Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A dangerous method (2011) David Cronenberg

par Neil 25 Décembre 2011, 06:42 2010's

Fiche technique
Film canadien
Date de sortie : 21 décembre 2011
Genre : Naissance de la psychanalyse
Durée : 1h39
Scénario : Christopher Hampton, d’après l’œuvre de John Kerr
Image : Peter Suschitzky
Musique : Howard Shore
Avec Michael Fassbender (Carl Jung), Keira Knightley (Sabina Spielrein), Viggo Mortensen (Sigmund Freud), Sarah Gadon (Emma Jung), Vincent Cassel (Otto Gross), André Hennicke (Eugen Bleuler)

Synopsis : Sabina Spielrein, une jeune femme souffrant d'hystérie, est soignée par le psychanalyste Carl Jung. Elle devient bientôt sa maîtresse en même temps que sa patiente. Leur relation est révélée lorsque Sabina rentre en contact avec Sigmund Freud... (allocine)

Mon avis : Voyage aux confins de la psyché humaine

On a reproché à A dangerous method d‘être un film « psychologisant », et c‘est pourtant là sa principale qualité. Il n’y a rien de plus naturel que d’analyser au plus profond la psyché des personnages pour un film qui traite justement de la naissance de la psychanalyse. Et on ne pouvait rêver de meilleur réalisateur que David Cronenberg pour évoquer un tel sujet, tant ses films sont remplis de codes psychanalytiques. Pratiquement tous ses personnages développent une pathologie, de la schizophrénie à la paranoïa en passant par diverses mutations physiques. Ce qui est étonnant, c’est de le voir adopter une forme aussi compassée dans ce film qui retrace quelques périodes clés de la vie de Carl Gustav Jung. Mais justement, c’est peut-être derrière ce cadre en papier glacé que se tapissent les obsessions cachées.

Dans une calèche une jeune femme, Sabina Spielrein, se débat. On la conduit en Suisse dans un institut psychiatrique pour se faire soigner. C’est le séduisant docteur Jung qui va s’occuper d’elle. Il met en pratique une thérapie particulière, développée par Sigmund Freud, qui consiste uniquement à parler avec le patient. Réticente au départ, Sabina finit par évoquer des périodes difficiles de son enfance. Agitée, elle ne cesse d’avoir des convulsions au fur et à mesure que les événements les plus traumatisants de sa vie sont dévoilés. Son père la battait quand elle était petite et elle a grandit dans la crainte et avec un sentiment perpétuel de honte qui ne l’a jamais quitté.

Dans sa forme, A dangerous method peut apparaitre comme un pur produit hollywoodien, ce qu’il est en partie. David Cronenberg reste fidèle à ses collaborateurs, et autant la photographie de Peter Suschitzky que la musique d’Howard Shore sont parfaitement maitrisés. La retranscription du début du XXe siècle est impeccable, peut-être un peu trop lisse. Mais c’est justement tout le talent du réalisateur canadien que de nous montrer combien ce vernis cache les failles des protagonistes. C'est dans un milieu bourgeois qu'évolue Carl Gustav Jung, sans compter son éducation protestante particulièrement rigoriste.

Tout ceci va favoriser, avec les deux déclencheurs que sont Sabina Spielrein et Otto Gross, l’émergence de ce que d’aucuns appelleront folie, d’autres défoulement, chez le médecin des âmes. Les failles de chacun des personnages apparaîtront alors de façon plus ou moins visible, et tandis que la patiente guérit plus ou moins, c’est son thérapeute qui sombre peu à peu. Pour nous montrer ce cheminement tortueux, A dangerous method choisit la parole. Suivant les préceptes de la psychanalyse, le film fait parler ses personnages, sans doute trop, ce qui donne un film particulièrement verbeux.

L’apport de Christopher Hampton à l’adaptation du roman de John Kerr se fait ressentir, autant dans la forme classique que dans l’aspect littéraire du film. A dangerous method devient alors un objet intellectuellement stimulant, un plaisir du cerveau qui manque peut-être de chair. Reste que l’interprétation des acteurs et des actrices est particulièrement réussie. On retiendra en particulier un Michael Fassbender décidément sans fausse note, qui réussit ici à retranscrire dans son visage et dans ses gestes le trouble intérieur qui assaille son personnage, désireux à la fois de garder le contrôle et de lâcher prise. S’il n’est pas parfait, le film de David Cronenberg n’en est donc pas moins follement intéressant et stylistiquement abouti.


Ma note : ***

A dangerous method (2011) David Cronenberg
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

D&D 15/02/2012 00:50


Là, je suis plus enthousiaste que toi. C'est un film qui me passionne. Et c'est marrant comme... c'est pas du tout "du Cronenberg"... et c'est purement "Cronenberg". Je crois vraiment que c'est
le deux, en quelque sorte.

Neil 15/02/2012 11:24



Tout à fait. Dans ses thématiques le film est purement "cronenbergien". Je l'ai revu et je l'ai encore plus apprécié que la première fois en fait.



CHRISTOPHE LEFEVRE 28/12/2011 00:49


J'ai lu souvent cette critique, d'un film trop bavard. Mais la parole est la base de la psychanalyse, c'est donc normale qu'elle occupe ici une place privilégiée. Je regrette seulement la trop
grande sagesse de Cronenberg dans sa manière d'aborder les apsects les plus troubles de la relation entre Jung et Spielrein. Pour le reste, j'ai beaucoup aimé.

Neil 28/12/2011 18:33



Effectivement, c'est pourquoi le sujet est malheureusement peu cinématographique, bien qu'il soit passionannt. Et c'est vrai que la relation entre Jung et Spielrein aurait gagné
à être mieux exploitée. Sinon c'est un bon film, tout à fait.



pierreAfeu 26/12/2011 23:28


Nous voilà plutôt d'accord. Le film est particulièrement intéressant et totalement maîtrisé.

Neil 27/12/2011 16:14



Oui c'est ça : formellement réussi et intellectuellement stimulant.



Wolvy128 25/12/2011 18:52


Très content de voir que tu as aimé car j'ai l'impression qu'il ne fait pas forcément l'unanimité depuis sa sortie. Personnellement il me tente bien et ce que tu en dis m'encourage à aller le
voir. Mais ce ne sera pas pour tout de suite à mon avis car il ne sort que la semaine prochaine en Belgique et j'ai des examens début janvier

Neil 26/12/2011 19:25



Le film a quelques amateurs aussi, et rare sont ceux qui disent qu'il est vraiment mauvais. C'est vrai qu'il ne ressemble pas aux autres Cronenberg mais il est très agréable. Bon courage
en tout cas pour tes exams ;)



Wilyrah 25/12/2011 11:31


Pas trop branché par ce film mais bon je n'ai jamais été bien emballé par Cronenberg comme on disait la dernière fois que l'on s'est vu. 


Passe de bonnes fêtes et hâte de découvrir ton classement 2011. D'habitude nous avions davantage de points communs. Cette année je pense que ce sera sensiblement différent en effet :)

Neil 25/12/2011 11:59



En l'occurence c'est un film qui ne ressemble que très peu aux autres Cronenberg. Mais je comprends que tu ne sois pas tenté, pourtant je l'ai trouvé assez intéressant.
Bonne fin d'année à toi aussi, et effectivement mes tops et flops de fin d'année risquent de ne pas être les mêmes que les tiens ^^



Haut de page