Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blade runner (1982) Ridley Scott

par Neil 4 Janvier 2019, 02:43 1980's

Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 15 septembre 1982
Genre : traque de répliquant
Durée : 1h55
Scénario : David Webb Peoples et Hampton Fancher, d’après l’œuvre de Philip K. Dick
Photographie : Jordan Cronenweth
Musique : Vangelis
Avec Harrison Ford (Rick Deckard), Sean Young (Rachel), Rutger Hauer (Roy Batty), Daryl Hannah (Pris), M. Emmet Walsh), William Sanderson (J.F. Sebastian)...

Synopsis : En 2019, sur les colonies, une nouvelle race d'esclaves voit le jour : les répliquants, des androïdes que rien ne peut distinguer de l'être humain. Après avoir massacré un équipage et pris le contrôle d'un vaisseau, ils sont désormais déclarés « hors la loi ». Un agent d'une unité spéciale, un blade-runner, est chargé de les éliminer.. (allociné)

Mon avis : Les androïdes ne rêvent pas de moutons électriques

Dire que Blade runner a révolutionné l’univers de la science-fiction relève de la lapalissade. Nombre de réalisateurs, de Steven Spielberg à Luc Besson en passant par Alex Proyas s’en sont inspirés dans certaines de leurs œuvres respectives. Mais parler de genre cinématographique en évoquant la science-fiction n’est pas vraiment légitime : qu’ont en commun Solaris et Demolition man sinon de se dérouler dans le futur ?

C’est là que Ridley Scott est un petit malin : après avoir épaté les fans de SF avec Alien, le huitième passager il lui prend la folle idée d’adapter un roman culte de Philip K. Dick, Do Androids dream of electric sheep. Résultat des courses, tollé des fans de l'auteur à la sortie de Blade Runner, et accueil plus que mitigé des critiques de l’époque. C’est que Ridley Scott mélange ici le film d’action et de réflexion, deux genres qu’on pense alors antinomiques.
L’histoire se déroule dans un Los Angeles futuristes, où les hommes ont créés des androïdes pratiquement humain, au visage parfait, mais leur ont ôté une seule chose, la capacité de ressentir des émotions. Ils les utilisent comme esclaves pour coloniser d’autres galaxies ; quand certains se rebellent, on fait appelle au blade runner pour les exterminer (pardon : les « retirer »).

C’est indéniable, Ridley Scott réalise ici parfaitement son pari. Blade runner est sous ses allures de policier teinté d’action un film profond et esthétiquement bluffant. Les décors sont absolument prodigieux, mention spéciale étant faite au désormais célèbre immeuble qui abrite l’appartement de Sebastian. L’ambiance du film est poisseuse, il y pleut tout le temps, les ruelles sont malfamés et l’on y croise toute sorte d’individus. D’ailleurs pour l’anecdote, Rick Deckard aurait été inspiré par Philip Marlowe, le célèbre détective de Raymond Chandler.
Les inspirations de Scott ne se limitent donc pas à la science fiction, son scénario non plus d’ailleurs : si la première version de Blade Runner (merci la Warner…) était marquée par une simplicité toute hollywoodienne qui ravage beaucoup trop de films du genre, la version originelle est toute autre. Les premières phrases contiennent en germe tout le dilemme : les humains ont créés des êtres qui leur sont supérieurs pour les mettre en esclavage et leur refuser toute longévité (leur durée de vie est de quatre ans). Il suffit d’une rébellion pour que la machine s’enraye et que les tout puissants créateurs n’hésitent pas à supprimer bassement leurs « choses ».

Et avec le personnage incarné subtilement par Sean Young la duplicité de l’opération apparaît au grand jour : cette androïde à qui l’ont a implanté des souvenirs factices n’a théoriquement pas droit aux sentiments ; et si l’amour qu’elle éprouve envers Deckard (Harrison Ford dans un de ses rôles les plus marquants) était sincère ? De même, la relation entre Sebastian, le créateur, et le personnage joué par Rutger Hauer mérite toute notre attention : du démiurge isolé et vieillissant précocement ou de l’androïde rejeté qui connaît à l’avance la date de sa mort prochaine, lequel est le plus à plaindre ? On pourrait s’attarder bien longuement sur les richesses d’analyse de Blade runner et on est en même temps pris par la beauté saisissante des images, par le souffle de la mise en scène, par la magie du cinéma.

Ma note : ****
Blade runner (1982) Ridley Scott
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Shin 16/04/2008 09:43

Bonjour,

Je me souviens avoir vu tardivement ce film. J'ai bien aimé, même si j'en attendais un peu plus. Il faudrait sans doute que je le revois par émettre un avis plus définitif mais, pour le moment, mon Ridley Scott favori demeure "Alien, le huitième passager".

Amicalement,

Shin.

Neil 16/04/2008 22:45


Moi je crois que je l'ai encore plus aimé quand je l'ai vu une 2eme fois, ce film. Je ne suis pas un fan particulier des Alien, mais c'est vrai qu'il est bien.


Evelyn Dead 23/12/2007 17:53

On n'a pas fait mieux, dans le genre. Beaucoup moins prise de tête et chiant que le Kubrick, avec des thèmes plus touchants. Le type même du film que l'on se doit de revoir au moins une fois par an. Histoire de remettre certaines idées à leur place. Non ? Si.

Neil 24/12/2007 17:51

Hum... 2001 chiant... c'est ce que je pensais quand je l'ai vu pour la première fois. Et puis plus je le revois plus je l'aime en fait. Sinon oui je suis d'accord avec toi.

zack_ 22/12/2007 21:11

Je viens de voir le film
Je viens de faire ma critique complète sur BAND OF MOVIES (voir sur Google si besoin)

Neil 23/12/2007 10:51

Voilà qui m'intéresse. J'y vais de ce pas. :)

Beno�t 22/12/2007 12:04

Blade Runner... Quel chef-d'oeuvre celui-là. Mon film de science-fiction préféré je pense avec 2001: a space odyssey. Ridley Scoot a signé-là son plus grand film, celui qui lui permet de rester dans la légende du 7ème art...

Benoît

Neil 23/12/2007 10:50

Oui le plus grand film de Scott, indubitablement. Et un des meilleurs films de SF. :)

dasola 19/12/2007 16:56

Souvent copié, jamais égalé (jusqu'à présent). Chef d'oeuvre, rien d'autre à dire.

Wilyrah 19/12/2007 11:17

Pas accroché.

Neil 19/12/2007 19:03

Ah tiens. C'est rare ça...

D&D 17/12/2007 15:24

Bel enthousiasme !
Il y a trop longemps que je l'ai vu pour imaginer mon ressenti aujourd'hui, sorry...
Tâcherai de me ratrapper :-)

Neil 17/12/2007 21:26

Moi aussi ça faisait longtemps que je ne l'avais revu... et cette re-vison a été un pur délice :)

eeguab 16/12/2007 12:22

Extraordinaire création que j'apprécie toujours plus à chaque vision,fréquente.

Moskau 16/12/2007 11:35

Un "classique" comme on dit. Une question : parmis la pléthore de versions que connait Blade Runner, laquelle est la meilleure ?

Neil 17/12/2007 21:25

En tout cas certainement pas la version d'origine, retouchée par la Warner avec une fois mièvre à souhait. Je pense que le version qui sort avec le DVD (et dans quelques salles) est la meilleure, vu qu'elle est director's cut, donc avec la fin imaginée par Scott et sans la voix off qui plombait le film.

Haut de page