Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’'argent de la vieille (1972) Luigi Comencini

par Neil 7 Février 2014, 06:05 1970's

Fiche techniqueArgent_Vieille.jpg
Film italien
Titre original : Lo scopone scientifico
Genre : satire sociale
Durée : 1h58
Scénario : Rodolfo Sonego
Image : Giuseppe Ruzzolini
Musique : Piero Piccioni
Avec Silvana Mangano (Antonia), Alberto Sordi (Peppino), Bette Davis (La millionnaire), Joseph Cotten (George), Domenico Modugno (Righetto), Antonella Demaggi (Cleopatra)…

Synopsis : chaque printemps depuis des années, une milliardaire américaine et son secrétaire s'arrêtent en Italie pour une série de parties de cartes avec Peppino et Antonia, habitants d'un bidonville de Rome. Les sommes en jeu sont énormes et chaque année, en palpant la mise de départ que l'Américaine leur prête, Peppino et Antonia rêvent d'arracher enfin à la vieille un bout de son pactole...

Mon avis : rira bien qui rira le dernier

La comédie italienne prend sa source dans les années 50. Contrepoids idéal à la vague néoréaliste qui se développe en parallèle, le genre mélange habilement moments de pure comédie, quelquefois burlesque, le trait étant souvent caricatural, et une analyse juste et mordante de la situation sociale de l’Italie. Ses auteurs les plus fameux sont Dino Risi, Ettore Scola ou Luigi Comencini. On y trouve du bon et du moins bon, citons quelques perles comme Divorce à l’italienne ou Affreux, sales et méchants. Comme dans ce dernier, les protagonistes de L’argent de la vieille habitent dans un bidonville. Et Comencini confronte cette misère sociale au monde luxueux et impitoyable d’une riche américaine.

L’idée est venue au scénariste Rodolfo Sonego d’une anecdote qu’il avait entendue : une millionnaire sillonnant le monde retrouvait chaque année un couple d’italien miséreux pour faire des parties de carte. Grossissant le trait, il prête à Bette Davis le visage de cette vieille excentrique et à Silvana Mangano et Alberto Sordi celui d’Antonia et Peppino. Vivant chichement avec leur cinq enfants dans un logement de fortune, ils retrouvent chaque année « la vieille » dans sa luxueuse maison, caressant l’espoir de la plumer et de sortir de leur misère. Seulement voilà, depuis huit ans le même scénario se déroule et ils rentrent bredouille. Cette année ils sont fin prêts et motivés, encouragés par toute la bande de leurs voisins du bidonville.

L’humour de L’argent de la vieille est dévastateur. Les dialogues sont aux petits oignons et tombent juste au bon moment, la galerie de personnages pittoresques est très bien vue. Comencini fait preuve d’un cynisme et d’une cruauté rarement égalés : comme dans Affreux, sales et méchants, on ne peut s’empêcher d’éprouver de la sympathie pour ces laisser-pour-compte malgré toutes les petites bassesses qu’ils peuvent s’envoyer entre eux ou envers la riche américaine. C’est un des grands atouts du film : bien qu’étant une féroce allégorie de la lutte des classes, aucun parti-pris n’est engagé. La cruauté de la vieille est clairement dépeinte (cf. la scène où elle montre les photos des pauvres qu’elle plume à travers le monde entier) mais le couple italien n’est pas mieux loti, avec sa soif inextinguible d’argent facile.

Et le casting du film est quasiment parfait. Bette Davis campe cette peau de vache avec un plaisir que l’on pressent et Alberto Sordi joue brillamment le benêt qui sait se montrer émouvant. Mais celle qui illumine le film c’est Silvana Mangano. Se transformant en un tournemain d’une Cendrillon en haillon en grande dame qui veut faire impression, elle se montre mesquine et séductrice pour en venir à ses fins. Cette actrice peut décidément tout jouer, de l’aristocrate à la prolétaire, tous les rôles lui vont comme un gant. Grâce à ses interprètes et à une critique mordante mais qui ne perd pas une seconde son but premier, à savoir faire rire, L’argent de la vieille est une des plus grandes réussites du cinéma transalpin des années 70.

Ma note : ****

commentaires

Eeguab 07/02/2014 19:44





 Génial, fabuleux,féroce, drôle, tendre, intelligent. Un chef d'oeuvre absolu, Sordi immense, une interprétation extraordinaire, et tout un peuple qui grouille, aux aguets. Une merveille, le
plus grand film estampillé Comédie italienne, mais qui va encore au delà, c'est dire. Tu peux si tu veux lire ma chronique, ancienne, Le pognon de la
vioque.

Neil 07/02/2014 20:12



Je ne peux que surenchérir à tout ce que tu as écrit. Et je vais m'empresser d'aller relire ce que tu écrivais alors, et que j'avais également commenté :)



dasola 07/02/2014 11:35


Bonjour Neil, voilà un film qu'il faudrait que je revois rien que pour les oomédiens (tous disparus). C'est la comédie italienne dans ce qu'elle avait de meilleur.

Neil 07/02/2014 19:47



Bonsoir Dasola, c'est vrai que quand on y pense, les interprètes principaux du films ont tous disparu... En tout cas c'est un plaisir de les revoir dans cette comédie pétillante. Bonne soirée



Haut de page