Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accords et désaccords (1999) Woody Allen

par neil 4 Janvier 2013, 06:14 1990's

Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 26 janvier 2000
Ttre original : Sweet and lowdown
Genre : biographie brodée
Durée : 1h35
Scénario : Woody Allen
Compositeur : Jean Lenoir
Directeur de la photographie : Zhao Fei
Avec Sean Penn (Emmet Ray), Samantha Morton (Hattie), Anthony LaPaglia (Al Torrio), Uma Thurman (Blanche Williams), Brian Markinson (Bill Shields), Gretchen Mol (Ellie)…

Résumé :
Emmet Ray est, comme il le prétend, "le plus grand guitariste de jazz au monde... apres Django Reinhardt". Maquereau à ses heures perdues pour arrondir ses fins de mois, misogyne et égocentrique, Emmet est malgré tout un génie. Il vit pour sa musique et détruit tout ce qui peut l'éloigner de son art. Emmet Ray ne vécut son heure de gloire que durant une courte période et ne resta connu que par les aficionados du genre. Woody Allen rend, à travers ce film, hommage à la musique qu'il aime tant, celle du jazz.

Avec le cinéma, une des passions de Woody Allen est certainement celle pour le jazz. Une passion qu’il exprime sur scène : musicien à ses heures il se produit de temps en temps dans une salle new-yorkaise. Ce trait de sa personnalité nous était d’ailleurs joliment présenté avec le documentaire de Barbara Kopple intitulé Wild man blues. Avec Accords et désaccords Woody nous invite à se pencher sur la vie d’un musicien très peu connu du grand public, Emmet Ray.

Un peu à la manière de Zelig, mais cette fois-ci avec quelqu’un qui a réellement existé, le film alterne interview de spécialistes du sujet et reconstitutions supposées de la vie de l’artiste. Parce que ce qui est amusant avec Emmet Ray, et ça nous est dit dès le début, c’est qu’on ne sait pas grand chose de sa vie. Tout ce qu’on sait c’est qu’il eut sa période de gloire dans les années 30, était un fan inconditionnel de Django Reinhardt, avait des rapports conflictuels avec les femmes et des tics de comportement.

A partir de là Woody Allen tisse dans Accords et désaccords un scénario très fin qui navigue entre gags balourds mais toujours efficaces (le coup de la lune), situations burlesques poussées à fond (voir comment Emmet se retrouve en possession de faux billets) et quelques moments d’émotion délicatement amenés (la scène d’adieu entre Emmet et Hattie). Arrive un moment où on se fiche complètement de savoir ce qui est vrai ou non de cette supposée biographie : l’humanité du personnage dépasse ses activités publiques.

 

Pour donner corps à l’artiste, le réalisateur peut compter sur le talentueux Sean Penn. L’acteur fait admirablement passer toutes les nuances du caractère versatile d’Emmet. Il faut voir son visage quand il prend sa guitare et qu’il devient habité par cette musique envoutante. Parce que Accords et désaccords est aussi un film d’ambiance où la musique est incorporée à la narration d’une manière à la fois élégante et naturelle. Les second rôles féminins sont au diapason de cette partition, en particulier Samantha Norton dans un rôle difficile de compagne muette. En bref, Woody Allen réussit ici le pari difficile de partager sa passion sans être rébarbatif ni didactique pour un sou.

Ma note : ****

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Leo M 17/07/2014 16:15

En tant que musicien, j’ai trouvé ce long métrage génial. La réalisation est impeccable.

neil 17/07/2014 19:13

Effectivement, le film est maîtrisé de bout en bout.

Haut de page