Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Three times (2004) Hou Hsiao Hsien

par Neil 3 Mars 2014, 06:07 2000's

three_times.jpg Fiche Technique
Film taïwanais
Date de sortie : 16 novembre 2005
Genre : Histoires d’amour
Durée : 2h
Scénario : Chu Tien-Wen
Image : Mark Lee Ping-Bing
Avec Shu Qi (May/la courtisane/Jing), Chang Chen (Chen/M.Chang/Zhen)…

Synopsis : trois époques, trois histoires, 1911, 1966, 2005, incarnées par le même couple de comédiens. Ce conte sentimental évoque ainsi la triple réincarnation d'un amour infini... 1966, Kaohsiung : le temps des amours : Chen tombe amoureux de May, rencontrée dans une salle de billard. Mais il doit partir faire son service militaire. 1911, Dadaocheng : le temps de la liberté : Une courtisane est éprise d'un révolutionnaire qui la néglige, préférant se consacrer à ses activités politiques. 2005, Taipei : le temps de la jeunesse : Jing, jeune chanteuse épileptique, vit une aventure avec une femme, Micky. Employé dans une boutique de photos, Zheng trompe Blue, sa petite amie, avec Jing. (allocine)

Mon avis : romances évaporées pour voyageur temporel

Considéré comme le maître actuel du cinéma taïwanais, Hou Hsiao Hsien est un habitué du festival de Cannes. Pour son sixième film sélectionné sur la croisette, Three times, le réalisateur nous a livré une œuvre très difficile à appréhender dans sa globalité. Composé de trois histoires différentes mais jouées par le même couple d’acteurs, il traite très élégamment du désir et de l’amour à trois époques différentes (1966, 1911 et 2005). Si le traitement visuel est de toute beauté, les images hypnotiques n’interpellent pas forcément le spectateur dans chacun des trois récits, au risque de nous laisser en reste ou même de nous ennuyer ferme.

La première histoire de Three times prend place en 1966, dans un salon de billard où un jeune conscrit va rencontrer une superbe beauté, ils vont se chercher, se trouver, se rechercher, se retrouver, tout ça sans beaucoup de dialogue et sur une bande son d’époque. Les images léchées nous renvoient la subtile histoire d’amour non consommée d’In the mood for love, le traitement est tout aussi délicat et envoûtant. J’ai tout de même eu du mal à retenir mon éclat de rire quand les premières notes de Rain and tears ont commencé à retentir mais c’est le seul bémol que je pourrais apporter.

La deuxième partie de Three times est la plus belle à mon sens ; située en pleine révolution dans un Taiwan opprimé par le joug japonais, elle nous entraîne dans une maison de courtisanes où un drame politico-amoureux va se nouer. C’est tout un univers qui nous est dépeint en quelques scènes brèves mais passionnantes et toujours aussi stylisées. Au troisième récit mon attention a commencé à faiblir : j’ai eu énormément de mal à m’intéresser à la vie de cette jeune épileptique dans le Taipei actuel. Si la reconstitution est d’une puissance suggestive indéniable (et ce dans les trois parties), le scénario pêche quand même parfois et l’auto-contemplation arty lasse finalement.

Alors oui, les images de Three times sont absolument magnifiques et les acteurs sont excellents. L’ancienne mannequin Shu Qi est d’une beauté renversante, elle fait chavirer bien des cœurs et en particulier celui de Hou Hsiao Hsien qui, depuis Millenium mambo, en a fait son égérie absolue (un peu trop peut-être, tant elle se trouve sur chaque plan). Quant à Chang Chen, il nous prouve une fois de plus l’étendue de son talent et son magnétisme ravira sans doutes ces dames. Certes, on ne peut rien reprocher plastiquement parlant au film mais je trouve que chaque partie aurait mérité une plus longue exposition : certains épisodes pourraient en effet faire l’objet d’un long métrage propre, histoire de se plonger plus longtemps dans la douce rêverie qui émane de leurs images.

Ma note : ***

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

DnD 17/06/2014 14:02

Bon, je ne te surprendrai peut-être pas en te disant que c'est un de mes films préférés de ces dix dernières années, même si je craque un tantinet plus pour "Millenium Mambo" qui le précède (je ne me souviens plus si tu en as parlé). Deux films que je ne peux voir qu'en salles en tout cas. Et deux films que j'ai trouvés jouissifs à la seconde vision. J'ai eu plus de mal avec "Three Times" à la première...

neil 21/06/2014 13:25

Non je ne suis pas vraiment surpris. Je préfère aussi Millenium mambo, sur lequel j'avais également écrit. Je les reverrais bien, tiens...

Haut de page