Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Urga (1991) Nikita Mikhalkov

par Neil 23 Juin 2015, 05:53 1990's

Fiche technique
Film russe, français
Genre : mélange de cultures
Durée : 2h25
Scénario : Nikita Mikhalkov et Rustam Ibragimbekov

Image : Vilen Kalyuta
Musique : Eduard Artemyev

Avec Badema (Pagma), Bayaertu (Gombo), Vladimir Gostyukhin (Sergei), Babouchka (Grand-mère), Larisa Kuznetsova (Marina), Jon Bochinski (Stanislas)…


Synopsis : Gombo est un jeune éleveur mongol, qui vit en parfaite harmonie avec la nature dans une yourte en pleine steppe. Mis à part un oncle fantasque, lui et sa famille reçoivent peu de visite. Un jour, Gombo accueille Sergueï, chauffeur routier en panne dans la région. Une singulière amitié va naître entre ces deux hommes que leur mode de vie sépare.

Mon avis : là tout n’est qu’ordre et beauté

Après Les yeux noirs qui assit sa notoriété, Nikita Mikhalkov décrocha le lion d’or à Venise avec ce bien beau Urga. L’histoire d’une amitié qui se lie contre toute attente entre un paysan mongol et un russe de la ville. Ou la confrontation de deux mondes que tout oppose, une vision d’humanité dans un pays oublié de tous. Composé d’acteurs non professionnels mis à part Vladimir Gostyukhin, le film peut être vu comme une douce méditation sur le rapport de l’homme à la nature, ou même comme un quasi-documentaire sur le peuple mongol. Mais la qualité des images et l’humour des situations donnent à Urga une dimension supérieure.

Car le but de Nikita Mikhalkov est bel et bien de raconter une histoire. Une histoire pas banale dans un paysage pas banal, qui ouvre les perspectives de son spectateur. Urga tient son nom d’une longue perche qui sert à Gombo, paysan mongol qui vit en terre chinoise, à chasser. La composition toute naturelle de Bayaertu nous fait éprouver d’emblée de la sympathie pour ce personnage qui nous parait un peu rustre sous prétexte qu’il vit en dehors de toute civilisation.

C’est par l’intermédiaire de son épouse, la belle Badema, qui vient de la ville, que le personnage principal d'Urga va avoir son premier rapport avec cette civilisation tant redoutée. Ainsi il part avec son nouvel ami Sergei, lui aussi étranger puisque russe dans un territoire chinois, pour faire des courses dans la ville. Une succession de scènes drolatiques narre les péripéties de ce Candide des temps modernes dans un univers qu’il ne connaît pas et qu’il a du mal à comprendre, le barrage de la langue n’arrangeant pas les choses.

Des jolies séquences d’émotion baignent aussi Urga sans oublier ces superbes images. Nikita Mikhalkov brode un bel hymne à la nature et une réflexion parfois amère sur les ravages de l’industrialisation (mais aussi ses bienfaits, le film est loin d’être une diatribe manichéenne). Baigné par une très belle bande originale, Urga est de ces films qui vous ouvrent l’esprit en ravissant vos yeux.


Ma note : ***

Urga (1991) Nikita Mikhalkov
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

cinephage 24/10/2006 13:12

luxe, calme et volupté...

Haut de page