Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le limier (1972) Joseph L. Mankiewicz

par Neil 18 Avril 2015, 05:36 1970's

Fiche technique
Film britannique
Titre original : Sleuth
Genre : manipulations psychologiques
Durée : 2h18
Scénario : Anthony Shaffer
Image : Oswald Morris
Musique : John Addison
Avec Laurence Olivier (Andrew Wyke), Michael Caine (Milo Tindle),
Eve Channing (Marguerite Wyke), Alec Cawthorne (Inspecteur Doppler), John Matthew (Sergent Tarrant), Teddy Martin (Policier Higgs)

Synopsis : Sir Andrew Wyke, un riche auteur de romans policiers anglais, a invité Milo Tindle, un coiffeur londonien d'origine plus modeste, à lui rendre visite dans sa somptueuse résidence, aménagée et décorée avec un art consommé du trompe-l’œil. Maniaque de l'énigme et de la mystification, cachant mal son mépris pour ce parvenu dont il connaît la liaison avec son épouse Marguerite, Andrew lui propose de simuler un cambriolage pour toucher l'argent de l'assurance. Milo, impressionné par Wyke, accepte. (allocine)

Mon avis : rira bien qui rira le dernier


Cette décennie des seventies qui a vu apparaître une ribambelle de nouvelles figures du cinéma américain a aussi vu l’ultime pirouette d’un cinéaste élégant comme on n’en fait plus, Joseph Leo Mankiewicz. Est-ce un hasard si Le limier est un film britannique jusqu’au bout des ongles ? Le réalisateur qui cultiva tout au long de ses film le flegme britannique comme ultime distinction (voir le personnage de George Sanders dans All about Eve) signe ici un testament malicieux et pervers très british. Une histoire de manipulation sous la forme d’un huis clos, adapté d’une pièce de théâtre d’Anthony Shaffer.

Milo Tindle a été invité par Sir Andrew Wyke dans sa splendide demeure dans la campagne. Très vite, il va lui révéler qu’il connaît la liaison qu’il entretien avec sa femme et lui propose un petit jeu de mise en scène pour tromper les assurances, une histoire de vol de bijoux qui les mettrait tous à l’abri. Milo va accepter, forcément. Il n’est pas au bout de ses surprises.


Et déjà le générique donne le ton : plusieurs décors et scènes de théâtre se succèdent les uns aux autres. Ce qui permet d’évacuer la seule faiblesse du Limier : sa forme très théâtrale. Si Mankiewicz raffole de ce genre de mise en scène, ça culmine ici : respect apparent des règles classiques de lieu et d’espace, rareté des personnages, découpage ciselé du scénario… mais ça fonctionne impeccablement. La profusion des décors alambiqués (le labyrinthe du début, les pièces remplies de pantins articulés…) et le scénario truffé de rebondissements nous entraînent dans un récit malicieux et haletant.

Le spectateur se laisse ainsi berner avec plaisir par des retournements de situation rythmés par des dialogues savoureux. L’affrontement entre un Laurence Olivier superbe manipulateur facétieux et un Michael Caine qui se prend petit à petit habilement au jeu est tout simplement divin, l’humour très pince sans rire qui ponctue le récit est délectable. Bref, Le limier offre une brillante porte de sortie à un des meilleurs réalisateurs de l’âge d’or d’Hollywood.


Ma note : ****
Le limier (1972) Joseph L. Mankiewicz

commentaires

dasola 19/04/2015 09:39

Bonjour Neil, oui, ce film est un chef d'oeuvre (qu'il faudrait d'ailleurs que je revois). Mankiewicz savait diriger les acteurs. Bon dimanche.

neil 19/04/2015 10:06

Bonjour Dasola, je suis un grand amateur de l'ensemble de l’œuvre de Mankiewicz. Bonne journée

Haut de page