Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Intolérance (1916) David W. Griffith

par Neil 15 Septembre 2014, 05:41 1910's

Intolerance.jpgFiche technique
Film américain
Date de sortie : 12 mai 1919
Genre : paraboles fastueuses
Durée : 3h
Scénario : David W. Griffith
Musique : Carl Davis
Directeur de la photographie : G.W. Bitzer
Avec Mae Marsh (La petite chérie), Robert Harron (Le Garçon), Constance Talmadge (La fille de la montagne), Alfred Paget (Balthazar), Josephine Crowell (Catherine de Medicis), Franck Bennett (Charles IX)…
 

Synopsis : A travers l'image d'une femme berçant un enfant, quatre épisodes de l'intolérance sont racontés dans une fresque monumentale. Un épisode moderne sur un gréviste condamné à la pendaison. Un épisode biblique lors d'une noce à Cana. Un épisode des guerres de religion au temps de Charles IX. Un épisode chaldéen. (allocine)

Mon avis : matrice, vous avez dit matrice ?

Profondément blessé par les vives critiques (sans doute justifiées) qui lui ont été faites pour sa Naissance d’une nation, David Wark Griffith, un des plus importants pionniers du cinéma, s’attelle à une gigantesque fresque qui deviendra Intolérance. Prenant à contre pied les accusations de racismes à son encontre, il décide de préparer un film illustrant la notion d’intolérance à différentes périodes de l’histoire de l’humanité. Au début, Griffith avait dans l’idée de raconter une seule histoire, l’histoire contemporaine. Il a alors l’idée de génie de mêler trois autres histoires pour étayer son propos, dont l’une d’elle, la plus spectaculaire, se déroule à Babylone. Pour mener à bien ce projet il s’aide de quelques assistants réalisateurs qui figureront parmi les plus grands noms du septième art : Tod Browning, Erich Von Stroheim ou W.S. Van Dyke. Le film sera un gouffre financier mais comptera parmi les œuvres phares du cinéma.

Quatre histoires sont entremêlées, séparées par l’image d’une femme berçant un enfant. A l’époque actuelle (en 1916), la Petite Chérie épouse le Garçon ; tous deux sont pauvres et vont subir toutes sortes de déconvenues financières et sociales, toutes plus ou moins dues à une association de soit-disant bienfaitrices, les Vestales de l’Elévation. En 1572, Catherine de Médicis convainc son fils le roi Charles IX du massacre de la Saint Barthélémy, « pour le bien des catholiques » ; l’épisode est traité de façon mineure par rapport aux autres. A l’époque de la Judée, quelques épisodes de la vie du Christ nous sont brièvement évoqués (et quelque peu bâclés). Enfin, l’histoire de la chute de la grande Babylone est narrée de façon monumentale.


La raison pour laquelle Intolérance a influencé tellement de réalisateurs (d'Orson Welles à Sergeï Eisenstein en passant par Abel Gance) c’est l’incroyable esprit novateur de Griffith qui y transparaît. Il utilise ici toutes les techniques du cinéma et profite pour mettre en valeur la technique du montage alterné qu’il avait mis en place notamment dans Naissance d’une nation. Les quatre récits sont ainsi racontés de façon linéaire dans leur narration mais découpés de telle façon que les épisodes des quatre époques sont mélangés les uns aux autres. Ce qui renforce le caractère universel du message martelé (de façon quelque peu didactique) : les intolérants de toutes sortes nous ont de tout temps dicté leur loi. Un message simpliste qui se retrouve dans la façon qu’a Griffith de traiter ses histoires de façon souvent académique et quelquefois facile.

Le caractère novateur d’Intolérance se retrouve aussi dans sa mise en scène. Griffith utilise brillamment toutes les façons de filmer répertoriées alors et n’hésite pas à briser les carcans alors en vigueur. Travellings, gros plan, plans larges puis rapprochés, un flash-back brièvement inclus à un des récits : la technique cinématographique encore à ses balbutiement est ici pour une des premières fois de l’histoire utilisée dans sa globalité pour servir le récit. L’interprétation elle-même détonne avec les autres films de l’époque : aux postures théâtrales et emphatiques jusque là de rigueur, Griffith préfère former des acteurs exclusivement pour le cinéma, ce qui rend leur performance bien plus naturelle que ce qu’on est habitué à voir dans les films muets de l’époque. Toutes ces innovations formelles font d’Intolérance, malgré ses longueurs (l’épisode actuel, le plus sobre et le plus percutant des quatre, éclipse le pourtant colossal épisode babylonien qui aurait peut-être mérité un traitement à part), un film d’une importance capitale dans l’histoire du cinéma.

Ma note : ****

Intolérance (1916) David W. Griffith

commentaires

Bastien 07/04/2007 12:10

Il n'est pas fréquent de voir Intolérance sur les blogs cinéma... D'où ma joie de le le voir ici !

Colossal, c'est bien le mot pour cette fresque très en avance sur son temps, notamment au niveau du cadrage et des mouvements de caméra. Griffith a lui-même infuencé Eisenstein, Von STROHEIM ET Murnau comme tu le dis, ce n'est quand même pas rien... Un peu poussiéreux mais bougrement fascinant

eeguab 01/04/2007 10:26

J'ai dû me tromper dans le lien.Je ne maîtrise pas très bien la technique.
eeguab.canalblog.com/archives/2006/06/01/3056941.html

Neil 02/04/2007 21:10

Merci eeguab, très intéressant article en effet "_"

eeguab 01/04/2007 10:22

Enthousiasme partagé pour Intolérance dont u as dit l'essentiel.J'i fait cet automne une petite conférence sur les deux "grands" Griffith.Si tu veux...
eeguab.canalblog.com/archives/2006/09/02/3065639.html#trackbacks

kfigaro 20/12/2006 17:11

A noter que Pierre Jansen et Antoine Duhamel ont composé une BO exprès pour ce film qui devrait sortir sur Arte dans quelques temps (2007 ?)

A ne pas louper !

ArchimÚde 03/12/2006 19:08

où peut-on se procurer le DVD de ce film?

Neil 04/12/2006 10:04

J'ai trouvé le dvd sur Internet, sur un site (que je ne nommerai pas bien sûr) qui vend des dvds à prix ultra concurrentiels et où je m'approvisionne régulièrement.

Haut de page