Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ma nuit chez Maud (1969) Éric Rohmer

par Neil 2 Janvier 2019, 00:16 1960's

Fiche technique
Film français
Date de sortie : 04 juin 1974
Genre : Pieux verbiages
Scénario : Éric Rohmer
Image : Nestor Almendros
Avec Jean-Louis Trintignant (Jean-Louis), Françoise Fabian (Maud), Antoine Vitez (Vidal), Marie-Christine Barrault (Françoise)…

Synopsis : Jean-Louis, catholique pratiquant et ingénieur, est appelé à Clermont-Ferrand après avoir vécu 10 ans en Amérique. Il croise par hasard Vidal, un camarade d’enfance devenu professeur de philosophie, alors qu’il commence à tomber amoureux d’une jeune femme blonde aperçue à l’église. Le soir de Noël, il est convié à dîner par Vidal chez Maud, l’ancienne amante de Vidal. Elle est brune, belle, divorcée, mère célibataire.

Mon avis : Les états d’âme d’Éric

Ma nuit chez Maud est le troisième volet des Contes moraux d’Éric Rohmer. Cette série de six films d’une qualité inégale (celui-ci et le suivant, Le genou de Claire, étant pour beaucoup les meilleurs) est basée sur un même principe narratif : un homme tombe amoureux d’une femme, mais n’ose pas l’aborder. Puis il subit les avances d’une autre femme. Quel sera le plus fort de la tentation ou de l’amour ? Cette idée originale permet à Rohmer de développer entre les protagonistes les dialogues philosophiques et libertins qui feront sa renommée.

On assiste d’ailleurs à de nombreux dialogues savoureux dans Ma nuit chez Maud, en particulier entre Maud, femme « libérée », et Jean-Louis, fervent catholique qu’elle met face à ses propres contradictions. La limite du genre est quand même parfois atteinte quand on voit des personnages qui ne se connaissaient pas quelques minutes auparavant ou ne s’étaient pas vus depuis quinze ans se mettre de but en blanc à discourir sur le Pari de Blaise Pascal ou leurs aventures intimes et sentimentales.

Cette artificialité est confirmée non seulement par le ton emprunté que ne peuvent s'empêcher d'adopter les acteurs chez Éric Rohmer (bien que dans Ma nuit chez Maud nous n'ayons pas droit, et ce n'est pas plus mal, à de « purs » interprètes rohmériens) mais aussi par l’épure des décors : les appartements sont meublés au strict minimum, l’important ici n’est pas la forme mais bien le fond.
Et Ma nuit chez Maud possède le charme des films de la nouvelle vague : liberté de ton, décors naturels dans un Clermont-Ferrand qui représente ici une image de la province où les personnages se sentent oppressés. Seul le casting déroge à la règle : Éric Rohmer s’est une fois n'est pas coutume entouré d’acteurs connus qui donnent libre court à leur talent. Françoise Fabian décroche ici un rôle magnifique de femme libre, à la fois forte en apparence et fragile dans sa quête éperdue du bonheur.

Elle déborde de sensualité et de naturel, en totale opposition avec le personnage prude qu'interprète Marie-Christine Barrault, l’image même pour Jean-Louis de la femme parfaite : blonde et catholique (sic). Jean-Louis Trintignant incarne d'ailleurs quant à lui parfaitement ce croyant mis à mal entre ses principes puritains et la réalité de ses désirs. On retient de cet exercice de style que représente Ma nuit chez Maud amusant mais parfois casse-gueule une critique douce amère de la bourgeoisie de province et un marivaudage un peu désuet mais dont les dialogues ne manquent souvent pas d'intérêt.

Ma note : ***
Ma nuit chez Maud (1969) Éric Rohmer
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Bornu 23/10/2007 15:59

J'ai une préférence pour les contes des quatre saisons, même si celui-ci est par exemple plus attachant que "les nuits de la pleine lune" ou "pauline à la palge" (pas autant que "le genou de Claire")

Sinon, serait-il possible que le brillant Neil m'envoie un petit mot sur le mail joint ? C'est pour lui proposer un partenariat :.)

Neil 24/10/2007 17:51

Salut Bornu, ben moi j'ai un problème avec les Contes des quatre saisons. Je n'ai vu que Conte d'été et Conte d'automne je crois mais je n'arrive vraiment pas à m'y faire. Le phrasé des comédiens, les situations un peu convenues... la sauce de prend pas. (euh... brillant t'y vas un peu fort là lol)

Bastien 21/10/2007 12:09

Juste pour préciser que si je me fais rare ici ben c'est parce que je n'ai rien vu ^^

(je sais honte à moi...)

Neil 22/10/2007 22:43

lol no soucy, au contraire ça me fait plaisir de faire découvrir des films via ce blog "_"

Haut de page