Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ninotchka (1939) Ernst Lubitsch

par Neil 17 Juillet 2014, 05:04 1930's

Fiche technique
Film américain
Genre : guerre chaude
Durée : 1h50
Scénario : Charles Brackett, Billy Wilder et Walter Reisch, d’après l’œuvre de Melchior Lengyel
Image : William Daniels
Musique : Werner R. Heymann
Avec Greta Garbo (Ninotchka), Melvyn Douglas (Comte Léon d’Algout), Ina Claire (Duchesse Swana), Bela Lugosi (Commissaire Razinin), Sig Ruman (Iranoff), Felix Bressart (Buljanoff)…

Synopsis : Iranoff, Buljanoff et Kopalski sont chargés par le gouvernement soviétique d'écouler à Paris des bijoux saisis pendant la révolution. L'ancienne propriétaire demande à un ami d'empêcher la vente. Les Soviétiques envoient Ninotchka qui trouve les trois compères en train de mener la grande vie. (allocine)

Mon avis : et en plus elle rit

Les spectateurs de l’époque n’en croyaient pas leurs yeux en voyant l’affiche de Ninotchka : "Garbo rit !", peut-on y lire en gros caractères. Si pour son premier film parlant, Anna Christie, l’argument publicitaire était : "Garbo parle", les studios ont donc choisit l’humour pour vendre l’avant-dernier film de la Divine. Hélas tout ceci sera fort vite oublié, terrassé aux oscars par l’ouragan Autant en emporte le vent. Pourtant cette petite Ninotchka ne manque pas de piquant, loin s’en faut.

Trois officiels russes un peu benêts arrivent à Paris pour vendre pour le gouvernement un célèbre collier qui a jadis appartenu à la grande duchesse Swana. Or, celle-ci séjourne en exil dans la capitale française et un garçon d’étage se charge de lui amener la nouvelle. Avide de récupérer son bien indûment spolié, elle demande à son ami Léon de tout faire pour récupérer son bijou. Quand les soviétiques l’apprennent, ils dépêchent l’agent spéciale Ninotchka pour régler la situation. Bien décidée à imposer ses idées révolutionnaires, elle va cependant tomber sous le charme de la vie parisienne.

On peut raconter l’argument de Ninotchka sans craindre de trop en dire puisque c’est l’avantage de bon nombre de comédies américaines de l’époque, qui reposent non pas sur une intrigue parfois grossièrement dépeinte (et c’est le cas ici) mais plus sur des dialogues et des situations. Et en terme de comédies légères, Lubitsch s’y connaît. Il maîtrise à fond les ressorts comiques qui font qu’une salle entière rit au même moment, il sait manier finesse et élégance avec un sens du rythme impeccable. Ajoutez à cela l’excellence au scénario du couple Billy Wilder (dont l’apogée en tant que réalisateur ne viendra que dix ans plus tard) et Charles Brackett : n’en jetez-plus, vous tenez là une comédie irrésistible.

Et n’oublions pas que nous sommes en 1939 : Ninotchka, sous ses airs faussement badins, est plus irrévérencieux qu’on ne le croit. Certes, le trait est volontairement outrancier et la critique du bolchevisme est légèrement facile, mais  on ne peut isoler le fait que le film sort un mois après l’invasion de la Pologne par l’Allemagne. Un contexte politique que Lubitsch saura d’ailleurs exploiter et de brillante manière trois ans plus tard avec Jeux dangereux.

Mais ce n’est pas le principal attrait du film : si on parle aujourd’hui encore de Ninotchka, c’est en grande partie dû à la prestation de Greta Garbo. La belle suédoise aux yeux de braise s’avère donc avoir un tempérament de feu. Ah, quel plaisir de voir l’austère Reine Christine enfin briser la glace et montrer une autre face de son jeu d’actrice. Du coup Melvyn Douglas paraît bien falot et c’est à peine si on prête attention à la courte apparition de Bela Lugosi. Mais au final c’est avec un plaisir sincère que l’on assiste deux heures durant à la tentative de séduction de Garbo… et on ne peut que succomber.

Ma note : ****
Ninotchka (1939) Ernst Lubitsch

commentaires

ideyvonne 20/07/2014 13:15

La BA du film est elle aussi à voir tellement ils ont insisté sur le fait que Garbo savait aussi rire !
La version Kelly/Charisse n'a pas le même charme

neil 20/07/2014 15:40

Oui c'est drôle de voir à quel point ils ont insisté là dessus. Elle avait une sacré réputation quand même...

Ygor Parizel 17/07/2014 14:46

Pas mon Lubitsch préféré, d'ailleurs avant-hier j'ai découvert Rendez-vous et c'est aussi une merveille

neil 17/07/2014 19:08

Même si ce n'est pas non plus mon Lubitsch préféré, je l'aime beaucoup. La carrière de ce cinéaste est tout de même assez impressionnante.

dasola 15/05/2008 07:53

Bonjour Neil, ce film a en effet montré que Garbo savait jouer la comédie avec beaucoup de talent. Sinon, je me rappelle de Garbo dans des essais pour un film (en couleur). Je n'ai jamais vu des yeux bleus aussi magnifiques. Inoubliable. As-tu vu, la femme aux deux visages (son dernier film) qui est très bien aussi?

Neil 15/05/2008 22:23


Bonjour Dasola, Non, je n'ai jamais vu La femme aux deux visages. D'ailleurs je n'ai pas vu beaucoup de films avec Garbo en fait.


Tietie007 14/05/2008 20:12

Bonne soirée !

Neil 14/05/2008 22:21


Merci, et toi aussi ! :)


Edisdead 14/05/2008 00:09

L'un des premiers Lubitsch que j'ai vu, il y a fort longtemps. Le remake, en comédie musicale, par Mamoulian ("La belle de Moscou") vaut aussi le coup d'oeil (avec Cyd Charisse et Fred Astaire).

Neil 14/05/2008 22:18


Pas vu ce remake. Il me parait bien tentant :)


eeguab 13/05/2008 20:19

Bien jolie Ninotchka et quel beau cinéma que celui de l'esprit,vu par Lubitsch.

Neil 14/05/2008 22:14


Ah oui, ce cinéma est incomparable et n'a pas d'égal je trouve aussi :)


Haut de page