Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Argo (2012) Ben Affleck

par Neil 11 Janvier 2013, 06:19 En salles

Argo.jpgFiche technique
Film américain
Date de sortie : 7 novembre 2012
Genre : Histoire revisitée
µDurée : 1h59
Scénario : Chris Terrio
Image : Rodrigo Prieto
Musique : Alexandre Desplat
Avec Ben Affleck (Tony Mendez), Bryan Cranston (Jack O’Donnell), John Goodman (John Chambers), Alan Arkin (Lester Siegel), Kyle Chandler (Hamilton Jordan), Tate Donovan (Bob Anders)...

Résumé
 : Le 4 novembre 1979, au summum de la révolution iranienne, des militants envahissent l’ambassade américaine de Téhéran, et prennent 52 Américains en otage. Mais au milieu du chaos, six Américains réussissent à s’échapper et à se réfugier au domicile de l’ambassadeur canadien. (allocine)

Mon avis
: les origines d'une poudrière

Nous avons l'occasion dans Argo de vivre au plus près des éléments de l'Histoire qui ont eu de nombreuses répercutions par la suite. Nous avons plus ou moins entendu parler de l'Irangate, et comment (je schématise) Ronald Reagan a réussit à se faire élire en 1981, le jour où des otages américains détenus dans l’ambassade de Téhéran ont été libéré. Ce sont de ces otages qu'il est question ici, ou presque. Six d'entre eux avaient réussi à se cacher dans la demeure de l'ambassadeur canadien, et la CIA s'est emparé de cette affaire. Ben Affleck utilise ce fait d'Histoire pour construire un thriller mettant en scène tous les protagonistes de l'affaire. Il reste ainsi pour son troisième long-métrage en tant que réalisateur dans un genre qu'il maîtrise, et en profite pour évoquer ses thèmes politiques de prédilection.

À Téhéran la révolution est en marche. Nous sommes en 1979 et le Shah Mohammad Reza Pahlavi, que ses opposants reprochent d'être un allié des États-Unis, vient d'être destitué pour laisser place à l'ayatollah Khomeini. L'ambassade des États-Unis est en plein branle-bas de combats : des foules se pressent devant ses grilles et menacent d'investir les lieux. De nombreuses personnes font la queue pour obtenir un visa et les membres de l'ambassade, voyant la situation dégénérer, s'empressent de brûler tous les documents compromettants. C'est la panique générale et tout le monde se demande s'il ne vaut pas mieux évacuer les lieux ou rester dans un endroit considéré comme sur le territoire américain. Six d'entre eux ont des débats particulièrement animés et décident d'utiliser une porte dérobée pour s’enfuir.

Le suspense est remarquablement mis en place dans Argo. Même en connaissant le fin mot de l'histoire, Ben Affleck réussit à nous tenir en haleine tout au long de son film, provoquant des moment de tension impressionnant. La scène de l'aéroport est particulièrement réussie, où l'on éprouve de l'angoisse, se demandant comment les otages vont bien réussir à se dépêtrer de cette situation inextricable. Sans doute le réalisateur en rajoute-t-il pour monter encore plus le climax, et là est justement le sujet au cœur du film, à savoir les relations entre mensonges et vérité. Nous sommes dans une fiction, et l'admettons en tant que telle, tout en sachant qu'une grande partie de ces événements ont réellement eu lieu. Et ces mêmes événement utilisent le mensonge comme arme de bataille, partant du fait que plus le mensonge est gros plus il est crédible.

C'est là où Argo apporte un peu d'humour dans cette situation tendue. Le second degré avec lequel Ben Affleck dresse le portrait de l'industrie hollywoodienne est tout à fait savoureux, et les étapes qui le mènent à construire un film improbable ne manquent pas d'intérêt. Il s'appuie sur des dialogues qui font souvent mouche et sur un scénario pourtant compliqué mais qui se déroule très bien, ne perdant jamais le spectateur dans des explications compliquées. Après on peut regretter, malgré une absence de manichéisme forte à propos, un certain penchant américain de mettre en avant les valeurs familiales et la Patrie (les nombreuses images du drapeau à la fin sont assez lourdes). On peut également reprocher à Ben Affleck son petit péché d'orgueil, voulant à tout pris figurer dans son film alors qu'il devrait s'en tenir à son rôle de metteur en scène.

Ma note : ***

À lire : l'article que lui consacre pierreAfeu sur son blog

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Eeguab 03/03/2013 08:23


J'éai trouvé Argo très bien mené et les aller-retour Téhéran-Hollywood percutants.Une bonnes séance  de ciné,c'est un vrai compliment.Tu as raison,une certaine
insistance Star Spangled  Banner,mais il fallait s'y attendre.Et Ben Affleck est à mon avis meilleur derrière que devant.Et grosse présence des génialissimes supporting actors John Goodman
et Alan Arkin.

Neil 03/03/2013 19:02



Le film est très bien mené, et Afflek est en effet meilleur réalisateur qu'acteur. L'Oscar du meilleur film me semble toutefois un peu surestimé.



Haut de page