Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le guépard (1963) Luchino Visconti

par Neil 5 Décembre 2018, 03:52 1960's

Fiche technique
Film franco-italien
Date de sortie : 14 juin 1963
Titre original : Il Gattopardo
Genre : fin d’une époque
Durée : 3h05min
Scénario : Suso Cecchi d'Amico, Pasquale Festa Campanile, Enrico Medioli, Massimo Franciosa et Luchino Visconti d'après le roman de Giuseppe Tomasi Di Lampedusa
Image : Giuseppe Rotunno
Musique : Nino Rota
Avec Burt Lancaster (Prince Don Fabrizio Salina), Claudia Cardinale (Angelica Sedara), Alain Delon (Tancrède), Paolo Stoppa (Don Calogero Sedara), Rina Morelli (Maria Stella), Romolo Valli (Père Pirrone)...

Synopsis : En 1860, tandis que la Sicile est submergée par les bouleversements de Garibaldi et de ses Chemises Rouges, le prince Salina se rend avec toute sa famille dans sa résidence de Donnafugata. Prévoyant le déclin de l'aristocratie, ce dernier accepte une mésalliance et marie son neveu Tancrède à la fille du maire de la ville, représentant la classe montante. (allociné)

Mon avis : la perfection sinon rien

« Nous étions les guépards, les lions. Ceux qui nous remplaceront seront les chacals, les hyènes. Et tous tant que nous sommes, guépards, lions, chacals, brebis, nous continuerons à nous prendre pour le sel de la Terre ». Tout est dit, Luchino Visconti résume avec cette phrase la sève du roman de Giuseppe Tomasi di Lampedusa. Profitant de cette adaptation pour revenir, près de dix ans après Senso, sur la révolution italienne, il se place avec Le guépard en 1860, au moment de l’arrivée de Giuseppe Garibaldi en Italie.


Le point de vue adopté est ici celui du comte Salinas que Luchino Visconti lui-même a hésité à interpréter. Ce noble sicilien voit inexorablement son monde s’effriter sous ses yeux et sent bien que les choses ne seront plus jamais comme avant. Il prend donc le parti bien malgré lui de s’accommoder de cet état de fait en encourageant le mariage de son neveu Tancrède avec la fille d’un bourgeois qu’il méprise autant que celui-ci représente la future caste dirigeante. Et Visconti de se montrer aussi cruel envers cette aristocratie décadente qu’envers tous ces opportunistes capables de retourner leur veste au gré du vent de l’Histoire.

Là réside toutes les contradictions d’un homme à la fois attiré par les idées communistes et par ses origines aristocratiques, celles d’un réalisateur qui commença sa carrière avec le néoréalisme (Les amants diaboliques) pour peu à peu s’en éloigner. Avec Le guépardLuchino Visconti donne libre cours à un sens de l’esthétisme inégalé : décors prodigieux, costumes flamboyants, qualités picturales des scènes évoquant les plus beaux tableaux… c’est du travail d’orfèvre.

L’interprétation d’un Burt Lancaster en contre-emploi donne chair à un personnage à la fois imposant et vieillissant, Claudia Cardinale est éblouissante, son regard de braise fait des ravages. Et que dire de la splendide scène de bal qui clôt Le guépard, symbole admirable d’une classe qui se pare de ses plus beaux atours pour accueillir en son sein ses plus fervents adversaires.

« Pour que rien ne change, il faut que tout change » nous dit un prince Salinas, répétant, désabusé mais lucide, les propos de Tancrède*. Passé tout cela, que lui reste-t-il, et par là même que nous reste-t-il ? Peut-être le réalisateur nous laisse-t-il entrevoir que face à la mort se dresse l’Art. Luchino Visconti amorce ici une réflexion qu’il poursuivra avec Mort à Venise sur l’amour de l’art, l’artiste et sa place dans la société. Nul doute qu’avec des films comme Le guépard, celui-ci mérite sa place bien haut dans notre panthéon.


Ma note : ****

* Je me permets cet ajout après le très juste commentaire de Cath
Le guépard (1963) Luchino Visconti
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Cath 28/07/2017 17:34

Attention, ce n'est pas le prince Salina qui prononce la phrase en premier mais Tancredi quand il annonce à son oncle qu'il part rejoindre les chemises rouges :"Se vogliamo che tutto rimanga come è, bisogna che tutto cambi". et ce n'est pas un détail...

Thomas 03/11/2008 17:06

Salut ! superbe commentaire du film !
J'aimerais avoir une petite précision ... J'ai cru remarquer à plusieurs reprises au cours du film, la présence de références à des tableaux plus ou moins connus.
Notemment lors de plan larges sur des paysages siciliens, qui m'évoquent un tableau (de Manet peut-être ...), ou d'un passage du bal durant lequel deux hommes sont penchés chacun sur une femme et discutent avec elles pendant qu'elles s'éventent.
Je ne sais pas si je m'exprime clairement mais bon, je voudrais savoir si quelqun d'autre a remarqué ça ou si c'est moi qui débloque ^^
Merci d'avance !

tietie007 11/07/2007 12:03

Visconti, tel un peintre, déploie son génie pictural dans cette fresque sous le soleil de Sicile ...Un film solaire !

Neil 14/07/2007 10:47

Bienvenue titie. Voilà qui est bien dit. Et en effet je suis entièrement d'accord avec toi :)

Melody 12/04/2007 23:33

En même temps, tu as le temps Benoît, je crois que la sortie en dvd n'est prévue qu'en 2008. Sinon, Neil, je suis d'accord avec toi, en haut du pantheon (mais en haut du pantheon il n'y a pas un gros trou béant, non?)

Neil 13/04/2007 22:08

Lol Melo c'est pô bien de se moquer de mon style :p Et si si, il est sorti en dvd, tu peux te le procurer Benoît ;-) Merci eeguab, tes analyses sont toujours aussi pertinentes.Je l'ai vu moi aussi en VF et c'est vrai que ça m'a plutôt moins gêné que d'habitude. D'ailleurs je crois que c'est Barjavel qui a écrit les dialogues en français.Par contre le livre je ne l'ai pas lu mais j'aimerais bien, un de ces quatre..."_"

Bastien 12/04/2007 21:19

Ah Visconti... cinéaste fascinant. Comme tu le dis très justement, le contraste entre ses débuts et un film comme Le Guépard est incroyable. Film somptueux et dense, interprétét magnifiquement... un des fleurons du cinéma italien toutes genres et générations confondues.

eeguab 12/04/2007 20:38

A fond de ton avis.Ce film est un de mes favoris.J'admire presque tout Visconti.Tu peux retrouver deux notes si tu veux(Cinéma d'Italie,Cinéma et Littérature).C'est un des rares films que je préfère en VF,peut-être à cause du casting international,mais surtout à cause des ces phrases admirables(que ça change,nous étions les lins,les guépards,etc...).Une pure merveille d'après un roman lui-même passionnant.A bientôt.

Benoît 12/04/2007 00:46

Si j'ai bien compris en te lisant, je dois donc me procurer le film au plus vite ^^

@+

Haut de page