Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Abécédaire de films LGBTQI

par Neil 29 Juin 2019, 02:27 Tops

C’est aujourd'hui la Marche des fiertés LGBT parisienne. Voici donc un abécédaire, sorte de petit bréviaire absolument non exhaustif.

L’idée est de mentionner une fois et une seule un-e réalisateur-trice lesbienne, gay, bi, trans, et/ou qui a traité des questionnements de genres et/ou d‘identité sexuelle. Le choix fut rude, et pour des raisons pratiques ce ne sont donc pas forcément leur œuvre la plus emblématique qui est citée ici. Le jeu reste assez amusant et reflète tout de même une certaine idée de la cinéphilie de genre.

0-9 comme 120 battements par minute (Robin Campillo) : Allez hop, on défile aujourd'hui

A comme Amours imaginaires (Les) (Xavier Dolan) : Fascination absolue et, pour beaucoup, découverte de Niels Schneider et de Xavier Dolan

B comme Breakfast on Pluto (Neil Jordan) : petit bonbon acidulé enrobé du beau Cilian Murphy

 

C comme Ceux qui m'aiment prendront le train (Patrice Chéreau) : On aurait rêvé, lors de sa présentation au Festival de Cannes, d'un prix d'interprétation féminine pour Vincent Perez

D comme Desperate living (John Waters) : Le plus inclassable des réalisateurs, pour une fois sans sa Divine actrice

E comme Elephant (Gus Van Sant) : Qui a oublié ce baiser sous la douche ?

F comme Furyo (Nagisa Oshima) : Un pionnier de la tolérance et de la lutte pour la différence

G comme Garçon d'honneur (Ang Lee) : Un film qui, mine de rien, a bousculé deux ou troix conservatismes

H comme Happy together (Wong Kar Wai) : Le film le plus gay de sa filmographie, et quel film.

 

I comme Inconnu du lac (L') (Alain Guiraudie) : Pour qu’il y ait un thriller érotique dans ce classement

J comme J'embrasse pas (André Téchiné) : On pense à L’homme blessé, sorti quelques années auparavant. Deux films essentiels dans le paysage cinématographique français de l'époque

K comme Kaboom (Gregg Araki) : Quasiment chacun de ses films aurait pu y figurer

L comme Limier (Le) (Joseph Leo Mankiewicz ) : Cette version, ainsi que son remake tardif, possèdent une dimension homo-érotique non négligeable (sans compter Jude Law uh uh)

M comme Mort à Venise (Luchino Visconti) : La perfection, s’il en est (et ce dernier plan, sublime)

N comme Naissance des pieuvres (Céline Sciamma) : Naissance d'un réalisatrice (et quelle réalisatrice)

 

O comme Oedipe roi (Pier Paolo Pasolini) : Adapter un des mythes fondateurs de la psychanalyse à la fin des années 1960, seul Pasolini y aurait pensé

P comme Plaire, aimer et courir vite (Christophe Honoré) : Un des films les plus autobiographiques du réalisateur

Q comme Querelle (Rainer Werner Fassbinder) : In the navy, come on and join your fellow, man

R comme Rocky horror picture show (The) (Jim Sharman) : Il faut absolument le voir un jour

S comme Single man (A) (Tom Ford) : On espère (mais on peut douter, après un Nocturnal animals bien en deçà) que c’est le début d’une belle filmographie vu la qualité de ce premier opus.

T comme Temps qui reste (Le) (François Ozon) : Un film sensible qui aborde élégamment les thèmes de la mort et de la paternité

 

U comme Usual suspects (The) (Bryan Singer) : Si la réputation du réalisateur en a récemment pris un coup, le film qui l'a révélé a été un choc

V comme Volver (Pedro Almodovar) : On aurait aussi pu mettre La mauvaise éducation

W comme When night is falling (Patricia Rozema) : Sorti il y a quelques temps, un petit film canadien et lesbien

X comme XXY (Lucia Puenzo) : Un film à voir sur les troubles de l’identité

Y comme Yossi (Eytan Fox) : Le réalisateur, israélien, mérite sa place ici

Z comme Zabriskie point (Michelangelo Antonioni) : Pour la liberté d’esprit, et pour l’orgie finale, décomplexée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

mymp 06/07/2019 10:43

T'es pas crédible une seconde Neil, y'a ni Beautiful thing ni Week-end ????

Neil 06/07/2019 10:55

T'as un truc avec les lads anglais dis-donc mymp...
C'est bien l'idée, anyways, ne pas être exhaustif : ça fait parler

D&D 16/08/2011 20:22



Ce doit être un joli casse-tête de faire un abécédaire sur une thématique. En fait, j'ai vu beaucoup de films dans cette liste, elle a le mérite d'être très accessible je trouve. Happy
together est certainement celui que je trouve le plus beaux dans ce que j'ai vu, avec Mort à Venise.


J'en profite pour te dire, car je crois que tu n'en parles pas, de ne pas hésiter à profiter de la re-sortie de Ludwig de Visconti. Je crois qu'il ne faut pas reculer devant la durée du
film, elle est très bien passée pour moi. Et il y a des moments magnifiques dans cette oeuvre, je crois...



Neil 17/08/2011 21:47



Oui c'est à la fois un casse-tête mais c'est aussi très drôle de concevoir un abécédaire comme celui-ci.
J'ai vu Ludwig il y a quelques temps à la télévision, en deux parties je crois. Magnifique film, un de plus pour Visconti, que je reverrais bien à l'occasion...



Phil Siné 28/06/2011 16:52



pour the rocky horror, c'est tj le cas au studio galante en effet, ça reprend le mythe du film aux etats unis au séance de minuit... du coup c'est l'un des films qui a sans doute la plus longue
exploitation en salle... il se trouve facilement en dvd sinon, moi ça m'a tj fait peur l'idée d'aller à cette projection bizarre... quoique, en se mettant dans le fond peut-etre... mais en tout
cas c'est pas dans ce genre d'ambiance que tu comprendras le film je crois ! (enfin s'il y a quelque chose à comprendre en fait...)


du coup je me permets de polluer un peu ton blog : http://cinematheque.over-blog.net/article-the-rocky-horror-picture-show-de-jim-sharman-etats-unis-1975-49952167.html (j'attire
votre attention sur le lien à la fin de l'article... ;)



Neil 28/06/2011 22:47



Ah oui j'ai vu ça c'est marrant. Clairement pas un film à aller voir tout seul. En groupe ça doit être une sacré expérience quand même !



Phil Siné 28/06/2011 16:48



hey ! merci pour le linkage !!


joli abécédaire, jolies filouteries aussi (death in venice par expl... ;)


et des films que je n'ai pas vu... pfff !



Neil 28/06/2011 22:46



De rien mister, de rien.
Voui, j'ai un tout petit peu triché pour avoir un résultat finalement que je trouve convaincant ^^



Jul 28/06/2011 09:26



Je te conseille The servant de Losey, un classique méconnu, histoire machiavélique mais film inoubliable.



Neil 28/06/2011 22:44



Ah oui, un film en tout point magnifique. C'est marrant spontanément je ne l'aurait pas classé dans la thématique LGBT mais si effectivement il en est plein de codes



chataigne 27/06/2011 19:02



Coucou ;-)


Nan t'as pas vu The Rocky Horror Picture Show !!!


Ils en font des diffusion avec des comédiens qui rejouent les scènes, c'est tip top.


Faudra qu'on se fasse ça un jour !



Neil 28/06/2011 08:23



Coucou toi :)
Mais ouais c'est trop la loose. En plus il passe (au Studio Galande je crois) régulièrement, et pendant la séance il se passe pleins de trucs (cotillons, et j'en passe). Enfin c'était le
cas mais je suis plus trop sûr que ça le soit encore...



Squizzz 26/06/2011 23:31



Je suis loin d'avoir vu tous les films que tu cites, mais je constate qu'il en manque un qui pour moi est indispensable dans le genre: C.R.A.Z.Y. de Jean-Marc Vallée. Un oubli ou tu ne
l'as pas vu ? si c'est le second cas, je te le conseille vivement.



Neil 27/06/2011 08:33



Ah oui, C.R.A.Z.Y. est un très bon film c'est vrai. Mais avec les contraintes que je me suis fixées, évidemment il y a des oublis : cet abécédaire est loin d'être exhaustif... et
j'invite tout le monde à établir le sien :)



Haut de page