Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

The holiday (2006) Nancy Meyers

par Neil 9 Janvier 2007, 23:42 2000's

Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 26 décembre 2006
Genre : échange de bons procédés
Durée : 2h11
Scénario : Nancy Meyers
Directeur de la photographie : Dean Cundey
Musique : Hans Zimmer
Avec Cameron Diaz (Amanda), Jude Law (Graham), Kate Winslet (Iris), Jack Black (Miles), Eli Wallach (Arthur Abbott), Edward Burns (Ethan)…

Synopsis : Une Américaine (Amanda) et une Anglaise (Iris), toutes deux déçues des hommes, décident, sans se connaître, d'échanger leurs appartements. Iris, va débarquer dans une demeure de rêve tandis que la distinguée Amanda découvre une petite maison de campagne sans prétentions. Les deux femmes pensent passer de paisibles vacances loin de la gent masculine, mais c'était sans compter l'arrivée du frère d'Iris dans la vie d'Amanda, et la rencontre de Miles pour Iris... (allocine)

Mon avis : I’m through with love, I’ll never fall again…

Enfin ça c’est ce que pensent Amanda et Iris au début de The holiday (les anglophiles et autres amateurs de Marylin Monroe, Ella Fitgerald ou même Woody Allen comprendront), mais c’était sans compter la papesse du mélo, la nouvelle reine de ce qu’il est d’usage d’appeler la comédie romantique, j’ai nommé Nancy Meyers. Ce que veulent les femmes et Tout peut arriver c’est elle mais aussi les scénarii du Père de la mariée ou des  Complices (mais si souvenez-vous, ce film mémorable avec Julia Roberts et Nick Nolte…) bref, que du lourd quoi.

Ici elle part d’une vraie bonne idée : deux filles totalement déprimées et plus ou moins nouvellement célibataires décident de faire un break loin de tout. Elles en viennent forcément à se mettre en contact et échange leur maison, l’une en pleine campagne anglaise, l’autre à Los Angeles. Et devinez quoi ? Oui, bon, vous avez deviné, pas la peine de vous faire un dessin.


Mais le pire c’est qu’il y a du bon, voire du très bon dans The holiday. Des trouvailles scénaristiques rafraîchissantes (les bandes annonces d’Amanda), un Jude Law qui ne cesse de se bonifier avec le temps (et on ne peut pas dire qu’il est parti de bien bas, le bougre), quelques petites pincées d’humour (merci Jack Black). Et en plus Nancy Meyers prouve ici qu’elle sait très bien manier l’émotion sur le bon ton et au bon moment.  J’en veux pour preuve les scènes avec un Eli Wallach formidable qui rendent un bel et sincère hommage aux plus belles années d’Hollywood.

Alors pourquoi la réalisatrice s’évertue-t-elle à enrober ces bonnes idées dans une guimauve des plus tartignolles qui puissent exister ? Tout dans le film, de la musique de Hans Zimmer aux situations les plus prévisibles qui soient font de The holiday une proprette petite romance bien comme il faut qui ne renouvelle pas une minute le genre, fût-ce un tant soi peu. C’est dommage, le résultat est pas mal et on ne peut pas dire que ça soit fondamentalement déplaisant mais on ne peut pas s’empêcher d’être déçu. Au fait, arrêtez de rêver : vous ne trouverez jamais au grand jamais une sublime maison de Sunset Boulevard en échange sur Internet. Et encore autre chose : Jude Law ne sera jamais au grand jamais votre boy next door


Ma note : **
The holiday (2006) Nancy Meyers
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

MAYDRICK 14/01/2007 18:12

Pourquoi la réalisatrice fait de la guimauve ? Parce qu'elle n'a aucun talent. Hé hé !

Peyo 11/01/2007 02:59

Vu le 31 décembre mais pas chroniqué (manque de temps). Assez d'accord avec ta critique cependant.

Haut de page