Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Beginners (2011) Mike Mills

par Neil 12 Juin 2011, 05:20 Avant-Première

Beginners.jpg
Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 15 juin 2011
Genre : remise en question(s)
Durée : 1h44
Scénario : Mike Mills
Image : Kasper Tuxen
Musique : Roger Neill
Avec Ewan McGregor (Oliver), Mélanie Laurent (Anna), Christopher Plummer (Hal), Mary Page Keller (Georgia), Goran Visnjic (Andy), Jennifer Hasty (La secrétaire)…

Synopsis : Oliver, illustrateur a Los Angeles, collectionne les ex et les déceptions amoureuses. Quand son père, Hal, tire sa révérence après avoir fait son coming-out a 75 ans et rejoint avec entrain la communauté homosexuelle, Oliver se penche sur ses relations familiales et ses échecs sentimentaux. (allocine)

Mon avis : Dis, papa, c’est quoi l’amour ?

On fêtait hier la gay pride à Strasbourg ou à Bordeaux, on la fêtera samedi prochain à Lyon ou à Toulouse, et le samedi d‘après à Paris. Le rapport avec Beginners c’est que le film aborde, sans que ce soit son sujet principal, l’activisme homosexuel. Et je suis sans doute un vieux schnock rabat-joie mais je fais partie de ceux qui pense que nous nous inscrivons dans une histoire collective. Que la lutte de ceux qui nous ont précédés nous a ouvert la voie, et que l’égalité des droits n’est pas encore acquise. Et voir un vieux monsieur de soixante-quinze ans malade qui trouve encore le courage de se battre et de se lever, ça me fait toujours bien plaisir.

Le père d‘Oliver vient de mourir, et il se retrouve tout seul dans son ancien appartement à trier ses affaires, en jeter certaines et en garder d‘autres. Oliver se souvient des derniers jours de Hal, entre l’hôpital et les soins palliatifs. Car Hal a eu un cancer, qui s’est déclaré trop tard quand il était déjà trop vieux. Illustrateur, Oliver déprime et partage sa vie avec le chien de son papa, avec qui il s’invente des dialogues imaginaires. Un jour ses collègues l’invitent à une soirée où Oliver se déguise en Freud et psychanalyse les invités. Une jeune femme se présente alors à lui, aphone, et le courant passe assez bien entre les deux jeunes gens.

Il est agréable de voir un réalisateur de clip faire de la mise en scène. Je m’explique : Mike Mills a débuté sa carrière dans le monde du vidéo-clip et de la publicité, ce qui n’est pas un reproche. Mais lorsqu’il s’attelle à un long-métrage comme Beginners, il se débarrasse des tics de réalisation que peuvent avoir certains de ses comparses quand il font du cinéma. Ici, les petites trouvailles de mise en scènes sont charmantes et se mêle agréablement à l’histoire qui nous est racontée. Pourtant compliqué dans sa trame narrative, le film se déroule très simplement, sans effets superflus. Même les quelques idées saugrenues, comme ces sous-titres reflétant les dialogues entre le personnage principal et son chien, passent comme une lettre à la poste et apportent un peu de légèreté là où le film en aurait peut-être manqué.

Car l‘histoire de Beginners n‘est pas très drôle au fond. Quand Oliver fait le bilan de sa vie affective, il n’y voit que des échecs. Handicapé affectif, il ne fait que reproduire à sa manière le schéma familial. Ses parents ne se sont pas vraiment aimés, ils se sont connu en des temps anciens qui nous sont retranscrits en photos par des émouvants flashbacks. Sa mère était juive à une époque où il ne faisait pas bon l’être, et son père a toujours su qu’il était gay sans jamais pouvoir l‘assumer. Autres temps, autres mœurs, mais Oliver n’a pas plus de chances : il accumule les déceptions sentimentales jusqu’à ce qu’il rencontre Anna. La relation qui débute entre ces deux écorchés vifs est d’ailleurs particulièrement émouvante, et Ewan McGregor ainsi que Mélanie Laurent arrivent très bien à faire passer ce tendre sentiment qui commence à les étreindre. On se plait alors à croire en ces débutants de l’amour qui vont peut-être avoir enfin une chance.

Ma note : ***

commentaires

dasola 14/06/2011 16:34



Bonjour Neil, et bien moi, j'ai apprécié ce film mais sans plus. C'est léger, sympa malgré un sujet grave où la maladie et la mort sont très présentes. Les comédiens sont bien (mention spéciale à
Ch Plummer qui y va carrément). Le Jack Russell est mignon tout plein. Mélanie est jolie à regarder et Ewan Mc Gregor confirme qu'il est très à l'aise dans ce registre en demi-teinte. Bonne
après-midi.



Neil 15/06/2011 11:54



Bonjour Dasola, j'avoue que j'ai été assez touché par le film, et je le trouvait en plus assez original. Les acteurs sont en plus très bons, comme tu le dis.  Bonne journée.



mymp 13/06/2011 19:27



Gros de coup coeur(d'artichaud ?)  pour ma part, ça doit être mon côté fleur bleur qui a pris le dessus pendant la projection... C'est vrai que le film ne fait absolument pas "clippeur", et
c'est tant mieux, ça change, comme si Mills avait fait profil bas. Le film milite l'air de rien pour une homosexualité acceptée, épanouie à tout âge, et c'est finalement encore plus fort qu'une
oeuvre qui aurait été à fond activiste. De plsu, effectivement, ce n'était pas le principal sujet du film.



Neil 15/06/2011 11:53



Oui, c'est ça, et ça rend le discours encore plus fort je trouve.
Une très jolie comédie romantique, touchante et bien faite.



Wilyrah 13/06/2011 13:56



Très tentant celui-là, malheureusement je risque de ne pas pouvoir le voir à cause de ce put... de concours.



Neil 15/06/2011 11:51



Aïe pas de bol. Tu pourras te rattraper en DVD :)



Phil Siné 12/06/2011 17:38



joli film en effet, tendre et émouvant...


par contre, l'aspect "militant" ne m'a pas autant marqué que toi... (shame on me ?)



Neil 15/06/2011 11:50



Bah à travers le personnage du père il est un peu développé. Et puis cette succesion de photos retraçant la vie des parents m'a particulièrement ému.



Haut de page