Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Déjà mort (1997) Olivier Dahan

par Neil 10 Juin 2011, 05:28 1990's

Deja_Mort.jpg
Fiche technique
Film français
Date de sortie : 22 avril 1998
Genre : descente aux enfers
Durée : 1h48
Scénario : Olivier Massart
Image : Pierre David
Musique : Bruno Coulais
Avec Benoît Magimel (David), Zoé Félix (Laure), Romain Duris (Romain), Clément Sibony (Andréa), Carlo Brandt (Mallo), Isaac Sharry (Alain)…

Synopsis : Laure a vingt ans, elle veut quitter l'univers étriqué de cette ville de province où elle vit. Sa chance c'est Andréa, jeune homme pauvre ébloui par sa rencontre avec David et Romain, qui vivent sur les hauteurs de Nice. Pour s'offrir ce qu'ils n'ont jamais eu, pour vivre, ils vont plonger dans le monde du porno. (allocine)

Mon avis : Les illusions perdues de la jeune débutante

Une blague récurrente de Déjà mort est assez amusante. Les personnages du film n’arrêtent pas de dire à Andréa qu’il ferait fureur en posant dans un magazine de charme pour homos ; il se fait même draguer à un moment par un vieux pervers homme d’âge mûr. Quand on sait que Clément Sibony, qui avait tout juste 18 ans à l’époque, a par la suite été une icône gay c’est marrant. Le film fait d’ailleurs office de révélateur de jeunes talents puisque c’est le premier long-métrage pour le cinéma d’Olivier Dahan et de Zoé Félix et que Romain Duris et Benoît Magimel sont ici à l’aube de leur carrière. Autre originalité, le film se passe dans le milieu du porno, ce qui attise forcément les curiosités.

Sur un circuit de quad où il s‘entraîne,. Andréa rencontre Romain qui le fascine très vite. Ce photographe de charme réalise de temps en temps des films pornographiques, et Andréa profite de l’occasion pour aborder une fille qui l’attire depuis longtemps. Il faut dire que Laure a posé pour une publicité pour un réseau de minitel rose ; elle est donc séduite par la proposition d’Andréa de rencontrer le photographe. La rencontre se fera chez David, un riche jeune homme qui profite de la fortune de ses parents et navigue dans les milieux plus ou moins louches de la pornographie.

On est avec Déjà mort devant un premier film, et ça se voit. La mise en scène d’Olivier Dahan n’est pas encore maîtrisée, elle est saccadée et ne se pose quasiment jamais. Ce qui impose un style très particulier, qui n’est pas déplaisant mais finit par lasser sur la longueur. Certains choix de narration sont également irritants, comme cette plongée dans l’intériorité du personnage principal à travers quelques monologues un peu pompeux qui sont censés mieux cerner son personnage. Car hormis ces parenthèses cette Laure peut apparaitre comme falote et dépourvue de sentiments. Elle se laisse balancer par son destin, qu’elle veut surpasser mais qu’elle n’arrive pas à contrôler.

Mais ces quelques défauts ne font pas totalement de Déjà mort un mauvais film. Il possède déjà une noirceur peu banale qui transcende tout le reste. Nous sommes ici en présence d’une tragédie où les personnages sont dès le début voués à une fin peu glorieuse. On le sait, et on suit donc ces êtres dans leur quête d’absolu qui s’enfoncent peu à peu dans cet univers glauque et sans issue. Le milieu du porno nous est décrit de la pire manière qui soit, à l’image du personnage de Mallo : machiste, matérialiste et sans états d’âme. Les acteurs sont assez impressionnants de fraîcheur, il débordent tous d’une soif de vie qui transparaît tout le long du film. Une curiosité à découvrir à l’occasion.

Ma note : *

commentaires

D&D 01/08/2011 13:08



Ah ben tiens, celui-là non plus je ne m'en souviens guère bien que je l'ai vu plus récemment. Soit c'est décidément Alzheimer qui guette, soit c'est (sans doute) logique :-)


 



Neil 01/08/2011 15:06



C'est somme toute logique : pas un grand film non plus. Je ne suis pas sûr de m'en souvenir très longtemps...



Haut de page