Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ivan le Terrible (1945) Sergei M. Eisenstein

par Neil 10 Novembre 2007, 00:43 1940's

ivanleterrible.jpgFiche technique
Nationalité : Russe
Titre original : Ivan Grozny
Genre : Reconstitution historique
Durée : 3h10
Scénario : Sergueï M. Eisenstein
Musique : Sergueï Prokofiev
Directeur de la photographie : Edouard Tissé et Andréï Moskvine
Avec : Nicolaï Tcherkassov (Ivan IV , Tsar de toutes les Russies), Ludmilla Tzelikovskaïa (la tsarine Anastasia), Pavel Kadotchnikov (Vladimir Andreïevitch Staritzky), Séraphina Birman (Euphronisia Staritzkaïa).

Synopsis : Devant l'incapacité des régents, le jeune Ivan décide de se faire couronner. Mais sa tante, qui voudrait voir son fils Vladimir sur le trône, avec la complicité des boyards, fait empoisonner la tsarine. Ivan se retire alors dans un monastère. Le peuple rappelle Ivan.... (Allociné)

Mon avis : Faste et furie

En 1941 Staline commande à Eisenstein, tout juste auréolé du succès de Alexandre Nevski, un film sur Ivan IV, le premier tsar à avoir unifié les royaumes éclatés de Russie. Le film a pour vocation, en ces périodes de guerre, d'exalter le sentiment patriotique. Eisenstein prévoit alors de réaliser un triptyque qui reste aujourd'hui encore inachevé. En effet, si la première partie donne une image magnifiée du monarque, la deuxième partie, qui le présente sous un aspect plus complexe et tourmenté, sera censuré jusqu'en 1958 par le pouvoir en place. Eisenstein mourra en 1948 sans avoir pu achever son œuvre.

La première partie du film nous présente donc l'accession au trône d'Ivan au grand dam des boyards, ces seigneurs qui voyaient justement d'un mauvais oeil l'arrivée de ce tsar voulant diminuer leurs pouvoirs de suzerains. A coup de complots et stratégies politiques, ils vont finalement réussir à l'isoler avant que le peuple ne réclame son retour sur le trône. Tourné en noir et blanc, cette partie est mise en valeur par des décors et des costumes somptueux, l'intrigue est excellemment amplifiée par les jeux d'ombre et de lumière et la mise en scène flamboyante.

La seconde partie nous montre la solitude d'Ivan et sa mégalomanie naissante. Il est tellement préoccupé par ses rêves de grandeur qu'il en vient à confondre gloire personnelle et nationale. On le voit petit à petit sombrer dans une folie paranoïaque justifiée par les conspirations qui continuent à s'ourdir contre lui. Tout à coup, à la faveur d'une scène de festin brillante, le miracle de la couleur nous apparaît. Une fin baroque et chatoyante peut alors se dérouler devant nos yeux ébahis.

C'est vraiment une œuvre à la fois colossale et intimiste qu'a réalisée Eisenstein. Colossale au vu des décors et des costumes, mais aussi de l'interprétation hyperexpressive des acteurs (le rôle des regards est sur ce point exemplaire) et de la dimension hiératique du personnage d'Ivan le Terrible. Intimiste car elle présente, en particulier dans la seconde partie, la figure d'un tyran tourmenté, loin des idées reçues des biographies traditionnelles. Au delà de la fidèle hagiographie qu'on lui avait demandée, Eisenstein a esquissé un personnage complexe, plus proche d'un Hamlet que d'une réalité stricto sensu, et a préféré nous inciter à une réflexion sur le pouvoir et ses abus. De là à y voir une critique en règle du stalinisme il n'y a qu'un pas... que l'on peut franchir allegrement.

Ma note : 10/10

commentaires

Hartigan 13/11/2007 18:49

Mon Dieu... qu'est-ce que je m'ennuie devant ce film... lol

Neil 13/11/2007 21:31

Ah oui, tiens donc ! moi qui le trouve passionnant au contraire...

BornudeCulturopoing 12/11/2007 18:06

Film qui est mon préféré du maitre et de loin, c'est mal joué (j'ai la chance d'avoir en livre les mémoires de l'acteur principal Nicolaï Tcherkasov et c'est aussi surécrit qu'il surjouait!) mais tout le reste est absolument somptueux, cela peut tout à fait se regarder sans le son, juste les images, toutes plus belles les unes que les autres

Neil 13/11/2007 21:31

Mal joué, je sais pas, sur-joué en tout cas carrément oui. Mais ça reste aussi mon préféré de SME :-)

Franka 11/11/2007 00:04

Serait-ce un clin d'oeil à un petit Ivan vachement terrible ? :)

Bises ! F.

au fait, je suis réconciliée avec mon pseudo, aussi tu peux remplacer Françoise par Franka dans ta liste d'amis :)

Neil 11/11/2007 11:23

Coucou ma belle ! Oui, exactement, comment tu as deviné ? :-) (ok, c'est fait... au fait, j'ai plein de trucs à te raconter, faut qu'on se voit ! ;-) )

eeguab 10/11/2007 12:57

Tout à fait d'accord sur la référence à Shakespeare.Un film grandiose signé de l'immense S.M.E. avec qui je ne suis pas toujours en osmose mais qui est un fabuleux montreur et monteur d'images.Tous les films d'Eisenstein valent le coup.Aucun n'a vraiment ma préférence mais il il y a des dizaines de scènes extraordinaires dans son oeuvre.Allez je n'en citerai qu'une:le cadavre du cheval sur le pont d'Octobre.Bravo pour ton analyse.

Neil 11/11/2007 11:22

Oui, moi aussi certaines de ses oeuvres ne m'emballent pas vraiment (Nevski par exemple), mais c'est un grand du cinéma. Par contre Octobre je ne l'ai pas encore vu...

Haut de page