Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Edward aux mains d'argent (1990) Tim Burton

par Neil 17 Octobre 2014, 05:51 1990's

Fiche Technique
Nationalité : américain
Date de sortie : 10 avril 1991
Titre original : Edward scissorhands
Genre : fable ébouriffée
Durée : 1h40
Scénario : Caroline Thompson

Image : Stefan Czapsky
Musique : Danny Elfman
Avec : Johnny Depp (Edward), Winona Ryder (Kim Boggs),
Vincent Price (L'inventeur), Dianne Wiest (Peg Boggs), Anthony Michael Hall (Jim), Kathy Baker (Joyce Monroe)...

Synopsis : Edward Scissorhands n'est pas un garçon ordinaire. Création d'un inventeur, il a reçu un cour pour aimer, un cerveau pour comprendre. Mais son concepteur est mort avant d'avoir pu terminer son oeuvre et Edward se retrouve avec des lames de métal et des instruments tranchants en guise de doigts. (allocine)

Mon avis : quand Tim Burton posait les bases de son univers


Voilà avec Edward aux mains d'argent un film qui a marqué bon nombre de spectateurs et qui fait encore figure de film culte pour de nombreux fans de Tim Burton. On peut d'ailleurs le voir comme un condensé de toute son œuvre : un univers fantastique, une attention accordée aux décors, des personnages loufoques, une communauté isolée. nombreux points communs qui seront repris dans ses autres réalisations et qui constituent son univers. Ici nous avons donc un inventeur un peu fou qui créé un fils de substitution mais n'a pas le temps de lui greffer des bras. Quand une sympathique vendeuse de cosmétiques en porte à porte le découvre, elle va vouloir le recueillir chez elle, au sein du petit village au bas de la colline. Elle ne se doute pas des répercutions de son geste.

On pense bien sûr dans Edward aux mains d'argent à la légende de Frankenstein, elle-même inspirée par le mythe de Prométhée. D'autant que Tim Burton a réalisé quelques années auparavant Frankenweenie, un moyen-métrage largement inspiré du thème créé par Mary Shelley, et dont il tirera plus tard un long-métrage. Mais on s'éloigne très vite de la relation entre l'inventeur et sa créature : ici, notre Edward va devoir se coltiner avec le monde réel. Et vice versa. Au début tout va bien : il va très vite attiser la curiosité des (trop ?) gentils habitants du village (qui n'ont semble-t-il pas grand chose à faire que ça d'ailleurs) puis s'attirer leur sympathie. A tel point qu'il va devenir la mascotte du village et rendre un grand nombre de services à la communauté. Le point culminant de cet engouement est sans doute cette scène d'une sensualité rafraîchissante où le personnage principal va pouvoir se servir de ses "mains" pour couper les cheveux de ses dames (attribut ô combien érotique).

Subtilement on voit alors dans Edward aux mains d'argent les données irrémédiablement changer, le nouveau venu devenant ainsi un grain de sable dans les rouages de ce monde clos. Aussi vite qu'ils l'avaient soi-disant intégré, tous vont vouloir se débarrasser de l'intrus qui a dérangé leur petit monde trop tranquille. Et c'est là qu'apparaît dans toute sa splendeur l'univers bien trop superficiel et aseptisé dans lequel se meuvent toutes ces commères. Les couleurs criardes des habitations proprettes font écho à la triste mansarde dans laquelle Edward a grandi, ainsi que la chaleur humaine qui l'accueille rappelle le manque d'amour qu'il a du subir. Cependant les apparences vont très vite s'avérer trompeuses et le vernis s'écailler très vite. Même l'amour que lui porte une jeune adolescente ne parviendra pas à venir à bout de ces obstacles.

Niveau casting, Edward aux mains d'argent s'avère très intéressant : Johnny Depp est épatant dans le rôle de cet être dans l'apprentissage de ses propres émotions. Il développe une grande palette de talents dont il saura se servir à bon escient pour ses futures interprétations. A ses côtés brillent la mignonnette Winona Ryder dans un rôle un peu fade et surtout Dianne Wiest, actrice habituée des plateaux de Woody Allen qui effectue ici une prestation toute en nuance et en discrétion. Finalement le seul défaut que l'on puisse trouver au film, c'est peut-être un discours un peu simpliste quelquefois. A croire que Tim Burton a un peu perdu de son mordant à trop vouloir faire grand public. Edward aux mais d'argent n'en reste pas moins un film d'une grande poésie à déguster sans bouder son plaisir.

Ma note : ****

Edward aux mains d'argent (1990) Tim Burton
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

THOM PRN 06/11/2014 13:18

Un grand film. Le meilleur Burton, tout simplement.

neil 06/11/2014 17:58

Le meilleur oui, je le crois aussi

Valden 22/08/2009 22:39

Quand Edward raconte au resto à la famille son entrevue au salon de coiffure avec la femme libidineuse, et qu'il leur dit de façon candide qu'elle s'est mise toute nue, la tête de la mère! Je me repassais cette scène en boucle.
Un fil rouge pour la plupart des films de Burton : le téléscopage de deux mondes symétriquement différents : celui de Noël et celui d'Halloween, celui des morts et celui des vivants, celui du coloré kitsch et celui du noir émo, celui du choux et celui du chocolat, celui des terriens et celui des martiens, etc.

Wilyrah 29/06/2007 18:30

Superbe conte de Tim Burton, certainement son chef d'oeuvre. Johnny Depp est sensationnel, méconnaissable, habité, poignant. Les superlatifs manquent. Seule la magie de ce film peut permettre de comprendre l'excellente de Edward Scissorhands.

Haut de page