Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dark shadows (2012) Tim Burton

par Neil 21 Mai 2012, 05:28 2010's

Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 9 mai 2012
Genre : famille délabrée
Durée : 1h52
Scénario : Seth Grahame-Smith et John August, d’après l’oeuvre de Dan Curtis
Photographie : Bruno Delbonnel
Musique : Danny Elfman
Avec Johnny Depp (Barnabas Collins), Michelle Pfeiffer (Elizabeth Collins), Jackie Earle Haley (Willie Loomis), Helena Bonham Carter (Julia Hoffman), Jonny Lee Miller (Roger Collins), Eva Green (Angelique Bouchard)…


Synopsis : En 1752, Joshua et Naomi Collins quittent Liverpool, en Angleterre, pour commencer une nouvelle vie en Amérique avec leur jeune fils Barnabas. Vingt années passent et Barnabas a la ville de Collinsport à ses pieds. Riche et puissant, c’est un séducteur invétéré… jusqu’à ce qu’il brise le cœur d’Angelique Bouchard. (allocine)

Mon avis : Renaissance pop dans l’ironie et le second degré

Avant d’être un film, Dark Shadows était une série, diffusée entre 1966 et 1971 sur ABC. L'originalité de l’œuvre est quelle se présentait comme un soap opéra fantastique. Son caractère surnaturel n'apparait d’ailleurs qu'au bout d’un an, après une longue exposition des personnages. Dans l’œuvre de Tim Burton, la séquence d’introduction (magnifique générique sur l’air de Nights in white satin) est très brève et le personnage principal nous est très vite présenté. La surprise est de voir que ce personnage est un vampire, figure qui était jusque là absente de l’univers du cinéaste. Son univers gothique comportait en effet de multiples créatures mais pas à proprement parler de vampires. Et ce n’est pas là la seule originalité du film.

Ruinée, la famille Collins s’embarquent en Amérique pour refaire fortune. Ils réussissent brillamment et vingt ans plus tard le fils Barnabas est à la tête d’un commerce florissant. Il entretient une liaison passionnelle avec Angélique Bouchard, rousse vénéneuse qui est folle amoureuse de lui. Épris d’une autre, il n’entretient pas les mêmes sentiments et la jeune femme en est profondément blessée. Adepte de magie noire, elle invoque les esprits et jette un sort aux parents de Barnabas, qui meurent dans un accident tandis que le manoir des Collins prend feu. Pendant ce temps Barnabas cherche sa fiancée qu'il trouve au bord d’une falaise, sur le point de se jeter à l’eau. Il ne peut empêcher la mort de la jeune femme, provoquée par la maléfique Angélique.

Beaucoup sont déçus par Dark shadows et ne semblent pas y retrouver la grâce des meilleurs films de Tim Burton. S’il ne fait peut-être pas partie de son trio de tête, on y retrouve pourtant tout l’univers du cinéaste, et plus encore. L’humour décalé transparaît régulièrement, mâtiné d’une histoire et d’un contexte sombres à souhait. C’est un conte fantastique que nous narre ici le réalisateur dont l’exposition à la Cinémathèque française vaut vraiment le coup d’œil. En y parcourant les salles, on pourra constater combien Dark Shadows est cohérent dans son œuvre et pourtant original.

Car ici, en plus de personnages excentriques interprétés de façon impeccable par un casting de qualité, on retrouve quelques thématiques plus originales, comme le sexe ou la culture pop, qui s’y elles apparaissent jusqu’ici en filigrane sont ici beaucoup plus affirmées. Si Tim Burton choisit de situer l’action de Dark Shadows dans les années 1970 ce n’est pas anodin. Bien sûr la série originale se déroulait durant cette période très particulière, en particulier pour les États-Unis. Mais quand le cinéaste adapte justement cette série on ne peut s’empêcher de penser qu'il nous envoie un message critique sur la société contemporaine.

Les germes de la société de consommation transparaissent à cette époque bien précise, et de nombreux indices ponctuent Dark Shadows pour nous le faire remarquer. Du M détourné de Mephistopheles à la guest star de la fête organisée au manoir, tout y est pour nous faire prendre conscience des dérives à venir de la société consumériste. Pourtant le cinéaste est malicieux, et ne se montre pas plus tendre avec les hippies, qui défendaient un autre type de société. C’est bien là l’art d’un cinéaste original, qui se démarque de ses congénère et qui réussit un film brillant et tout à fait réjouissant.


Ma note : ****

Dark shadows (2012) Tim Burton
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Ornelune 24/07/2012 08:14


Je te rejoins Neil sur ce film. Un bon Burton.


Et ces comparaisons systématiques avec l'excellence passée (sur le ton du "c'était mieux avant") commencent à lasser. Depuis Sleepy hollow (un chef d'oeuvre à mes yeux), on ne cesse de dire que
Burton s'affadie. N'en est-il pas complètement devenu transparent à force ? Non, il faut savoir apprécier Sweeney Todd, Alice ou Dark shadows à leur juste valeur.

Neil 24/07/2012 16:42



Je suis assez d'accord avec toi, Ornelune.
La politique des auteurs a ses limites dans les deux sens, il faut pouvoir évaluer chaque film à l'aune de ses qualités intrinsèques. Et je trouve qu'ici il y en a quelques unes.



David T 14/06/2012 13:11


Pour moi Dark Shadows c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase dans l'affadissement du cinéma de Burton. C'est une consternation de plus =(

Neil 15/06/2012 12:10



Ah bah non je suis pas d'accord. C'est juste un petit divertissement léger et sans prétention...



copa738 31/05/2012 07:57


Mouais, j'ai pas du tout accroché moi. Tout était dans la BA en fait, le reste c'est du comblage de trous ^^

Neil 31/05/2012 11:50



Ah oui c'est drôle moi ça m'a bien plu.



ASBAF 30/05/2012 01:02


Non non, on a perpétue juste comme d'hab notre culture du bon goût.

Neil 30/05/2012 10:07



Hum... Le bon goût selon Asbaf... no comment ^^



ASBAF 27/05/2012 15:17


T'es so has been d'aimer un film de Tim Burton en 2012.

Neil 29/05/2012 14:44



Pfff Asbaf c'est plus ce que c'était, maintenant ils sont rentrés dans le moule de la pensée unique...



CHRISTOPHE LEFEVRE 22/05/2012 19:03


Ah, enfin quelqu'un qui ne crache pas sur Tim Burton, et sur dark shadows... Pour ma part, j'ai bien aimé...

Neil 23/05/2012 09:21



Yep, j'aime Tim Burton et son dernier opus et je l'assume. Content de voir que toi aussi :)



ffred 22/05/2012 18:15


Brillant etrejouissant c'est tout à fait ça ! Etrangement le film ne plait pas beaucoup...

Neil 23/05/2012 09:20



Oui c'est bizarre que le film n'ai pas la cote. Mais bon tant mieux : ils comprendront plus tard ^^



Wilyrah 22/05/2012 10:40


Plus mitigé que toi. Il fait du Burton, il fait ça avec style, mais aussi paresse. 

Neil 23/05/2012 09:19



Bah moi je trouve pas. Il se renouvelle par petite touches, peu visibles mais tout de même présentes...



Marcozeblog 21/05/2012 14:02


Le visuel et la loufoquerie sont les bienvenues mais le scénario m'a déçu. Plutôt bon moment tout de même.

Neil 23/05/2012 09:18



Ah oui moi le scénario m'a bien captivé. J'ai vraiment aimé le film.



Haut de page