Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chatroom (2010) Hideo Nakata

par Neil 7 Juillet 2010, 03:29 2010's

 

Chatroom.jpgFiche technique

Film britannique
Date de sortie : 11 août 2010
Genre : manipulation psycho-virtuelle
Durée : 1h27
Scénario : Enda Walsh
Photographie : Benoît Delhomme
Musique : Kenji KawaiAvec Aaron Johnson (William), Imogen Poots (Eva), Matthew Beard (Jim), Hannah Murray (Emily), Daniel Kaluuya (Mo), Megan Dodds (Grace)…


Synopsis
 : William, 17 ans, solitaire, passe son temps sur internet et ouvre un forum de discussion. Rejoints par Eva, Emily, Mo et Jim, tous vident leurs sacs sur leurs parents, leurs soi-disant amis, leurs émois, leurs traumatismes. William, très à l’écoute, les conseille et les incite à s’affranchir de leurs problèmes par l’action… (Allociné)
 
Mon avis : Menaces virtuelles pour adolescents perturbés

Une des constantes dans les thématiques abordées par Hideo Nakata dans ses œuvres demeure les rapports complexes tissés dans les sociétés modernes. Mettant en exergue des sociétés déshumanisées (Dark Water, Chaos) ou envahies par la technologie (la série des Ring), il développe des intrigues à la limite du fantastique. Avec Chatroom, il change d’univers (le film se déroule au Royaume Uni) et d’ambiance (on est plus proche ici du thriller que du film d’horreur). Le tout en gardant la thématique des moyens de communication omniprésents, surtout pour la jeune génération.

Dans un hôtel, un jeune homme inscrit sur la porte d’une des chambre « Chelsea teens ! » et y rentre, bientôt rejoint par quatre autres post-adolescents. On va vite se rendre compte que cette chambre est la matérialisation d’une salle de Chat et que l’hôtel tout entier est le serveur qui l’abrite. Petit à petit, on va apprendre à connaître chacun des cinq participants à cette chat room et entrer dans leur univers virtuel et réel. William est en rebellion contre sa mère, célèbre écrivain pour ados ; Eva est une riche top-modèle qui déteste sa rivale ; Jim a perdu son père et ne s’aime pas ; Emily se révolte contre des parents trop bourgeois et Mo éprouve des sentiments pour une fille de 11 ans, la sœur de son meilleur ami.


Dans la famille des objets mélangeant réel et virtuel, Chatroom est assez bien réalisé. Vu le titre du film, ce n’est pas une surprise quand on découvre que la fameuse chambre n’est que virtuelle (et d’ailleurs Hideo Nakata ne cultive pas le mystère bien longtemps), mais le passage entre les différentes réalités est assez bien orchestré. Au contraire des précédents films de Nakata, Chatroom est d’ailleurs moins effrayant, tout du moin en apparence. La tension est présente, et elle monte creshendo durant le film, mais c’est surtout l’analyse des faits qui trouble. La mise en scène n’est pas particulièrement spéctaculaire mais ce que nous montre le réalisateur sur les dangers du virtuel a de quoi questionner.

 

En ce sens, Chatroom décortique très bien les mécanismes des plate-forme de discussion et de rencontre sur Internet. Hideo Nakata a su mettre en avant les petits détails qui tuent comme la solitude du chatteur dans une salle vide ou la façon toute particulière qui fait qu’on peut être amené à se confier plus facilement à des inconnus qu’à ses proches. Malgré tout, Chatroom n’échappe pas à certaines facilités : un casting très « tendance » qui cible spécifiquement les moins de vingt ans (et je suis gentil, parce que faire d’Aaron Johnson une star, on n’en est pas encore là…), un discours parfois à la limite réac concernant Internet, un scénario un peu faible il faut l’avouer. En résumé le film est un joli produit, bien conçu et avec certaines scènes bien senties, mais qui n’a rien d'original.

 

Ma note : 6,5/10

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Benoît 13/07/2010 09:04


Etant donné que j'aime encore bien certains films de Nakata (Ring et Dark Water entre autres), je verrai certainement celui-ci lors d'une sortie DVD.


Neil 13/07/2010 10:59



Oui, n'hésite pas à le voir, même en salles quand il sortira, il est pas mal.



Haut de page