Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C‘était Bory (2011) Daniel Garcia et Janine Marc-Pezet

par Neil 30 Juin 2012, 05:30 Bouquins

Etait_Bory.jpgFiche technique
Roman français
Date de publication : 10 octobre 2011
Genre : biographie commentée
123 pages
Edité aux Editions Cartouche

Quatrième de couverture : « Je voudrait que beaucoup de gens soient heureux d’être avec moi, même quand je ne serai plus du tout ce que j’aurai pu être », confiait Jean-Louis Bory à Radioscopie, en 1973. Pari gagné. Plus de trente ans après sa disparition, quelle jouissance de le réentendre au « Masque et la Plume » ! Ses indignations ; ses chamailleries avec Charensol ; ses grandes envolées improvisées et piaffantes, qui provoquaient les hurlements de rire du public.

Mon avis : Retour sur  une légende du Masque et la plume

Si C’était Bory existe, c’est par la volonté de la Société Civile des Auteurs Multimédia, qui défend les droits des auteurs. Pour fêter son trentième anniversaire, ils ont souhaité rendre hommage à un artiste aux nombreuses facettes : écrivain, critique, scénariste. Ils ont demandé pour ce faire à Daniel Garcia, qui avait écrit une biographie de Jean-Louis Bory en 1991, et qui ne savait pas vraiment au départ comment articuler son récit. Il décide d’en faire un livre-CD contenant une vingtaine d’interventions du critique de cinéma au Masque et la plume. Il reprend les textes qu’il avait publiés vingt ans auparavant, étoffant certaines parties et ajoutant à la fin plusieurs textes écrits par Bory à divers moments de sa vie. Un très bel objet qui complète parfaitement la pièce Instants critiques mise en scène par François Morel.

C’est en 1919 que naît Jean-Louis Bory dans le village de Méréville, dans l’Essonne, où il va plus tard conserver une maison. C’était alors encore un bourg de campagne comptant un millier d’habitants, avec des champs à perte de vue. Sa mère est institutrice puis directrice de l’école communale, et son père est pharmacien et fils d’instituteurs. La méritocratie, l’ascension sociale par le biais du savoir et de la connaissance, tels sont des thèmes cher au jeune homme qui fera ensuite une carrière d’enseignant. Car c’est un élève appliqué qui dans les années 30 excellera en particulier dans les matières littéraires. Il décroche cependant invariablement le prix d’excellence et réussit dans toutes les matières, ce qui l’amène au lycée Henri IV où il commence une khâgne, où il croise notamment un certain Eric Rohmer.

Le portrait qui nous est dépeint dans C’était Bory est non seulement passionnant mais également très émouvant. Pour de nombreux auditeurs, la figure de Jean-Louis Bory est celle d’un homme flamboyant, capable de s’emporter de façon lyrique sur les films qu’il a aimé. Ses duos avec Georges Charensol sont l’occasion de joutes oratoires particulièrement brillantes où deux cultures s’opposent frontalement. Mais on apprend que le critique de cinéma a débuté sa carrière non seulement en tant qu’instituteur mais s’est fait connaitre en 1945 pour un livre intitulé Mon village à l’heure allemande. Alors enseignant dans un lycée de Haguenau, il se voit attribuer le prestigieux prix Goncourt avec le soutien actif de Colette. Ce prix trop tôt décerné va le hanter très longtemps, alors que les livres qu’il publiera plus tard n’auront pas de succès. Malgré la notoriété qu’il gagnera, il restera marqué par cet absence d’estime que subissent nombreux des lauréats, et qu’il exprimera très joliment.

Et C’était Bory nous permet également de connaître mieux le personnage intime, l’homme que fut Jean-Louis Bory à la fois de façon publique et privée. Homosexuel il l’était, et il ne s’en cachait pas, ce qui détonnait fortement dans la France des années 60 et 70. Il fait son coming-out en 1973, à travers un livre qui s’appelle Ma moitié d’orange, vendu à sa sortie à plus de 50 000 exemplaires, un succès pour l’époque. Alors que l’homosexualité montre timidement le bout de son nez dans le débat publique, Jean-Louis Bory devient pour beaucoup l’étendard du droit à l’indifférence. Cette casquette le poursuivra longtemps et participera sans doute à la dépression qui le mènera au suicide en 1979. Car Bory est un homme qui souffre depuis longtemps, et dont la face cachée est à l’opposé de l’image du trublion médiatique qui le fit connaitre. Quel dommage qu’il soit parti si tôt, tant son talent éclate à travers les textes et à travers sa voix que l’on écoute avec ravissement dans des débats mythiques que l’on aimerait entendre plus souvent.

Ma note : ****

commentaires

D&D 05/11/2012 00:09


A l'air intéressant le format livre-CD dans ce cas. Mais je t'avoue que j'avais jamais entendu parler de ce monsieur...

Neil 05/11/2012 14:34



En fidèle auditeur du Masque et la Plume j'en avais entendu parler, il n'y a pas si longtemps d'ailleurs, et j'ai été ravi de pouvoir l'entendre



dasola 04/07/2012 14:38


Bonjour Neil, je me suis offert ce livre CD. Un bonheur. Il faudrait que je lise son roman "Mon village à l'heure allemande" et j'ai réécouté plusieurs fois ses interventions du Masque et la
Plume. Je ferais peut-être un billet dessus. Bonne après-mid.

Neil 05/07/2012 13:09



Ah oui c'est un pur bonheur que d'écouter ses interventions au Masque et la plume. Je lirai ton billet avec intérêt.



Haut de page