Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Monsieur Verdoux (1947) Charles Chaplin

par Neil 28 Mai 2008, 21:15 1940's

Fiche technique
Film britannique
Genre : bio assassine
Durée : 2h13
Scénario : Charles Chaplin, sur une idée d’Orson Welles
Directeur de la photographie : Roland Totheroh
Musique : Charles Chaplin

Avec Charles Chaplin (Henri Verdoux), Martha Raye (Annabella Bonheur), Robert Lewis (Maurice Bottello), Mady Correl (Mona), Alison Roddan (Peter Verdoux), Audrey Betz (Martha Bottelo)

Synopsis : Monsieur Verdoux, bon père et bon époux, séduit puis assassine douze femmes... (allocine)

Mon avis : Henri, portrait d’un serial killer

Une fois n’est pas coutume, Chaplin n’est pas à l’origine du scénario de Monsieur Verdoux. A l’origine c’est Orson Welles qui a développé l’idée et qui pensait à lui pour interpréter le rôle titre. Chaplin déclina car il ne voulait pas être dirigé par un autre metteur en scène et a finalement acquis les droit et s’est approprié cette histoire inspirée par Landru. Réalisé juste après Le dictateur, le film sera une énorme déconvenue pour Chaplin : en pleine période de chasse aux sorcière, le public et la critique ne pardonneront pas à l’incarnation de Charlot le ton cynique et l’humour noir de Monsieur Verdoux.

Le film s’ouvre sur un cimetière : d’outre-tombe le personnage principal nous parle et évoque sans fard l’activité lucrative qui était la sienne de son vivant : l’assassinat de femme riches. Il s’attèle alors à nous raconter son histoire, qui débute avec la crise de 1929. Jusque là Henri Verdoux était un banquier qui gagnait bien sa vie mais a tout perdu à cette occasion. Nous nous retrouvons alors dans la demeure d’une petite famille française qui n’ont plus de nouvelles d’un des membres féminins de la fratrie. Celle-ci vient d’épouser un homme qu’ils ne connaissent pas et n’a plus donné signe de vie depuis. Intrigués, ils se rendent à la police qui évoque alors l’existence d’un homme coutumier de multiples mariages similaires.

Il est vrai que Monsieur Verdoux tranche avec le reste de la filmographie de Chaplin : il s’agit une fois de plus d’une comédie, certes, mais où l’on rit jaune et parfois à contrecœur. Le sujet est grave mais Chaplin a bien prouvé avec son précédent film que l’on peut rire de tout et même du pire. Nombreuses sont donc les séquences du film où la dérision et le burlesque sont mises en avant – en particulier les scènes mettant en scène la maîtresse de Verdoux, Annabella Bonheur. La démarche et les mimiques de Chaplin, ainsi que les tocs de son personnage, ne font qu’augmenter l’effet comique obtenu, et font ainsi retomber la tension dramatique qui sans ça aurait pu être terriblement plombante.

Un autre aspect que l’on a beaucoup reproché à l’auteur à la sortie du film est que Chaplin a visiblement ressenti une certaine empathie envers ce Monsieur Verdoux, qui est pourtant un monstre, disons le clairement. Les séquences où il est avec sa famille, ou celles où il discute avec cette jeune vagabonde qu’il va plus ou moins aider malgré lui, sont parmi les plus réussies de Monsieur Verdoux et apporte un éclairage particulier à ce tueur sans scrupule qu’étaient semble-t-il le vrai Landru. Sans compter cette magnifique scène finale qui apporte un point de vue sans concession sur la peine de mort. Chaplin délivre mine de rien à travers ce film un bon nombre d’idées fortes qui ne font finalement que renforcer la thèse principale de toute son œuvre : celle d’un humaniste capable d’éprouver de la compassion pour tout un chacun. 

Nombreux sont les grands films incompris de leur époque : nul doute que Monsieur Verdoux en fait partie intégrante. C’est une œuvre moderne pour son temps et qui se bonifie sans doute avec les années. Chaplin y livre une performance remarquable, toute en finesse et d’un humour pince sans rire ravageur. On sent avec ce film qu’à la fin de sa carrière le trublion Charlot a souhaiter ôter le masque pour révéler une part plus sombre de sa personnalité, plus complexe mais aussi plus touchante et singulièrement intéressante.

Ma note : 8/10

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

D&D 24/06/2008 01:40

Très heureux de lire sur ce film... Souvent "délaissé", il me semble... Je l'ai beaucoup aimé en le voyant, et bien que ce soit une formule que je trouve souvent plutôt c**** en soi : j'ai été surpris par sa "modernité", pour faire très court. Tant dans le propos que dans la forme.
J'avoue pourtant que "Les temps modernes" et "Les lumières de la ville" m'ont davantage ébloui...
En même temps, à ce niveau-là !...
Bref : ton billet, ainsi que les remarques d'eeguab, me donne vivement l'envie de le revoir ;-)

Neil 25/06/2008 22:47


Tout pareil que toi, et si j'ai pu t'inciter à le revoir, tant mieux "_"


Wilyrah 20/06/2008 21:39

J'ai honte. Je ne connaissais pas ce film là avec Charlot...

Neil 25/06/2008 22:46


Pas de quoi avoir honte : c'est franchement pas son plus connu. "_"


Edisdead 30/05/2008 11:59

Je trouve Monsieur Verdoux absolument génial. Comme eeguab, c'est peut-être mon Chaplin préféré (l'un des mieux mis en scène, si mes souvenirs sont bons). Je ne l'ai pas vu depuis longtemps, mais il doit être passionnant à voir aussi en rapport avec l'oeuvre antérieure. Faire "Le Dictateur" n'a pas empêché le pire, il ne restait plus alors qu'à tuer Charlot dans une farce macabre.

Neil 02/06/2008 22:00


Personnelement, je lui préfère peut-être Les lumières de la ville mais ça reste un grand film.


eeguab 29/05/2008 21:13

Un grand,un très grand film,au montage parfait alternatif.Entre autres bijoux,la discussion sur Schopenauher,la noyade ratée,le discours et la marche au supplice.Hallucinant.Peut-être le meilleur film long métrage de Chaplin qui pourtant en a fait de tellement beaux.

Neil 02/06/2008 21:58


Oui je retiens aussi particulièrement cette marche vers l'échaffaud particulièrement impressionnante. Un très beau film.


Beno�t 29/05/2008 15:10

Pas encore vu ce film, mais vu l'importance du personnage dans le cinéma, il faudra bien que je m'attarde sur ce Monsieur Verdoux un jour.

Neil 29/05/2008 17:45


Une oeuvre méconnue de Chaplin, à découvrir.


Anne/Garance 29/05/2008 10:33

Bonjour Neil ! J'aime beaucoup ce film aussi, et c'est vrai qu'il est particulier. Il y a longtemps que je l'ai vu mais j'entends encore ce "Monsieur Veudoux" dit avec l'accent qui m'amusait beaucoup. Bonne journée, Neil ;-)

Neil 29/05/2008 17:45


Bonjour Garance :)
Oui, moi aussi j'ai gardé en tête ce "Monsieur Verdoux" prononcé avec l'accent british. Il est craquant.


Haut de page