Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rocco et ses frères (1960) Luchino Visconti

par Neil 8 Juillet 2008, 21:02 1960's

Fiche technique
Film italien, français
Date de sortie : 10 mars 1960
Titre original : Rocco i suoi fratelli
Genre : chronique familiale
Durée : 2h57
Scénario : Luchino Visconti, Suso Cecchi d’Amico et Vasco Pratolini, d’après l’œuvre de Giovanni Testori
Photographie : Giuseppe Rotunno
Musique : Nino Rotta
Avec Alain Delon (Rocco Parondi), Annie Girardot (Nadia), Roger Hanin (Morini), Claudia Cardinale (Ginetta), Renato Salvatori (Simone Parondi), Paolo Stoppa (Cecchi), Spiros Focas (Vincenzo Parondi)…

Synopsis : Fuyant la misère, Rosaria et ses quatre fils quittent l'Italie du Sud pour Milan où vit déjà l'aîné Vincenzo. Chacun tente de s'en sortir à sa façon. Mais l'harmonie familiale est rapidement brisée : Rocco et Simone sont tous les deux amoureux d'une jeune prostituée, Nadia… (Allociné)

Mon avis : Family business

La carrière de Luchino Visconti a débuté avec le mouvement néo-réaliste. Ce sont des films comme Les amants diaboliques et La terre tremble qui vont le faire connaître dans les années quarante. Déjà dans ce dernier Visconti suivait la destinée d’une famille modeste, des pêcheurs. Dix-huit ans plus tard il va reprendre cette même thématique de la chronique familiale, en suivant toujours une famille modeste dans Rocco et ses frères. Ici la famille vient du sud de l’Italie et débarque en train à Milan. Ils rejoignent l’aîné, Vincenzo, qui fête ce soir là ses fiançailles avec la bellissima donna qu’est Ginetta (Claudia Cardinale, d’une beauté à faire fondre un iceberg). La mamma Rosaria se voit déjà vivre aux crochets de son fils aîné mais la belle-famille ne l’entend pas de cette oreille. Rocco, sa mère et ses quatre frères vont donc cohabiter dans un appartement miteux et voient d’un très bon œil l’arrivée des premiers flocons de neige à déblayer, synonyme d’embauche pour les courageux travailleurs qu’ils sont.

Et là je ne vous ai résumé que le tout début : c’est dire s’il s’en passe des choses dans ces pratiquement trois heures que dure Rocco et ses frères. Comme à son habitude, Luchino Visconti dresse une épopée flamboyante, ici dédicacée aux humbles, aux nantis. Point de misérabilisme pour autant : Rocco et ses frères sont fiers comme des latins et ne s’encombrent pas de jérémiades. Et Visconti filme les couches populaires comme il filme l’aristocratie en fin de règne. D’abord la montée en puissance, les années de dure labeur qui finissent par payer : Simone devient boxeur professionnel, Rosaria se fait appeler Madame. C’est là qu’apparaît Nadia, qui va se mettre entre Rocco et Simone, entre le pur et le dur, le bon et la brute. L’affrontement biblique peut enfin commencer, et avec lui la déchéance de la famille Parondi. Encore une fois, c’est une femme qui va mettre le feu aux poudres, qui va faire parler la violence trop longtemps contenue. Même Cecchi ne pourra rien y faire, le sacrifice de Rocco est lui aussi inutile : rien n’arrête les forces du destin. Comme dans Le guépard la chute sera inéluctable, mais la morale finale gardera un léger espoir, dans les yeux du jeune Luca et dans ces visages d’ouvriers à l’usine. Visconti marxiste, qui l’eût cru, et pourtant… Découpé en quatre parties pas toujours homogènes Rocco et ses frères renoue avec le discours néo-réaliste en y ajoutant superbement une touche de romanesque, un souffle épique. Et puis voir Delon et Girardot en couple de jeunes premiers, c’est quand même pas si mal.

Ma note : 9/10
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Valden 22/08/2009 22:05

Vu au CinéClub de la télé, il y a longtemps, mais je garde le souvenir vivace d'une Annie Girardot, grande tragédienne.

Bastien 19/07/2008 11:01

Je l'ai vu il y a fort longtemps, quand j'étais encore à l'école secondaire lol, donc souvenir très flou.. Mais je me souvins avoir assez apprécié, à retenter donc ^^

Neil 19/07/2008 14:10


Oh, c'est pas si vieux pour toi lol "_"


Charlotte 15/07/2008 17:55

Bonjour, juste un petit commentaire parce que je vois que je ne suis pas la seule fan des classiques américains ça fait plaisir ! je voulais juste dire que c'est une très belle critique de Rocco et ses frères et je pense qu'on pouvait faire un parallèle avec the Amazing Mr X de Bernard Vorhaus. Qu'en pensez vous ? Je sais pas ou vous regardez vos classiques mais il est possible d'en voir un bon nombre gratuitement sur www.orpheane.com.
Bonne journée

Neil 19/07/2008 14:09


Je ne connais pas ce film, donc je ne pourrais te donner mon avis. Merci en tout cas pour le lien :)


Edisdead 11/07/2008 14:19

Mon souvenir, outre la beauté de Delon, Cardinale etc..., c'est une noirceur, une intensité dramatique qui tend vers le tragique. Quand on le découvre, c'est très impressionnant (comme "Les damnés", autre chef d'oeuvre visontien).

Neil 14/07/2008 16:42


Oui il est assez noir en effet. Moins que Les damnés je trouve, mais la tragédie est bien là


Beno�t 10/07/2008 13:04

Visconti est un cinéaste qui m'intéresse, j'essaierai de voir ses films prochainement.

Neil 14/07/2008 16:41


Je te souhaite bien du plaisir "_"


eeguab 09/07/2008 20:19

Visconti est immense.Aussi brillant avec les aristocrates finissants,la trilogie allemande, les pêcheurs de La terre tremble,ou les prolos migrant au Nord

Neil 09/07/2008 21:38


Je suis bien d'accord avec toi : Visconti est pour moi un des meilleurs, sinon le. :)


dasola 09/07/2008 17:29

Bonjour Neil. Une fois de plus, encore un chef d'oeuvre à voir parce que c'est Visconti, que Delon était beau et qu'en plus il avait du talent. Le noir et blanc est superbe. L'histoire fait pleurer. A voir et à revoir.

Neil 09/07/2008 21:37


Bonjour Dasola. Oui, c'était une belle époque c'est vrai. Et la photographie est impeccable.


Haut de page