Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Peines d’amour perdues (2000) Kenneth Branagh

par Neil 27 Juin 2006, 09:42 2000's

Fiche technique
Film britannique, français, américain
Date de sortie : 24 janvier 2001
Titre original :  Love’s labour’s lost
Genre : marivaudage shakespearien
Durée : 1h33
Scénario : Kenneth Branagh, d’après l’œuvre de William Shakespeare
Musique : Patrick Doyle
Directeur de la photographie : Alex Thomson
Avec Kenneth Branagh (Biron), Alicia Silverstone (La princesse de France), Alessandro Nivola (Le roi de Navarre), Natascha McElhone (Rosaline), Matthew Lillard (Longueville), Emily Mortimer (Katherine)…


Synopsis : En 1939, dans le royaume de Navarre, le jeune souverain et ses trois compagnons, Biron, Longueville et Du Maine, s'engagent, lors d'un serment public et solennel, à consacrer les trois prochaines années de leur vie aux études de philosophie. Déterminés à respecter le pacte, ils renoncent à toute frivolité, ne courtiseront plus aucune femme, jeûneront une fois par semaine et ne dormiront que trois heures par nuit. Cependant, le sérieux de l'entreprise et l'honneur des étudiants sont mis à rude épreuve par l'apparition de la princesse de France et de ses trois charmantes demoiselles de compagnie, Rosaline, Maria et Catherine, lors d'une visite diplomatique. (allocine)

Mon avis : Hommages et clins d’œil dans la langue de Shakespeare

Pour la quatrième fois après Henry V, Beaucoup de bruit pour rien et Hamlet Kenneth Branagh adapte William Shakespeare pour le cinéma avec une pièce peu connue du maître, Peines d’amour perdues. Enfin, plutôt qu’une adaptation fidèle, c’est apparemment plus une inspiration : Branagh ne garde semble-t-il que la trame principale du récit et la modernise en prenant à l’occasion pas mal de liberté quant à la véracité historique.

Ainsi nous sommes à la veille de la seconde guerre mondiale et la France est encore gouvernée par un roi, la Navarre existe toujours et sur le point de vendre l’Aquitaine à la France. C’est pour ça que la princesse de France (Alicia Silverstone un peu transparente, comme à l’accoutumée) vient rendre visite à son homologue de Navarre qui lui a prêté serment de ne pas recevoir de membre de la gent féminine à sa cour.


On le voit, l’histoire prête à de nombreux quiproquos et autres intrigues légères. Peines d'amour perdues est d’ailleurs très pétillant et plein d’allant. Et quoi de mieux pour mettre en scène cette légèreté que la forme de la comédie musicale ? Ainsi les états d’âmes des protagonistes nous seront révélés par des intermèdes musicaux rendant hommage aux comédies musicales américaines des années cinquante. Des morceaux de Cole Porter et de George Gershwin ainsi que par exemple Cheek to cheek ou The way you look tonight chantés et dansés par les acteurs du film ponctuent une intrigue badine.

D’une bande d’acteurs jeune et homogène on retient particulièrement Emily Mortimer et Natascha McElhone, mignonnes et mutines, qui se jouent malicieusement de Kenneth Branagh ou Matthew Lillard. Peines d'amour perdues s'avère donc un joli petit hymne à l’amour qui se moque des tentatives de séduction souvent maladroite de ces jeunes hommes et qui fait honneur au sexe dit faible mais qui les mène finalement par le bout du nez.

Ma note : ***

Peines d’amour perdues (2000) Kenneth Branagh
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page