Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'ange bleu (1930) Josef von Sternberg

par Neil 23 Septembre 2014, 05:55 1930's

Fiche technique
Film allemand
Titre original : der blaue engel
Genre : Vertu corrompue
Durée : 1h45
Scénario : Robert Liebmann, d’après l’œuvre de Heinrich Mann
Image : Gunther Rittau
Musique : Friedrich Holländer
Avec Emil Jannings (Professeur Rath), Marlene Dietrich (Lola Lola), Kurt Gerron (Kiepert), Rosa Valetti (La femme du magicien), Hans Albers (Mazeppa)…

Synopsis : un professeur très autoritaire sombre dans la déchéance en succombant a la passion dévastatrice qu'il éprouve pour une chanteuse de cabaret... (allocine)

Mon avis : une séductrice nommée Dietrich

Installé aux États-Unis, Josef von Sternberg se voit appelé à travailler en Allemagne par Emil Jannings pour réaliser le premier film allemand parlant. Censé être centré sur le personnage du Professeur Rath, héros du roman de Heinrich Mann dont il s’inspire, L’ange bleu prendra une toute autre tournure. Il faut dire qu’entre temps Von Sternberg a trouvé l’actrice qui interprétera le rôle de Lola Lola, la jeune débutante Marlène Dietrich. C’est le début d’une relation fructueuse entre le pygmalion et son égérie, qui quittera l’Allemagne avec lui pour marcher sur les plates bandes de Greta Garbo à Hollywood. Quant à Emil Jannings, il deviendra un des acteurs officiels de l’Allemagne nazie.

D’ailleurs Heinrich Mann dira, désabusé, que "le film devra son succès aux cuisses dénudées de mademoiselle Dietrich". Il est vrai que si les adolescents blasés d’aujourd’hui ne seront sans doute pas plus émus que ça en voyant L’ange bleu, gageons qu’un bon nombre de mâles de l’époque ne sont pas restés insensibles à la sensualité débordante qu’y dégage Marlène Dietrich. La caméra filme amoureusement cette beauté glacée au regard mutin, en particulier lors de la fameuse scène où elle séduit son futur mari en chantant de façon prémonitoire "je suis faite de la tête aux pieds pour l’amour".

Et le professeur Rath va donc se laisser lui aussi entraîner par ce brusque élan de passion que rien ne prédisposait dans sa vie jusqu’alors. Si la première partie de L'ange bleu peine un peu à installer les personnages et l’intrigue, on est ensuite brusquement happé par ce tourbillon inexorable qui va conduire à sa perte notre bon vieux professeur. L’interprétation d’Emil Jannings, subtile et nuancée, donne de la gravité à un film qui paraîtrait bien léger au regard des nombreux moments de comédie de situation qui l’émaillent.

Tout ça pourrait prêter à sourire tant le trait est forcé : on se croirait quelquefois dans du mauvais théâtre de boulevard. La fin pourtant nous ramène à la réalité de la situation : un homme déchu, abandonné de tous et qui a tout perdu. Enfin, s’il est tant célèbré aujourd’hui c’est aussi parce que L’ange bleu reflète le symbole d’un âge d’or du studio de la UFA et d’une Allemagne qui ne sera plus la même à peine quelques années plus tard.


Ma note : ***

L'ange bleu (1930) Josef von Sternberg
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

dasola 30/09/2014 11:29

Bonjour Neil, il faut rappeler que ce roman est l'adaptation d'un roman d'Heinrich Mann, le frère de Thomas. Je n'ai revu le film depuis très longtemps. Je me rappelle surtout du professeur Unrath plus que de Lola. Bonne journée.

neil 03/10/2014 07:44

Bonjour Dasola, en effet le personnage de Unrath est plus marquant que celui de Lola. Et pourtant Marlene...

karamzin 11/07/2007 01:49

personnellement je pense que si l'ange bleu est tant célébré aujourd'hui c'est d'abord parce que c'est un film admirable, magnifique, à la poésie rare, à la mise en scène inventive. Pas la moindre miette de theatre de boulevard là-dedans! (ca fait mal ça!) étant donné le discours qu'y tient JVS, pessimiste et lucide au possible

Neil 14/07/2007 10:46

Oui je me rends compte que j'ai été dur avec le film. J'ai pas vraiment été touché par sa poésie, faudrait que je le revoie... (et désolé pour le théâtre de boulevard lol).

Haut de page