Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La cloche a sonné (2004) Bruno Herbulot

par Neil 19 Mars 2015, 06:02 2000's

Fiche Technique
Film français
Date de sortie : 17 août 2005
Genre : secte pour bobos
Scénario : Maud Baigneres et Jérôme Boivin
Image : Romain Winding
Avec Fabrice Lucchini (Simon Arcos), Amira Casar (Vera), François Cluzet (Jean), Elsa Zylberstein (Léa), Cartouche (Hervé), Valérie Bonneton (Nathalie)…

Synopsis : stress ? Manque d\'oméga 3 ? Difficultés relationnelles ? Problèmes sexuels ou de transit ? Besoin d'un break ? Inscrivez vous au stage de Simon Arcos et expérimentez sa méthode unique. (allociné)

Mon avis : mais que sont-ils allé faire dans cette galère ?

On imagine facilement le genre de réflexion qui a pu mener à la naissance de La cloche a sonné : faire une comédie divertissante et légère avec deux ou trois stars montantes ou populaires pour les quelques spectateurs qui s’aventureraient dans une salle de cinéma pendant l’été. Ou comment bâtir un film à partir d’un scénario inexistant, mais avec des acteurs plus ou moins de renom. Un des personnage dit d’ailleurs au début du film : « Oui mais, concrètement, c’est quoi le programme ? ». On se le demande.

La construction même des personnages de La cloche a sonné est d’ailleurs d’une banalité consternante. Ça n’enlève en rien au talent des acteurs, mais à force de leur coller toujours le même genre de rôle, ça devient lassant. François Cluzet joue l’éternel bougon, Amira Casar la déprimée de service, Elsa Zylberstein la fille paumée en manque d’amour, et Fabrice Lucchini… fait du Lucchini. Et il le fait très bien d’ailleurs : le film est un show permanent de l'acteur pour les amateurs. Les réalisateurs français sont-ils tellement frileux qu’ils n’osent pas innover, ne serait ce que dans le casting ?

Seul le scénario pourrait venir sauver ce qui reste de La cloche a sonné. Hélas, rien de bien alléchant à se mettre sous la dent. Le thème du gourou un peu fêlé qui attire en séminaire un groupe de citadins un peu paumés a déjà été mille fois traité. Quelques gags certes prévisibles mais toujours efficaces arrivent à nous sortir de notre torpeur. À part ça on s’ennuie ferme, la réalisation est mollassonne et on ne sait pas bien où tout ça nous mène. Ça n’est pas la fin qui nous donnera de réponse d’ailleurs.

Ma note : °

La cloche a sonné (2004) Bruno Herbulot

commentaires

Haut de page