Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Wanda (1970) Barbara Loden

par Neil 12 Octobre 2012, 05:13 1970's

Fiche technique
Film américain
Genre : femme au foyer désespérée
Durée : 1h45
Scénario : Barbara Loden
Directeur de la photographie : Nicholas T. Proferes
Avec Barbara Loden (Wanda), Michael Higgins (Mr Dennis), Dorothy Shupenes (La sœur de Wanda), Jérôme Thier (John Goronski)…

Synopsis : Mariée à un mineur et mère de deux enfants, Wanda vit coincée entre la grisaille de sa vie familiale et la tristesse des terrils pennsylvaniens. Tournant une page de sa vie, elle décide de partir et se lie à un petit gangster, Mr Dennis. Pour la première fois de sa vie, elle croise l'ambition. (allocine)

Mon avis : Petit budget, grande résonance

Etonnante trajectoire que celle de Wanda. Après avoir lu un article dans un journal sur une femme impliquée malgré elle dans un braquage, Barbara Loden, seconde femme d’Elia Kazan qu’on a pu voir dans La fièvre dans le sang, brode un scénario autour de ce fait divers. Six ans plus tard elle décide d’auto produire son film, ne trouvant aucun soutien financier pour la suivre dans cette aventure. Le film sera un bide aux Etats Unis malgré une critique dithyrambique, une sélection à Cannes et un prix à Venise. Peu à peu tombé dans l’oubli, le film continuera d’hanter les cinémathèques européennes et bénéficiera en 2003 du coup de pouce d’une cinéphile nommée Isabelle Huppert, qui aidera beaucoup à sa ressortie en salle et en DVD.

Pourquoi tant de buzz ? On peut se le demander au début : Wanda est un film rugueux, quasiment expérimental et avec très peu d’effets. Il faut chercher un peu plus loin pour voir toute la dimension de l’œuvre. Tout d’abord l’histoire : une femme que l’on identifie comme l’héroïne marche seule dans un décor minier, austère. Plus tard on saura qu’elle allait à pied et en bigoudis à l’audience prononçant son divorce. Sans volonté aucune, elle se laisse faire, abandonne mari et enfants pour fuir cet univers et se retrouver ballottée entre plusieurs autres hommes tous plus stupides les uns que les autres.

Un film féministe avez-vous dit à propos de Wanda ? Sans aucun doute. Sauf qu’en 1970 le mouvement n’en est qu’à ses débuts et ne voit pas d’un très bon œil cette histoire de femme pas très futée qui se raccroche aux hommes comme à des bouées, parce qu’elle ne sait pas faire autre chose. D’ailleurs elle le dit elle même, elle ne sait rien faire, et seul sa petite cavale avec un gangster minable sera là pour lui montrer qu’elle peut conquérir sa propre autonomie. Il faut comprendre de quel milieu vient cette Wanda : l’Amérique profonde, industrielle et peu voire pas du tout instruite (un univers que connaît bien Barbara Loden puisque elle-même en est issu), où les hommes partent travailler le matin en laissant à leur femme le soin de s’occuper de la maison et des enfants.

La trajectoire de cette femme, l’approche quasi documentaire, le tournage en 16 mm, parfois caméra à l’épaule n’est pas sans rappeler l’univers de John Cassavetes, même si la réalisatrice voit plus ses influences du côté du néo-réalisme italien, avec son urgence à filmer le vrai avec si peu de moyens. Servi par une actrice émouvante accompagnée d’un Michael Higgins curieusement assez drôle (certaines scènes possèdent une dimension burlesque étonnante), Wanda est un portrait juste et sans concession d’une femme en quête d’elle-même, mais c’est aussi le portrait radical d’une Amérique pauvre et cruelle où les repères ont changé, une image que seul le cinéma indépendant américain encore à ses balbutiements saura nous dépeindre. On lui en sait gré.

Ma note : ****

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

ASBAF 12/10/2012 11:00


Putain t'as plus de thunes pour aller au ciné alors tu trikites tes vieilles vhs ? Tu veux qu'on se cotise ? J'avais mis de l'argent de côté pour la Grèce, si tu veux je peux te dépanner.

Neil 12/10/2012 15:23



Ah ouais toi aussi tu voulais visiter Mykonos ? Je pourrais te donner des adresses si tu veux ^^



Haut de page