Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contagion (2011) Steven Soderbergh

par Neil 13 Novembre 2011, 06:02 2010's

Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 9 novembre 2011
Genre : épidémie mondiale
Durée : 1h46
Scénario : Scott Z. Burns
Image : Steven Soderbergh
Musique : Cliff Martinez
Avec Matt Damon (Mitch Emhoff), Kate Winslet (Erin Mears),  Laurence Fishburne (Ellis Cheever), Marion Cotillard (Leonora Orantes), Jude Law (Alan Krumwiede), Gwyneth Paltrow (Beth Emhoff)

Synopsis : Une pandémie explose à l’échelle du globe. Au Centre de Prévention et de Contrôle des Maladies, des équipes se mobilisent pour tenter de décrypter le génome du mystérieux virus, qui ne cesse de muter. Le Sous-directeur Cheever, confronté à un vent de panique collective, est obligé d’exposer la vie d’une jeune et courageuse doctoresse. (allocine)

Mon avis : Méli-mélo frustrant hygiéno-sanitaire

Dire que Contagion était désiré par certains est un doux euphémisme. Il s‘agit tout d‘abord d‘un film de Steven Soderbergh, réalisateur attendu à chaque fois au tournant, qui met en scène tantôt des films brillants et palpitants, tantôt des films expérimentaux parfois intéressants, et déçoit souvent. Entre temps il s’amuse à nous offrir des blockbusters qui peuvent s’avérer divertissants. C’est censé être le cas ici, où son budget conséquent lui a permis de convoquer une troupe d’acteurs bankables qu’il s’octroie le luxe de faire mourir les uns après les autres. Il faut dire que son film surfe sur la paranoïa ambiante qui nous fait frissonner en entendant parler d’un nouveau virus tout aussi inconnu que foudroyant.

Une femme d’affaire revient d’un voyage à Hong-Kong et fait escale à Chicago avant de rejoindre le Minnesota. Blême et fiévreuse, elle reçoit le coup de fil de son amant avec qui elle vient de passer la nuit. En rentrant chez elle, son mari et son fils l’accueillent chaleureusement mais son état de santé s’empire. Dans plusieurs autres villes du Monde entier, des personnes semblent victimes des mêmes symptômes qu’elle. Elle s’effondre et est transportée d’urgence à l’hôpital ; les médecins ne peuvent malheureusement rien pour elle et sont incapables de dire à son mari de quoi elle est morte. Sur le chemin du retour, celui-ci reçoit un coup de fil de la baby-sitter : son fils est lui aussi pris de spasme incontrôlables.

Le moins qu’on puisse dire c’est que Contagion est un film très démonstratif. Sa mise en scène d’un didactisme forcené enchaîne les gros plans d’objets contaminés, sensés représenter la rapidité de la transmission du virus, et les enchaînements de plans fixes nous montrant les différentes étapes de cette fameuse contagion. En bon élève, Steven Soderbergh s’intéresse à toutes les étapes du processus, des victimes à leurs proches en passant par les instituts de veille sanitaire, les laborantins et même les journalistes. S’ensuivent une multitude d’histoires individuelles, d’évènements et de catastrophes qui nous mettent en alerte sur la vitesse fulgurante à laquelle la propagation s’opère.

Chez le spectateur, une certaine frustration s’installe de ne pas pouvoir suivre une piste jusqu’au bout et, à défaut d’avoir un point de vue général sur tout le processus, de ne pas pouvoir s’intéresser sérieusement aux cas individuels. Pourtant pas mal de bonnes idées théoriques sont présentent dans Contagion. À commencer par la mise en perspective du virus et de la communication. Dans les deux cas, on essaye par tous les moyens d’éviter la propagation mais on reste impuissant à la canaliser. Le personnage emblématique du journaliste paranoïaque, interprété par un Jude Law qu’on est toujours ravi de pouvoir regarder évoluer, est en cela intéressant.

Internet, les réseaux sociaux et les blogs sont alors autant de moyens de faire progresser une information, qu‘elle qu‘en soit la qualité. Le message n’est pas révolutionnaire mais sa contextualisation semble ici judicieuse. Sauf que l’idée est à peine traitée dans Contagion, noyée qu'ells est sous d’autres thématiques plus ou moins bien traitées. Il en va de même pour le casting, où le nombre de stars au mètre carré se piquent la vedette les unes aux autres. Reste un film assez bien réalisé, propre et informatif, mais qui manque de chair pour qu’on puisse réellement s'emballer.


Ma note : **

Contagion (2011) Steven Soderbergh
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Mo5kau 01/12/2011 13:10


Le côté froid m'a plu (la musique y fait beaucoup). Le côté "stars" ne m'a pas paru nécessaire (à part Winslett et Damon)

Neil 02/12/2011 22:14



La musique est effectivement très bien, et va tout à fait avec le film. Quant aux stars, c'est marrant de les voir apparaître et disparaître.



CHRISTOPHE LEFEVRE 19/11/2011 18:27


Rares sont les avis mesurés sur ce film. Il est carrément déscendu sur Facebook, pourtant je ne le trouve pas indigne. Soderbergh peut évidmment faire mieux. Et toutes les stars du films son
assez mal exploitées, mais ce n'est pas si catastrophiques que certains veulent bien le dire. A les entenrde, on dirant même que son Soderbergh ne sait même tenir une caméra...

Neil 21/11/2011 23:56



Exactement, un peu de nuance ne fait pas de mal. Le film n'est pas extraordinaire mais il n'est pas non plus mauvais.



Squizzz 15/11/2011 13:45



Au milieu de la foule de critiques qui descendent le film, la tienne plus nuancée me sied mieux !



Neil 15/11/2011 14:01



Oui plus nuancée car les qualités du film sont tout de même présentes, même si ça n'est pas un grand film je pense qu'on est tous d'accord là dessus.



Phil Siné 14/11/2011 13:40



la froideur d'ensemble est bien sûr voulue... moi j'ai adoré, mais en même temps un film qui propose une extermination de masse de l'humanité ne pouvait que m'enchanter... ;)



Neil 15/11/2011 14:00



Voilà qui ne m'étonne pas mon cher Phil. Je trouvais d'ailleurs que parfois le film reprenait les codes de certains films d'horreurs apocalyptique (genre quand ils dévalisent le supermarché)



Wilyrah 13/11/2011 12:56



Moi je l'ai trouvé assez intelligent, plaisant et non-hollywoodien, ce qui m'a assez plu. J'ai retrouvé les qualités de traitement de Traffic. Et j'ai beaucoup aimé ce montage nerveux et la bande
son de Cliff Martinez. 



Neil 15/11/2011 13:58



J'avais trouvé Traffic plus intéressant. Là je trouve qu'il est plus superficiel. Mais c'est vrai que la bande son est pas mal.



Haut de page