Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Barbara (2012) Christian Petzold

par Neil 6 Juin 2012, 05:15 2010's

Fiche technique
Film allemand
Date de sortie : 2 mai 2012
Genre : surveillance constante
Durée : 1h45
Scénario : Christian Petzold
Photographie : Hans Fromm
Musique : Stefan Will
Avec Nina Hoss (Barbara), Ronald Zehrfeld (André), Christina Hecke (L'interne Schulze), Rainer Bock (Klaus Schütz), Claudia Geisler (L'infirmière en chef Schlösser), Mark Waschke (Jörg)…

Synopsis : Été 1980. Barbara est chirurgien-pédiatre dans un hôpital de Berlin-Est. Soupçonnée de vouloir passer à l’Ouest, elle est mutée par les autorités dans une clinique de province, au milieu de nulle part. Tandis que son amant Jörg, qui vit à l’Ouest, prépare son évasion, Barbara est troublée par l’attention que lui porte André, le médecin-chef de l’hôpital. (allocine)

Mon avis : Ma vie à l'Est

Lauréat de l'Ours d'Argent du meilleur réalisateur au Festival de Berlin, Barbara nous plonge dans l'Allemagne de l'Est du début des années 1980. À l'instar de La vie des autres, le film baigne dans une ambiance de surveillance permanente où la Stasi est partout. Mais à la différence d'un Florian Henkel von Donnersmarck, le réalisateur Christian Petzold n'est pas un nouveau réalisateur : si on n'a pas beaucoup entendu parler de lui avant, il en est pourtant à son sixième film. Et on l'imagine peu s'expatrier aux États-Unis, ce qui cela dit n'a pas été la meilleure idée du premier. Doit-on au passage parler d'école berlinoise, tant les réalisateurs qui en font soit-disant partie sont différents dans le style, peut-être vaut-il mieux dire qu'il y a un renouveau depuis quelques années du cinéma allemand, et c'est tant mieux.

Pour son premier jour de travail, Barbara arrive pile à l'heure. Pédiatre, elle vient d'arriver de Berlin-Est dans un village d'Allemagne de l'Est où elle se fait accueillir froidement par la plupart de ses collègues. Seul le médecin André prend soin d'elle et lui propose de la ramener chez elle en voiture. Il lui conseille de ne pas rester trop distante si elle veut s'intégrer. Mais Barbara reste sur ses gardes : elle s'étonne qu'André connaisse son adresse et se doute qu'il a dû consulter son dossier. Lequel dossier précisant qu'elle a été mutée en province pour des raisons troubles : elle est soupçonnée par les autorités de vouloir passer à l'Ouest. Elle se méfie donc de tout le monde, de cet homme comme de sa logeuse un peu trop curieuse à son goût.

L'ambiance que Barbara arrive parfaitement à distiller, c'est ce climat de paranoïa permanente dans lequel baigne l'héroïne. Toutes les personnes qu'elle croise sont susceptibles d'être des mouchards, le moindre geste qu'elle esquisse risque d'être mal interprété. Ce qui intéresse Christian Petzold, ce n'est pas tant le mécanisme de la surveillance que la vie quotidienne dans cette prison où comme le dit Barbara « on ne peut être heureux ».

Ainsi ont vécu de nombreux allemands  de l'Est tandis qu'à quelques kilomètres d'autres citoyens vivaient paisiblement, sous un autre joug mais en tout cas pas dans cette ambiance délétère. Les patients que traite l'équipe médicale souffrent d'ailleurs clairement des symptômes de cet enfermement et en souffrent de façon évidente ou parfois plus sournoise. D'ailleurs l'héroïne de Barbara est quasiment de chaque plan. Et l'actrice qui l'incarne, Nina Hoss, est une révélation. En tout cas en France puisqu'elle était déjà bien connue dans son pays natal avant le film, ayant déjà tourné une quinzaine de long-métrages en Allemagne.

Elle incarne ici avec délicatesse cette femme aux aguets, et parvient par petites touches à humaniser un personnage qui est au début de Barbara d'une froideur implacable. Nous suivons avec attention le destin apparemment simple de cette femme, et malgré quelques petites longueurs la mise en scène subtile nous tient en haleine en permanence. La construction du récit est habile et la lumière met en valeur la beauté des paysages parfois secs. Un film à conseiller, dont la fin, très bien amenée, est au passage tout à fait remarquable.


Ma note : ****

Barbara (2012) Christian Petzold
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Franka 07/06/2012 11:04


Yes ... à propos d'être "en phase" , je voulais  aller voir Peggy Guggenheim ce soir, mais avec mon entorse c'est mort, en plus JM est absent ... je reporte à next week je pense ....

Neil 07/06/2012 11:39



Aïe mince alors je viens de voir ça sur FB ma pauvre...
Pour Peggy Guggenheim tu as encore trois semaines (à moins d'une reprise). Enfin en tout cas je te le conseille... et j'espère que tu vas vite te remettre !



Franka 07/06/2012 10:49


Barbara, ou comment réaliser un très grand film avec une grande (apparente) simplicité. Un travail de maître, à des années lumières des prétentions Cosmopolitaines .

Neil 07/06/2012 11:00



Tout à fait d'accord avec toi ma chère Franka. Nous sommes en phase en ce moment :)



Haut de page