Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

17 filles (2011) Muriel et Delphine Coulin

par Neil 9 Décembre 2011, 06:15 Avant-Première

17_Filles.jpg
Fiche technique
Film français
Date de sortie : 14 décembre 2011
Genre : adolescentes en cloque
Durée : 1h27
Scénario : Muriel et Delphine Coulin
Image : Jean-Louis Vialard
Avec Louise Grinberg (Camille), Noémie Lvovsky (L‘infirmière scolaire), Juliette Darche (Julia), Florence Thomassin (La mère de Camille), Roxane Duran (Florence), Esther Garrel (Clémentine)

Synopsis : Dans une petite ville au bord de l’océan, un groupe d’adolescentes décident de tomber enceintes en même temps. Les adultes n’y comprennent rien, pas plus que les garçons. Pourquoi ces filles, toutes scolarisées dans le même lycée, ont-elles décidé de faire un enfant ?

Mon avis : Chroniques d’adolescentes peu ordinaires

Drôle d‘histoire que nous raconte 17 filles, que les réalisatrices sont allées chercher dans un fait divers survenu aux Etats-Unis en 2008. Dans un bled du Massachusetts, dix-sept adolescentes son tombées enceinte en même temps. Pour la petite histoire, les parents desdites gamines ont alors accusé des films comme Juno de rendre glamour les grossesses hors mariage. Ils sont fous ces ricains. D’ailleurs l’histoire ne dit pas cependant si c’est le même garçon qui les avaient toutes mis enceinte, ce qui aurait été bien marrant.  Bref, Delphine et Muriel Coulin ont décidé de partir de ce point de départ pour leur premier long-métrage. Elles adaptent le récit en France, à Lorient pour être précis, et cherchent un peu les motivations qui ont pu conduire ces jeunes filles à faire des enfants toutes au même moment.

Lors de l’examen médical annuel de son lycée, Camille révèle à l’infirmière scolaire qu’elle est enceinte. Elle est toute fière d’annoncer la nouvelle à ses amies, même si elle ne sait pas vraiment si elle va garder l’enfant. Quelques jours plus tard, une fille qui rêve de faire partie du même groupe d’amies prend Camille à part : elle aussi est tombée enceinte. Ce qui nous fait deux filles de la même classe de première dans une situation pas forcément évidente. Lors d’une sortie entre filles, Camille propose soudain une idée, celle de toutes tomber en cloque à la même période. Ce qui tombe bien, c’est que le prochain samedi une grande fête est organisée, et il y aura des garçons. Elles s’entendent toutes pour tenter l’expérience : entre des parents dépressifs et un destin tout tracé, elles n’ont pas grand-chose à perdre.

L’idée de base de 17 filles ne manque pas d’intérêt : l’existence de ce fait divers mérite qu’on s’y attarde d’un peu plus près. En août dernier, Vanessa Schneider sortait d’ailleurs un livre inspiré de cette histoire, Le pacte des vierges. Et les réalisatrices Delphine et Muriel Coulin s’approprient entièrement cette histoire : non seulement elles la déplacent en France, dans une ville un tout petit peu sinistrée, mais elles interprètent le geste de ces filles. Pour elles, c’est un signe des temps de crise, qui brouille nos repères. La symbolique de l’acte désespéré d’adolescentes qui veulent reprendre le destin en main prend alors tout son sens. Elles veulent leur indépendance tout de suite, devenir femmes vite et n’avoir plus de compte à rendre à personne. Sauf qu’on est un peu con aussi quand on a 17 ans, et que c’est pas en s’enchaînant à un gamin sans avoir fini ses études qu’on se libère vraiment. Enfin bon moi je dis ça je dis rien.

A partir de là, 17 filles s’embourbe un peu. Le problème c’est que le film ne fait rien d’un tel sujet. Il ne fait que raconter linéairement le destin de ces jeunes filles certes pas comme les autres mais on bout d’une demi-heure on en a fait le tour. La narration s’installe dans son petit train-train et ne propose au mieux que le portrait d’adolescentes d’aujourd’hui. C’est un peu court, a-t-on envie de dire. Et les actrices ont bau avoir beaucoup de fraîcheur, les second rôles tenus par Noémie Lvovsky et Florence Thomassin ont beau être impeccables, on s’ennuie un peu. La mise en scène ne rehausse pas grand-chose, et les quelques rebondissements de fin de film tentent peu ou prou de relancer l’intérêt sans vraiment y arriver. Le film reste au bout du compte plaisant, sans qu’on s’y attache véritablement, et risque e passer très vite aux oubliettes.

Ma note : **

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

D&D 26/01/2012 17:39


Ma réception n'est peut-être pas très différente de la tienne. Et je suis loin de trouver ça nul. Mais passé un premier temps que je trouve assez fort, et assez réjouissant (déjà parce que ça
change un tantinet des histoires de mecs filmés par les mecs, là, on touche à quelque chose dont les hommes osent manifestement difficilement s'approcher), sans oublier la qualité de
l'interprétation que tu soulignes. Et puis ça s'enlise. Je ne comprends pas trop comment. Trop de "respect" pour le sujet, pour les acteurs, je sais pas...

Neil 28/01/2012 19:11



C'est vrai que la revendication féministe est louable. Cela dit, comme tu l'explique le film ne dévoloppe pas ses potentialités, c'est dommage.



Wilyrah 16/12/2011 20:10


J'ai trouvé ça vide, caricatural, bref absolument inutile et inintéressant. Vis ma vie de lycéenne en cloque. 

Neil 18/12/2011 10:03



Mort de rire : "vis ma vie", c'est bien trouvé ça !



ffred 09/12/2011 10:46


Oui c'est tout à fait ça. Tu l'as vu chez Diaphana finalement ?

Neil 09/12/2011 16:21



Non je l'ai vu en projection de presse : pas eu le temps de contacter Diaphana directement...



Haut de page