Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

De rouille et d’os (2012) Jacques Audiard

par Neil 2 Juin 2012, 05:57 En salles

Rouille_Os.jpg
Fiche technique
Film français
Date de sortie : 17 mai 2012
Genre : déclassés de la vie
Durée : 1h55
Scénario : Thomas Bidegain, d’après l’œuvre de Craig Davidson
Image : Stéphane Fontaine
Musique : Alexandre Desplat
Avec Matthias Schoenaerts (Ali), Marion Cotillard (Stéphanie), Corinne Masiero (Anna), Bouli Lanners (Martial), Céline Salette (Louise), Armand Verdure (Sam)…

Synopsis : Ali se retrouve avec Sam, 5 ans, sur les bras. C’est son fils, il le connaît à peine. Sans domicile, sans argent et sans amis, Ali trouve refuge chez sa sœur à Antibes. A la suite d’une bagarre dans une boîte de nuit, son destin croise celui de Stéphanie. Il la ramène chez elle et lui laisse son téléphone. (allocine)

Mon avis : Quelques moments de grâce dans un film bancal

Pour De rouille et d’os, Jacques Audiard a décidé d’adapter très librement un recueil de nouvelles écrites par l’auteur américain Craig Davidson. Reprenant quelques éléments du livre de l’écrivain controversé, il décide de créer les deux personnages de son film et de bâtir un scénario autour d’eux. Le réalisateur français confirme donc film après film son attirance pour la forme écrite. Il a également adapté deux autres romans dans Regarde les hommes tomber et Un héros très discret, et il a longtemps travaillé, de façon fructueuse, avec Tonino Benacquista, s’entourant régulièrement de scénaristes qui l’assistent dans l’écriture de ses scénarii. On ne peut d’ailleurs s’empêcher de le ressentir en regardant ses films, et c’est souvent réussi bien que périlleux.

Traversant toute la France en train avec son fils, Ali n’a plus rien. Il est contraint de récupérer ça et là quelques nourriture avant de retrouver sa sœur Anna, habitant Antibes et qu’il n’a pas vu depuis cinq ans. Elle est caissière et n’a pas beaucoup de moyens, il décide de se relancer et trouve grâce à elle un boulot de videur dans une boîte de nuit. Un soir une bagarre éclate et Ali intervient : il écarte un mec qui vient de frapper une cliente, Stéphanie. Blessée, elle accepte qu’il la ramène chez elle et il lui demande s’il peut monter pour mettre sa main endolorie dans de la glace. Elle accepte à contrecœur car elle vit avec son compagnon, avec qui elle s’égueule en arrivant tandis qu’Ali apaise son ecchymose. Avant de partir il lui laisse son numéro de téléphone sous le regard courroucé du petit ami.

Le personnage principal de De rouille et d’os est profondément antipathique. C’est-ce qui fait à la fois la force et la faiblesse du film : le scénario ne cède pas à la facilité en lui trouvant des excuses pour ses multiples maladresses mais en même temps le spectateur a du mal à éprouver de l’empathie envers un homme si difficile à cerner. Car c’est bien lui, Ali, interprété par un Matthias Schoenaerts impeccable, le personnage principal du film. On pense à tort que Stéphanie est la pièce maîtresse de cette histoire, et la force de ce qu’elle endure durant la première heure du film a de quoi nous emporter. Puis le récit éclaté, un peu trop lourd quand il alterne les scènes d’un personnage puis de l’autre, fusionne maladroitement et on tente d’appréhender la trajectoire de ce couple improbable sur la papier. Une mécanique un peu facile mais qui fonctionne à de nombreuses reprises.

Et plusieurs scènes de De rouille et d’os ont une grâce qui nous fait frissonner, comme cette séquence magnifique où Marion Cotillard simule avec un orque les gestes qu’elle faisait machinalement dans son métier. Ce quoi est dommage c’est que la scène d’avant, inutile répétition, s’en trouve du coup fortement amoindrie et devient presque obsolète. Les qualités du film sont pourtant bien présente : la lumière est magnifique, la musique délicatement instillée. Jacques Audiard maîtrise parfaitement sa mise en scène et sait s’entourer de techniciens très adroits. Son casting est également très solide, les seconds rôles arrivant à se tailler une place de choix autour de ce couple charismatique. Seulement au final on reste un peu sur sa faim, malgré une fin (sans jeu de mot aucun) franchement bouleversante. On est conscient d’avoir regardé un film réussi, mais sans plus.

Ma note : ***

commentaires

ffred 02/06/2012


Le film ne fait pas l'unanimité... pour moi l'un des meilleurs de l'année...

copa738 03/06/2012


Je te rejoins sur un point : c'est Ali le personnage principal du film.


Par contre, j'ai éprouvé une réelle empathie pour lui. Curieusement, ce film si triste m'a donné la pêche, et je crois savoir pourquoi. Je l'expliquerai par une citation du film Cannibal
Holocaust : "Est-ce qu’il est nécessaire de montrer aux hommes l’enfer pour qu’ils croient un peu en leur bonheur ?"

Marcozeblog 03/06/2012


Je suis un peu refroidi pour aller le voir. On m'a dit qu'il était assez dur, voir violent (boxe) ?

Flow 03/06/2012


J'ai été beaucoup plus satisfait que toi. Ali est bien au centre du récit et toute sa complexité joue beaucoup pour la réussite du film.

Phil Siné 03/06/2012


bancal toi même d'abord !!


quand tu écris "cette séquence magnifique où Marion Cotillard simule avec un orque..." j'ai bien cru que tu allais
écrire tout autre chose derrière ! :)

Jérémy 07/06/2012


J'ai trouvé ce film très juste et solide malgré l'épaisseur des ficelles mélodramatiques. C'est certainement la marque de la maturité du cinéma d'Audiard : aller au-delà des clichés et les manier
pour en faire un film fort.

Go to top