Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Poséidon (2005) Wolfgang Petersen

par Neil 8 Novembre 2018, 10:39 2000's

Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 14 juin 2006
Genre : bateau qui coule
Durée : 1h38
Scénario : Mark Protosevich, d’après l’œuvre de Paul Gallico

Image : John Seale
Musique : Klaus Badelt
Avec Josh Lucas (John Dylan), Kurt Russell (Robert Ramsey), Jacinda Barrett (Maggie James), Richard Dreyfuss (Richard Nelson), Jimmy Bennett (Conor James), Emmy Rossum (Jennifer Ramsey)…

Synopsis : une nuit de Saint Sylvestre festive a commencé au milieu de l'Atlantique Nord, sur le luxueux navire de croisière Poséidon. De nombreux passagers se sont rassemblés dans l'opulente salle de bal pour fêter dignement l'événement. Pendant ce temps, le second scrute avec inquiétude l'horizon du haut de la passerelle. La menace surgit en quelques secondes, sous la forme d'une vague géante de plus de 30 mètres de haut, fonçant à toute allure sur le navire. (allocine)

Mon avis : j’ai comme l’impression qu’on nous prend pour des pigeons

Pas de doutes, on est en été. C’est l’époque des gros blockbusters à l’américaine qui déboulent sur nos écrans.  Et en matière de grosses productions à grand spectacle, Wolfgang Petersen il s’y connaît : Troie, En pleine tempête, ça vous dit quelque chose ? Ben c’est lui. Donc avec Poséidon on a donc un gros paquebot qui va être submergé à peine cinq minutes après le début du film par une grosse vague qui engloutit tout sur son passage. Alors que tout le monde attend bien sagement dans la salle de bal (c’est le soir du nouvel an) que le bateau coule, huit passagers téméraires vont essayer de s’en sortir. On a le beau gosse sorti de nulle part (Josh Lucas, une sorte de Matthew McConaughey au rabais), la mère célibataire et son fiston, le père tout aussi célibataire avec sa fille et son fiancé, le gay qui voulait se suicider deux minutes avant…

Bref, dès le début Poséidon pue un peu les vieux clichés. On n’a même pas le temps de s’attacher aux personnages que la catastrophe commence. Ce qui fait qu’on suit les péripéties toutes plus incohérentes les unes que les autres sans aucun enjeu, vu qu’on se tape finalement pas mal de ce qui va arriver aux personnages. On peut cependant rendre à Petersen ce qui appartient au chef des effets spéciaux du film, à savoir John Frazier. C’est à peu près la seule chose qui reste à sauver du film, qui se résume à des scènes toutes plus spectaculaires les unes que les autres qui raviront sans doutes les teenagers amateurs de pop-corn.

Restent de Poséidon les acteurs ; si je vous dit que la star du film c’est Kurt Russell je donnerai peut-être envie aux amateurs de série B. Mouais, enfin bon faut bien avouer qu’il a pas plus d’une expression dans le regard le monsieur… Sinon, si, il y a quand même Kevin Dillon  (le frère de Matt) qui s’en sort pas mal du tout. Voilà voilà… reste plus qu’à voir si le film original datant de 1972 (avec Gene Hackman et Shelley Winters) est de meilleure facture. Ça devrait pas être bien difficile.

Ma note : °

Poséidon (2005) Wolfgang Petersen
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Franka 21/06/2006 19:45

A l'époque j'avais bien aimé l'original (avec Shelley Winters une actrice que j'ai toujours appréciée), mais je sentais que remake était une daube .. Tu me le confimes, lol ... Tsss , Wolfgang a été plus inspiré ... ^^^Tu vois ce qui je veux dire ^^.. Bises Neilou !

Neil 22/06/2006 13:58

lool ma Franka, oui oui je vois à quoi tu fais allusion :p bisous "_"

Haut de page