Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le festin de Babette (1987) Gabriel Axel

par Neil 19 Juin 2014, 05:05 1980's

Fiche technique
Film danois
Titre original : Babettes Gaestebud
Genre : repas divin
Durée : 1h42
Scénario : Gabriel Axel, d’après l’œuvre de Karen Blixen
Directeur de la photographie : Henning Kristiansen
Musique : Per Norgaard
Avec Stéphane Audran (Babette), Hanne Stensgaard (Philippa jeune), Brigitte Federspiel (Martine vieille), Bodil Kjer (Philippa vieille), Vibeke Hastrup (Martine jeune), Jarl Kulle (Lorenz Lowenhielm vieux), Bibi Andersson (une dame de la cour)…

Synopsis : pour échapper à la sordide répression de la Commune en 1871, Babette débarque un soir d'orage sur la côte sauvage du Jutland au Danemark. Elle devient la domestique des deux très puritaines filles du pasteur et s'intègre facilement dans l'austère petite communauté. Mais après quatorze années d'exil, elle reçoit des fonds inespérés qui vont lui permettre de rentrer dans sa patrie. Elle propose avant son départ de préparer avec cet argent un dîner français pour fêter dignement le centième anniversaire de la naissance du défunt pasteur. (allocine)

Mon avis : péché de chère n’est pas mortel

En 1987, Gabriel Axel surprend son monde. Ce réalisateur typiquement danois acquiert avec Le festin de Babette une reconnaissance internationale, obtenant même l’oscar du meilleur film étranger. Le film, fidèlement adapté d’une nouvelle de Karen Blixen (dont l’adaptation de La ferme africaine est sorti quelques années plus tôt), raconte l’histoire d’une petite communauté de la région du Jutland au Danemark. Pas folichon me direz-vous… il ne faut pas s’arrêter là.

Le début du film est d’un classicisme exemplaire. La vie de deux sœurs puritaines en plein cœur du Danemark du dix-neuvième siècle ne prête guère aux débordements. Très sagement mais non sans une certaine distanciation, Gabriel Axel nous narre les quelques soubresauts émotifs qui vont émailler leur vie bien terne et dominée par un père tyrannique. Puis arrive par un temps de pluie une intruse prénommée Babette ; échouée sur cette terre inconnue, elle n’aura de cesse de s’intégrer à la communauté et y réussira brillamment. Quand au bout de quatorze années de vie commune elle décide de remercier ses hôtes avec un repas « à la française », c’est le drame.

Les prudes ouailles de ce Festin de Babette ne vont pas voir d’un très bon œil cette initiative iconoclaste au pays de la piété et de l’abstinence. Elles décident carrément, par peur de déclencher la fureur divine, de ne faire aucun cas des diverses victuailles qui leurs seront servies durant le repas. Il faut dire que Babette (superbe Stéphane Audran dans un de ses plus beaux rôles) n’y va pas avec le dos de la cuiller : soupe de tortue, blinis au foie gras, cailles en sarcophage… le menu a de quoi déconcerter (sans compter la profusion de vin et autre champagne).

La chaleur et les couleurs chatoyantes qui se dégagent de la cuisine de Babette quand elle prépare son repas détonne avec les paysages austères pourtant magnifiquement mis en valeur par la lumière du chef opérateur Henning Kristiansen. Stéphane Audran, qui a appris phonétiquement le danois pour le rôle, a dû se sentir bien seule dans ce casting sorti tout droit de chez Dreyer (Brigitte Federspiel, Lisbeth Movin…) ou Bergman (Bibi Andersson, Jarl Kulle…), ce qui a sans doute contribué au décalage de culture que l’on peut ressentir entre Babette et les habitants du village. En tout cas ne faites pas la fine bouche : vous pouvez apprécier ce Festin de Babette sans modération aucune.

Ma note : ****

Le festin de Babette (1987) Gabriel Axel

commentaires

framboisine 01/06/2007 22:25

un tout petit rectificatif
je prépare une note sur l'Amontadillo
les blinis Demidoff sont recouverts de Caviar et de crème fraîche, Bon appétit, et bonne nuit
Framboisine
passionnée par ce grand grand film!

Neil 03/06/2007 10:05

Ah oui en effet, au temps pour moi. Le foie gras se retrouve en fait dans les cailles en sarcophage si je ne m'abuse. Merci pour la précision framboisine et à bientôt. :-)

Haut de page