Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Golden door (2006) Emanuele Crialese

par Neil 13 Avril 2007, 20:49 2000's

Fiche technique

Film italien, français
Date de sortie : 21 mars 2007
Titre original : Nuovomondo
Genre : nouvel Eldorado
Durée : 1h58
Scénario : Emanuele Crialese
Musique : Antonio Castrignano
Directeur de la photographie : Agnès Godard
Avec Charlotte Gainsbourg (Lucy Reed), Vincenzo Amato (Salvatore), Aurora Quattrochi (Donna Fortunata), Francesco Casisa (Angelo), Filippo Puccillo (Pietro), Federica de Cola (Rita), Isabella Ragonese (Rosa)…

 
Synopsis : Début du XXème siècle. Dans un coin perdu de la campagne sicilienne, Salvatore décide de vendre tout ses biens pour partir avec ses enfants et sa mère âgée mener une vie meilleure de l'autre côté de l'océan. Mais pour devenir citoyen du Nouveau Monde, il faut mourir et renaître un peu.  (Allociné)
 
Mon avis : Le Nouveau Monde se payera cher
 
Le deuxième film d’Emanuele Crialese avait eu un beau succès public et critique ;  Respiro avait également le mérite d’offrir enfin un premier rôle d’envergure à Valeria Golino. Trois ans après, avec Golden door, le cinéaste transalpin choisit de nous raconter l’histoire d’une famille de simples siciliens qui décident au début du vingtième siècle de gagner le Nouveau Monde. Attirés par des photos truquées montrant des pièces de monnaie poussant sur des arbres ou des légumes à taille gigantesque, ces paysans sont déterminés à rejoindre leur oncle d’Amérique et à faire fortune là-bas. C’est sans compter le dur voyage qui les attend avant d’atteindre leur but.
 
La mise en scène de Golden door est incroyablement délicate. Crialese choisit non pas de montrer les mouvements de foule, l’exode massif qui participera à la recomposition des Etats-Unis mais plutôt la trajectoire individuelle de ces futurs émigrants. Futurs car tout le début du film s’attache à nous présenter très joliment la vie quotidienne de ces hommes et ces femmes avant leur départ. Des individus pétris de croyances et d’espoirs, qui vivent chichement et simplement. Puis les voilà partis pour cette aventure, et là le récit prend plus d’ampleur. Mélant à cette famille l’histoire d’une jeune femme mystérieuse et pudique (la non moins charmante Charlotte Gainsbourg), le film prend des allures épiques pour nous raconter les péripéties qui émaillent voyage. Là la caméra de Crialese filme les corps à fleur de peau, laissant naître une émotion derrière un regard, un frôlement de doigts. Cette partie un tantinet trop longuette possède malgré tout une grande poésie, accentuée dans la dernière partie nous montrant les procédures d’admission à Ellis Island. A là fois dure dans son propos et elliptique dans son traitement, la fin de Golden door a le mérite de ne pas trop en dire tout en suggérant habilement les choses. A l‘image d’un film touchant et fragile qui dresse une belle galerie de personnages attachants.


Ma note : 7,5/10

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Chris 14/04/2007 10:52

J'avais adoré "Respiro" et je trouve que le cinéaste confirme son énorme talent derrière la caméra. "incroyablement délicate"...je suis d'accord avec toi. Egalement sur la narration tout en suggestion... :-)))

+++

Neil 15/04/2007 10:09

Je n'ai pas vu Respiro mais s'il est aussi bien que Golden door je sens que je vais pas tarder à le regarder  "_"

Haut de page