Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La corde (1948) Alfred Hitchcock

par Neil 27 Septembre 2014, 05:52 1940's

Fiche technique
Film américain
Titre original : rope
Genre : crime presque parfait
Durée : 1h20
Scénario : Hume Cronyn et Arthur Laurents, d’après l’œuvre de Patrick Hamilton
Image :
William V. Skall et Joseph A. Valentine
Musique : David Buttolph d’après l’œuvre de Francis Poulenc
Avec James Stewart (Rupert Cadell), John Dall (Brandon Shaw), Farley Granger (Philip Morgan), Joan Chandler (Janet Walker), Douglas Dick (Kenneth Lawrence), Constance Collier (Mme Atwater)…

Synopsis : deux étudiants en suppriment un troisième, pour la seule beauté du geste. Défi suprême, le meurtre précède de peu une soirée ou ils reçoivent les parents de la victime et leur ancien professeur. (allocine)

Mon avis : petit meurtre entre amis

Pour son premier film en Technicolor, Alfred Hitchcock pimente la difficulté technique en réalisant un film laissant croire au spectateur qu’il fut tourné en un seul et même plan. Adapté d’une pièce de Patrick Hamilton, La corde devait en effet garder l’impression d’unité de temps et de lieu. Les capacités des caméras ne lui permettant de tourner que des plans de 10 minutes, Hitchcock aura alors recours à de subtils raccords pour faire illusion. Mais le film ne se résume pas à cette originalité technique unique en son genre.

La première scène de La corde nous montre une strangulation en plein cadre. Deux jeunes hommes étranglent un troisième avec une corde, puis le cachent tout simplement dans un coffre. On apprend qu’ils n’ont fait ça que « pour la beauté du geste » et ont invité, pour pimenter le tout, les proches du défunt à dîner. Un jeu au chat et à la souris va alors se jouer entre les convives qui ignorent tout du meurtre et les deux criminels, le spectateur jouant le rôle de voyeur.

On le voit donc, le scénario de La corde est assez riche en lui-même et permet de développer de nombreux thèmes qu’affectionne Hitchcock : culpabilité, relations troubles… et surtout une des questions qui revient souvent dans l’œuvre du maître du suspense : peut-on commettre le crime parfait ? Parfait dans le sens d’impuni, cela va de soi. Et il élargit le discours ici en y ajoutant une subtilité machiavélique : un crime doit-il être motivé par un mobile particulier ? Selon Rupert Cadell, l’ancien professeur de Brandon et Philip, on peut commettre un crime selon des critères tout autres, comme la supériorité d’un être sur un autre qui lui donnerait droit de vie et de mort sur autrui. Ce qui nous ramène à la théorie du Surhomme de Nietzsche, considéré par Cadell comme purement théorique, ce qui n’est pas le cas de Brandon.

Car du couple de La corde, formé entre Brandon et Philip, le premier en est le diable tentateur. Superbement interprété par John Dall, Brandon est un être fougueux et exalté, persuadé de son bon droit et de sa supériorité. Une supériorité qu’il exerce à dessein sur Philip, un Farley Granger sur lequel passent graduellement toute une palette d’émotions. La relation entre ces deux là est particulièrement intéressante, leur homosexualité latente restant tout du long sous-tendue par des regards et des lapsus. Quant au professeur, magistral James Stewart, son rapport avec Brandon et Philip n’est pas non plus exempt d’une certaine ambiguïté. La tension dramatique est maintenue pendant tout le film grâce à des scènes jubilatoires, comme celle où la gouvernante dessert petit à petit le couvert sur le coffre pour pouvoir y ranger des livres. Songeons aussi à l’habileté dont a dû faire preuve l’équipe du film coincée dans ce huis clos en quasi plan unique. Ceci dit, plus qu’une expérience cinématographique, La corde est un Hitchcock majeur.

Ma note : ****

La corde (1948) Alfred Hitchcock

commentaires

THOM PRN 06/11/2014 13:18

Un de mes Hitchcock préférés.

neil 06/11/2014 17:57

Maître Hitch dans la maîtrise de son art

Benoît 08/04/2007 23:48

Film majeur, il est vrai au niveau de la technique.
Mais j'ai trouvé l'interprétation des acteurs (excepté Stewart) assez mauvaises. Et le scénario est plutôt léger...
Mais chef-d'oeuvre au point de vue de la réalisation, entièrement d'accord sur ca :)

archimede 19/05/2006 00:23

salutj ai vu ce film il y a quelques mois (je l avais emprunté à ma bibliotheque de quartier) effectivement j avais bien remarqué que le film se voulait être comme un plan sequence unique... j etais bien naïf de le penser vraiment, merci pour cette information technique!je vois que tu es aussi un cop' de Franka....et grand cinéphilelongue vie à ton blog !je recherche des blogs consacrés au cinéma, si tu as quelques liens sympa tu pourrais me les faire parvenir?je mets ton blog dans mes favoris.à bientot, archimede

Haut de page