Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moi, toi et tous les autres (2004) Miranda July

par Neil 25 Mai 2006, 12:52 2000's

Fiche technique

Film américain

Titre original : Me and you and everyone we know

Date de sortie : 21 septembre 2005

Genre : Solitudes de banlieue

Durée : 1h30

Scénario : Miranda July

Musique : Michael Andrews

Directeur de la photographie : Chuy Chavez

Avec Miranda July (Christine Jesperson), John Hawkes (Richard Swersey), Ellen Geer (Ellen), Brad William Henke (Andrew), Jordan Potter (Shamus), Brandon Ratcliff (Robby)…

Synopsis : Christine Jesperson, une jeune artiste touchante et spontanée, mélange dans son quotidien art et réalité. Elle entre sur la pointe des pieds dans la vie de Richard, vendeur de chaussures, père de deux garçons et tout juste redevenu célibataire. Autour d'eux, Robby et Peter, les enfants de Richard, son ex femme, la patronne d\'une galerie d'art, les voisins et les voisines. Tous sont à la recherche d'un lien qui les connecte aux autres sur Terre... (Allociné)

Mon avis : Todd Solondz sous antidépresseurs

Ce premier film de Miranda July, artiste touche-à-tout américaine, a décroché la caméra d’or à Cannes en 2005. C’est une œuvre déroutante et iconoclaste, la chronique d’une banlieue résidentielle et de ses habitants plus ou moins loufoques. Le traitement qu’en fait la réalisatrice surprend au premier abord : brut de décoffrage, le film s’apparente un peu à ceux de Todd Solondz pour sa radiographie sans concession des personnages et de la société américaine, mais il se différencie radicalement par son approche optimiste des relations humaines.

En effet, la couleur dominante est ici le rose, voire le rose bonbon. De l’affiche aux décors, en passant par les sentiments, on est envahi par cette couleur amusante au début mais un peu gonflante quand même à la longue. C’est d’ailleurs étonnant vu le propos à priori peu propice : un gamin tchatte sur le net avec un pervers sexuel, deux adolescentes jouent un jeu dangereux avec leur voisin paumé, un homme plaqué par sa femme s’immole la main… toutes ces situations sont traitées de façon burlesque et constituent autant de sketches très amusants, mais qui manquent fondamentalement de cohérence.

Et c’est un des défauts majeurs du film : ces nombreuses trouvailles scénaristiques n’arrivent pas à donner à l’ensemble une unité tangible. Le film s’essouffle vite et nous laisse comme un arrière goût d’inachevé. On a le sentiment d’assister à une succession de saynètes plus ou moins réussies, mais qui ne s’articulent pas très bien. Heureusement la réalisatrice a su s’entourer d’acteurs peu connus mais qui s’imposent avec évidence dans les rôles de ces personnages gauches et attachants essayant de nouer des contacts et de s’intégrer dans une société individualiste où les villes ne sont plus que des juxtapositions de solitudes et de désirs inassouvis.

Ma note : 6/10

commentaires

Wilyrah 29/06/2007 18:41

Beau petit ovni qui figure dans mon TOP 2005.

Haut de page