Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le diable s'’habille en Prada (2005) David Frankel

par Neil 2 Octobre 2006, 09:23 2000's

Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 27 septembre 2006
Titre original : The devil wears Prada
Genre : adaptation de best-seller
Durée : 1h50
Scénario : Aline Brosh McKenna, d’après l’œuvre de Lauren Weisberger
Musique : Théodore Shapiro
Directeur de la photographie : Florian Balhaus
Avec Mzeryl Streep (Miranda Priestly), Anne Hathaway (Andrea Sachs), Emily Blunt (Emily), Stanley Tucci (Nigel), Simon Baker Denny (Christian Thompson), Adrian Grenier (Nate)…


Synopsis : Fraîchement diplômée, Andrea débarque à New York et décroche le job de rêve. Mais en tant qu'assistante de la tyrannique rédactrice en chef d'un prestigieux magazine de mode, elle va vite découvrir ce que le mot « enfer » veut dire... (allocine)

Mon avis : So chic

Attention critique éminemment subjective ! J’avais trouvé le roman de Lauren Weisberger franchement savoureux et très bien senti. Rien que l’idée d’une adaptation avec Meryl Streep en Mirandaaaaa plus vraie que nature me faisait saliver. Mais de quoi il parle ? se demande la plupart des lecteurs… En fait Le diable s’habille en Prada est un roman racontant avec un humour pas piqué des hannetons les frasques d’Andréa « Andy » Sachs, jeune diplômée d’une école de journalisme qui rêve d’intégrer la rédaction d’un journal sérieux comme The New York Times. Au lieu de ça, elle se retrouve engagée chez Runway, magazine de mode dirigée de main de fer par la tyrannique Miranda Priestley. Pour la petite histoire, Lauren Weisberger a effectivement travaillé un an durant en tant qu’assistante d’Anna Wintour, grande prêtresse de la mode qui officie chez Vogue.

Et le réalisateur du Diable s'habille en Prada, David Frankel réalisa quelques épisodes de Sex and the city, c’est vous dire si la mode il connaît. Ajoutez à cela des apparitions d’Heidi Klum et Valentino Garavanni, un petit second rôle pour Giselle Bündchen, une bande originale plutôt fashion (qui inclut cela va sans dire le Vogue de Madonna)… bref autant de références à cet univers totalement surfait et auto-satisfait qu’est le milieu de la mode.

Le générique de début annonce d’ailleurs la couleur : on assiste à un défilé de jeunes filles toutes plus minces les unes que les autres se livrant au délicat à ô combien ingrat exercice qui consiste à choisir la tenue la plus appropriée et qui s’escriment avec les instruments de torture féminin des temps modernes que sont les accessoires de maquillage. Tout ça mis en parallèle avec cette pauvre Andréa, vilain petit canard qui déboule chez Runway comme un cheveu sur la soupe. La critique de ce milieu si particulier est acerbe bien qu’enveloppée dans de la guimauve hollywoodienne.

Parce que oui bien sûr Le diable d’habille en Prada est un pur produit de l’usine à rêve. Les situations sont préfabriquées, les adaptations nécessaires apportées au roman ne sont pas forcément du meilleur goût. Mais la mise en image apporte aussi des plus comme la métamorphose d’Andréa, indubitablement réussie.

Et le film ne serait rien sans la performance des acteurs : faut-il encore dire que Meryl Streep est une grande actrice ? Elle colle parfaitement au personnage de Miranda, rendant le moindre regard en coin diablement expressif. Anne Hathaway n’est pas en reste en jeune fille « normale » peu à peu attirée par le côté obscur tandis que Stanley Tucci, éternel second-rôle américain, est parfait en bras droit indispensable. Bref, Le diable d’habille en Prada ne revendique pas plus que ce qu’il n’est, à savoir un bon divertissement américain d’une qualité supérieure à la plupart des comédies qu’Hollywood pond chaque année.


Ma note : ***

Le diable s'’habille en Prada (2005) David Frankel
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

D&D 26/01/2008 16:02

Salut Neil...
Très sympa ce billet. J'ai aussi passé un très bon moment avec ce divertissement (bien qu'ayant préféré le bouquin), essentiellement bien sûr grâce à la prestation irresistible de Meryl Streep et celle de Stanley Tucci, que j'aime énormément chaque fois que j'ai l'occasion de le voir. Je me souviens d'une de ses répliques lors d'un photoshoot, genre : "Si tu continues, je te jette [à bouffer] aux mannequins" (affamées, cela va sans dire). Je crois bien que ça a été un de mes plus grands fous rires récemment ;-)

Neil 26/01/2008 22:35

Oh, D&D, je ne t'attendais pas sur cet article ! Comme quoi vive la diversité :) (Et oui, Meryl Streep et Stanley Tucci sont excellent dans le film)

Wilyrah 29/06/2007 18:29

J'ai trouvé ce film détestable et nullement corrosif. On va de clichés en clichés, de superficialité en superficialité (autant des personnages et de l'histoire que du point de vue cinématographique), en clair une énorme daube qui ne tient même pas le niveau du bouquin.

Neil 30/06/2007 17:40

Oui je sais bien tout ça en plus, c'est mon côté futile qui prend le dessus quand je vais voir ce genre de films lol

cédric 10/10/2006 16:07

Coucou Neil !

Ca y'est ! Je suis enfin allé le voir, neuf jours après sa sortie, et j'ai A-DO-RE ! Meryl Streep est, comme d'habitude, fabuleuse et face à elle, Anne Hathaway mais aussi Emily Blunt et Stanley Tucci font de ce film un moment de pur bonheur. Et puis deux chansons de Madonna dans un même film (Vogue bien spur, mais aussi Jump, sa toute dernière), ça le fait forcément ! Moi qui avais lu le livre, je n'ai pas été déçu et ma moitié, qui n'avait pas lu le livre, a également adoré, peut-être même encore plus que moi !

Neil 11/10/2006 15:15

Coucou Franka et Cédric,Bienvenue par chez moi :-)Oui, malgré les mauvais échos que j'entends je persiste à garder plutôt un bon souvenir du film. Bon, j'avais clairement préféré le bouquin mais c'est un bon divertissement sympa."_"

Franka 06/10/2006 13:27

Coucou Neilou ))
Un peu déçue , car j'avais adoré le livre .et je trouve que (forcément) il manque des trucs.. mais il y a quand même de très bons moments .. Meryl Streep évidemment, mais aussi le formidable Stanley Tucci (Nigel), et la métamorphose de la gentillette Andrea fagotée "pull-jupette-bottes" en "fashion victim" sexyssime
Le "craquage" peu crédible mais politiquement correct ("on ne peut pas être aussi garce sans le payer d'une manière ou d'une autre") de Miranda et sa "gentillesse finale", qui n'existent pas dans le livre, sont en trop .. ça amollit le personnage sans autre raison que de vouloir ratisser plus large, ça m'a énervée...
Mais bon, allez y quand même, on passe un bon moment ...

Bises
F

Saku39 02/10/2006 11:18

J'aurai je pense plus apprecié le film si j'avais lu le livre .

Haut de page