montrer les différents états d'âme qui envahissent le personnage. Ce qui nous amène un autre grand frustré : le lecteur assidu, qui verra que dans cette adaptation David Yates a dû faire des coupes larges dans le récit pour l’adapter (le film dure toutefois déjà 2h18). Quid du portrait de la mère de Sirius, de l’épisode à l’hôpital Sainte Mangouste, des scènes à Pré-au Lard… ? Frustration aussi des acteurs, pourtant tous fabuleux mais contraints d’effectuer des mini apparitions, telles celles de Helena Bonham Carter ou de Emma Thompson. Une nouvelle recrue se montre toutefois à la hauteur : Imelda Staunton, encore une actrice britannique issue des planches, est impeccable en inquisitrice mielleuse et pet sec haïe de tous.

Mais malgré tout ces défauts, Harry Potter et l’ordre du Phœnix ne s’avère pas aussi épouvantable que ça en a l’air sur le papier : la mise en scène de David Yates n’a certes rien de novateur mais s’avère efficace (ce qui n’est pas un défaut via ma plume), plus à l’aise dans les effets spéciaux de toutes sortes que dans les scènes intimes, mais qu’importe : c’est bien ici qu’on l’attendait au tournant. Dans la famille des films formatés et calibrés pour les enfants (quoique pour ma part je n’emmènerais pas les enfants de tous âges voir le long-métrage, certaines scènes, et certains thèmes étant tout de même bien sombres), cet antépénultième tome de la franchise Harry Potter ne démérite pas et reste somme toute passable.

Ma note : **
Harry Potter et l’ordre du Phœnix (2007) David Yates
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Wilyrah 19/12/2007 11:18

De plus en plus noir, c'est vrai. Le 6 ne sera pas du Disney. En tout cas, ce HP5 a été mon préféré avec celui de Cuaron.

Neil 19/12/2007 19:03

Moui. Mon préféré reste tout de même celui de Cuaron. Mais celui-ci vient juste après.

poteet 15/12/2007 17:42

bonsoir petit pimousse....

Neil 15/12/2007 22:30

damned je suis démasqué ! Bonsoir, poteet :)

dasola 15/12/2007 15:28

Je n'ai lu aucun roman d'Harry Potter.Mais j'ai vu les adaptations cinématographiques. Ce 5ème volet, je l'ai bien aimé mais d'après mes sources, il faut être lecteur d'HP pour tout comprendre car vu la longueur des romans, il est certain qu'il manque des éléments mais rien que pour Imelda Staunton très très bien en "méchante", l'Ordre du phénix vaut le détour.

Neil 15/12/2007 22:41

Oui à partir du 4eme les romans sont tellement épais qu'une adaptation coupe forcément des grosses parties. Mais bon oui, le film vaut le coup quand même :)

Melody 14/12/2007 01:07

je veux dire, je pensais que c'était le dernier. zut.

Neil 14/12/2007 23:15

Je m'en doutais bien (gniark gniark gniark)

Evelyn Dead 13/12/2007 17:13

Moi, je n'ai jamais lu ni vu de Harry Potter, il m'importe simplement de savoir ce que Ralph Fiennes donne dans le film. Est-il toujours aussi chouette ?

Neil 13/12/2007 18:29

hum... Ralph il est pas mal du tout en vilain méchant. Mais on le voit pas beaucoup beaucoup. Et puis il est tout défiguré. Donc si t'y vas juste pour lui tu risques d'être déçue. o_O

Melody 13/12/2007 00:34

antépénultième, zut.

Neil 13/12/2007 18:28

Celà est ma foi fort fâcheux, n'est-ce pas, très chère...

Haut de page